par Joest Jonathan Ouaknine

Brève rencontre: Saab 90

La Saab 90 est un vilain petit canard dans l'histoire de la marque. Les communiqués officiels sont assez flous sur les motivations de son lancement. En plus, elle n'était vendue que dans certains pays Européens (ainsi, elle n'arriva jamais en France.) Dommage. La première "petite Saab" aurait sans doute mérité mieux.

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

La Saab 90 est un vilain petit canard dans l'histoire de la marque. Les communiqués officiels sont assez flous sur les motivations de son lancement. En plus, elle n'était vendue que dans certains pays Européens (ainsi, elle n'arriva jamais en France.) Dommage. La première "petite Saab" aurait sans doute mérité mieux.

A l'instar de la Skoda Roomster, la Saab 90 est l'assemblage de deux voitures: la 99 et la 900. Née en 1967, la 99 marqua une montée en gamme par rapport aux 92/96. La 900 fit de même en 1979. Mais pour certains, c'était trop gros. Alors la 99 resta. Puis en 1984, comme elle se faisait vieille on la remplaça.

Conseil de Saab pour créer une voiture facilement: un avant de 99 (et son 2l à carburateur 100ch), un arrière de 900 2 portes (donc sans hayon et bonjour le porte-à-faux) et hop, vous avez la 90! Elle n'était disponible qu'en 2 portes.

Elle était produite par le Finlandais Valmet à Uusikaupunki. Elle était très fiable et la finition était excellente. Saab France, créé en 1982, n'osa pas l'importer. En Scandinavie, cette vraie-fausse compacte n'a pas convaincu.

Les améliorations apportées (meilleur starter, nouveau pare-choc...) ne font pas décoller les ventes. En 1987, le distributeur Finlandais organise un concours chez ses agents pour l'améliorer. Le gagnant crée la Lumikko ("belette") toute blanche, avec un kit aéro. 10 Lumikko furent construites et fin 1987, la 90 s'efface.

A lire également:

Genève Live: concept Saab 9-X Biohybrid

Les 20 piges de la 900 cabriolet

Pour résumer

La Saab 90 est un vilain petit canard dans l'histoire de la marque. Les communiqués officiels sont assez flous sur les motivations de son lancement. En plus, elle n'était vendue que dans certains pays Européens (ainsi, elle n'arriva jamais en France.) Dommage. La première "petite Saab" aurait sans doute mérité mieux.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.