par Joest Jonathan Ouaknine

Brève rencontre: Isdera

Citez un constructeur allemand de GT. Facile: Porsche. Plus difficile: donnez le nom d'un autre constructeur allemand de GT. Vous donnez votre langue au chat?

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara

Pourtant, il existe plusieurs fabricants artisanaux de GT outre-rhin, même s'ils n'ont pas la flamboyances de leurs homologues transalpins ou le côté "mais comment est-ce que ça peut être homologué sur route?" des Anglais. Voici donc l'histoire de l'un d'eux, Isdera, que les joueurs de Need For Speed II connaissent bien...

A la base d'Isdera, il y a Eberhard Schulz. En 1968, il construit l'Isdera Erator GT MKIII, sorte de croisement d'un Ford GT40 MKII et d'une Lamborghini Miura, avec des portes "papillons" façon 300 SL. Reprenant des éléments de Porsche et de Mercedes, elle bénéficie du V8 de la marque à l'étoile, poussé à 400ch. Avec son poids plume de 960kg, elle atteint théoriquement 315km/h. Malgré le nom de "MKIII", je n'ai trouvé aucune preuve qu'il ait existé d'autres Erator.

A noter que Isdera est l'acronyme de "Ingenieurbüro für Styling DEsign und RAcing.)

Dans les années 70, il travaille chez Mercedes. Puis il se lie un temps avec Rainer Buchmann, qui a fondé B+B. Le duo conçoit la CW311, inspirée des prototypes Mercedes C111. Munie d'un énorme V8 6,3l 16 soupapes de 375ch, la CW311 atteint les 317km/h. La CW311 obtient un peu de succès (elle fait même de la figuration dans un film.) Mais sa mise en production s'éternise.

Schulz et Buchman finissent par se séparer. B+B continuera dans les années 80, avec des 911 Turbo décapotables au look de 959 et des Mercedes SEC "coupé-cabriolet" avant la lettre...

De son côté, Schulz réactive Isdera pour produire en (petite) série la CW311. Son premier modèle est le Spyder, présenté au salon de Genève 1983. Il reçoit un 6 cylindres Mercedes 3l 188ch, de quoi atteindre tout de même 242km/h. A partir de 1986, c'est un 4 cylindres 2,3 16 soupapes de 177ch qui prendra place sous le capot arrière.

En parallèle, le coupé Imperator, très proche esthétiquement de la CW311, est présenté au salon de Genève 1984. Par rapport au prototype, il se contente du V8 5,6l 300ch de la 560SEC. Mais pour ceux à qui cela ne suffirait pas, Isdera propose une mécanique revue par AMG qui offre 390ch.

Isdera vit discrètement. Schulz crée également des projets pour Baur et Bitter. En 1993, pour les 10 ans de sa firme, Isdera lance la Commendatore. Il s'agit d'un GT inédite, à la carrosserie très fine (certains auront reconnus les phares de Porsche 968.) Son V12 6l développe 408ch, de quoi atteindre 341km/h.

Non importées en France, bien qu'homologuées, les Isdera n'ont pas laissées beaucoup de traces. A partir de 2002. La marque ne figure plus dans l'annuel d'Automobile Magazine. Environ 70 Isdera auraient été produites, parmi lesquelles une seule Commendatore. En 2000, Isdera créera la baroque Autobahnkurier, inspirée d'une Mercedes des années 30. Elle possède deux moteurs de Classe S: bien qu'installés côte à côte, l'un ne s'occupe que des roues avant et l'autre uniquement des roues arrières.

Isdera existe toujours et possède un site internet, néanmoins, ce dernier est guère bavard...

Pour résumer

Citez un constructeur allemand de GT. Facile: Porsche. Plus difficile: donnez le nom d'un autre constructeur allemand de GT. Vous donnez votre langue au chat?

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.