par La rédaction

20 ans déjà: BMW Alpina B6 3.5


La firme bavaroise n'a plus la cote. Larguée en F1 et en groupe A, dotée d'une gamme vieillissante à l'image des séries 5 et 7, BMW a vu ses ventes s'effondrer au cours du premier semestre 1985 (-20,7% pour la série 3, -14,7% pour la série 5 et -32,7% pour la série 7).

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara


La firme bavaroise n'a plus la cote. Larguée en F1 et en groupe A, dotée d'une gamme vieillissante à l'image des séries 5 et 7, BMW a vu ses ventes s'effondrer au cours du premier semestre 1985 (-20,7% pour la série 3, -14,7% pour la série 5 et -32,7% pour la série 7).

Heureusement qu'en ces temps moroses, la présentation de la nouvelle B6 3.5 par Alpina, le préparateur attitré de BMW, constitue une véritable bouffée d'air frais.

A première vue, l'Alpina cache bien son jeu. Hormis ses jantes de 16" et ses bandes spécifiques "Alpina", la B6 apparait comme une sage série 3. C'est en ouvrant le capot que la différence saute aux yeux. La B6 est animée par le gros 6 cylindres de 3.5 l de la 635 CSI revu et corrigé par Alpina. Résultat: 254 ch pour 1215 Kg sur la balance soit 34 ch de plus que la Porsche 944 Turbo pour 100 Kg de moins.

Essayée sur le circuit routier de Monthléry, l'Alpina fait jeu égal avec la Porsche en dépit d'une répartition des masses désavantageuse. Il est vrai que la légèreté du train arrière accentue la tendance survireuse de la B6. Malgré tout, à son volant tout parait presque facile mais le chronomètre est là pour en témoigner, la B6 est diablement efficace: 1000 m DA en 26"4 et 248 Km/h en vitesse de pointe.

A 306160 F l'Alpina B6 3.5 peut paraitre chère pour une "petite" série 3 mais comparée à la Porsche 944 Turbo ou à l'Alpine V6 turbo, elle propose des performances de très haut niveau dans une carrosserie de familiale qui fait d'elle une voiture très polyvalente.


Pour résumer


La firme bavaroise n'a plus la cote. Larguée en F1 et en groupe A, dotée d'une gamme vieillissante à l'image des séries 5 et 7, BMW a vu ses ventes s'effondrer au cours du premier semestre 1985 (-20,7% pour la série 3, -14,7% pour la série 5 et -32,7% pour la série 7).

La rédaction
Rédacteur
La rédaction

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.