par Joest Jonathan Ouaknine

A vendre: la Tarf II de Piero Taruffi

Non, les Américains n'ont pas le monopole des voitures de course délirantes! A la fin des années 40, Piero Taruffi, qui était pilote et ingénieur, a voulu construire des engins de record, les Tarf. Si elle vous plait, vous pourrez l'acheter en mai, à Monaco.

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

Non, les Américains n'ont pas le monopole des voitures de course délirantes! A la fin des années 40, Piero Taruffi, qui était pilote et ingénieur, a voulu construire des engins de record, les Tarf. Si elle vous plait, vous pourrez l'acheter en mai, à Monaco.

Piero Taruffi (1906-1988) avait un bon coup de volant. Parmi ses principales victoires, on retiendra le championnat d'Europe de Grand Prix motos 500cm3 1932, la Carrera panamericana 1951, les 1000 Miglia 1957 et le Grand Prix de Suisse 1952 (comptant pour le championnat du monde de F1.)

C'était aussi une tête bien pleine, avec un doctorat en ingénierie industrielle.

Son premier record de vitesse, c'est à moto qu'il le décrocha, en 1937: 279,503km/h, ce qui faisait de lui l'homme le plus rapide sur deux roues.

En 1948, il décida de réinventer la voiture de course. Son Italcorsa/Tarf I est composé de deux blocs profilés: l'un pour le pilote et l'autre, pour la mécanique. Il est propulsé par un bicylindre 500cm3 Guzzi (nonobstant le sponsoring de Gilera!)

A son volant, il battit 6 records de catégorie.

En 1951, il construit un deuxième "bisiluro", la Tarf II/Italcorsa. Cette fois, le moteur est un 1,7l Maserati à deux compresseurs qui développe 290ch! Notez que cette fois, le pilote est assis dans le bloc de gauche.

Il bat les records du mile lancé (298,507km/h) et du kilomètre lancé (290,552km/h.) En 1952, il bat le record des 50 miles (80km) avec une moyenne de 231.744 km/h. Quelques mois après, il bat son propre record sur 50 miles (226,7 km/h) et s'offre ceux sur 100 km (224,747 km/h), 200 km (219,833 km/h) et sur une heure 217,414 km/h.

http://www.youtube.com/watch?v=ehetOyC2baM

Taruffi se senti en confiance. Il envisagea de participer aux 500 miles d'Indianapolis avec une Tarf à moteur Ferrari. Il voulait même construire un "trisiluro":

Hélas, les idées (trop radicales?) de Taruffi ne firent pas tâche d'huile.

Un qui l'aurait écouté, c'est Smokey Yunick. On sait que Yunick lisait tout ce qui touche de près ou de loin à l'automobile. Or, Taruffi apparaissait régulièrement dans la presse Américaine (parfois, il écrivait lui-même les articles.)

En 1964, il débarque à Indianapolis avec son "sidecar", où le pilote se trouve sur une structure distincte du châssis:

La Tarf II possède aujourd'hui un moteur V6 Dino-Ferrari. Si vous êtes plutôt courageux, sachez qu'elle est roulante.

Mise à prix: 160 000€. La description du véhicule est à lire ici.

Source:

Hemmings Auto Blogs

Crédit photo: R-M, sauf photo 2 (Lancia) et photos 4 et 5 (DR)

Pour résumer

Non, les Américains n'ont pas le monopole des voitures de course délirantes! A la fin des années 40, Piero Taruffi, qui était pilote et ingénieur, a voulu construire des engins de record, les Tarf. Si elle vous plait, vous pourrez l'acheter en mai, à Monaco.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.