par Pierre-Laurent Ribault

F1 Suzuka : la grille de départ

Après une séance de qualification pour le moins chaotique les commissaires du Grand Prix du Japon ont eu une soirée bien remplie pour déterminer qui irait où sur la grille. Après avoir distribué pénalités et rétrogradations réglementaires, la publication de la grille de départ devait attendre dimanche matin la décision des médecins quant à la capacité de Timo Glock (photo) à prendre le volant de sa monoplace pour le Grand Prix ou non. Bien que les examens réalisés sur le pilote aient été rassurants et montré qu'il ne souffrait d'aucune blessure hormis une coupure au mollet gauche (14 points de suture quand même !), l'écurie a préféré ne pas aligner le pilote pour le Grand Prix.

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara

Après une séance de qualification pour le moins chaotique les commissaires du Grand Prix du Japon ont eu une soirée bien remplie pour déterminer qui irait où sur la grille. Après avoir distribué pénalités et rétrogradations réglementaires, la publication de la grille de départ devait attendre dimanche matin la décision des médecins quant à la capacité de Timo Glock (photo) à prendre le volant de sa monoplace pour le Grand Prix ou non. Bien que les examens réalisés sur le pilote aient été rassurants et montré qu'il ne souffrait d'aucune blessure hormis une coupure au mollet gauche (14 points de suture quand même !), l'écurie a préféré ne pas aligner le pilote pour le Grand Prix.

Kamui Kobayashi ne pourra prendre sa place puisque la dérogation demandée par Toyota n'a pas été acceptée par les commissaires, au motif que le pilote japonais n'a pas pris la piste la veille de l'épreuve. Il n'y aura donc qu'une Toyota au départ à Suzuka.

Rappelons que samedi soir les commissaires avaient infligés des pénalités à cinq pilotes en conséquence de la sortie de piste de Sébastien Buemi dans la ligne droite à la sortie de Spoon: le pilote suisse lui-même, pour avoir posé un danger potentiel aux autres pilotes en rejoignant les stands avec une monoplace sérieusement endommagée, et quatre pilotes ayant effectué leur temps de qualification sous le régime des drapeaux jaunes consécutif à l'accident : Fernando Alonso, pourtant à l'origine de la réclamation, Jenson Button, Rubens Barrichello et Adrian Sutil.

Par ailleurs Heikki Kovalainen et Vitantonio Liuzzi se voient également rétrogradés pour changement de boîte de vitesses, mais dans les faits Liuzzi ne bouge pas étant donné que Mark Webber, lui, s'élancera des stands suite au changement de coque rendu nécessaire par son accident de la séance libre de samedi.

Quoi qu'il en soit, voici la grille de départ du Grand Prix (sauf autre coup de théatre réglementaire), avec le poids de chaque monoplace.

1. Sebastian Vettel, Red Bull-Renault, 658,5 kg

2. Jarno Trulli, Toyota, 655,5 kg

3. Lewis Hamilton, McLaren-Mercedes, 656 kg

4. Nick Heidfeld, BMW Sauber, 660 kg

5. Kimi Raikkonen, Ferrari, 661 kg

6. Rubens Barrichello, Brawn GP-Mercedes, 660,5 kg

7. Nico Rosberg, Williams-Toyota, 684,5 kg

8. Adrian Sutil, Force India-Mercedes, 650 kg

9. Robert Kubica, BMW Sauber, 686 kg

10. Jenson Button, Brawn GP-Mercedes 658,5 kg

11. Heikki Kovalainen, McLaren-Mercedes, 675 kg

12. Jaime Alguersuari, Toro Rosso-Ferrari, 682,5 kg

13. Sebastien Buemi, Toro Rosso-Ferrari, 665,4 kg

14. Giancarlo Fisichella, Ferrari, 661,5 kg

15. Kazuki Nakajima, Williams-Toyota, 695,7 kg

16. Fernando Alonso, Renault, 689,5 kg

17. Romain Grosjean, Renault, 691,8 kg

18. Vitantonio Liuzzi, Force India-Mercedes, 682,5 kg

19. Mark Webber, Red Bull-Renault, -

Source : Formula1.com

Crédit image : Toyota

Lire également:

F1 Suzuka qualifications : Sebastian Vettel imprime sa marque

Pour résumer

Après une séance de qualification pour le moins chaotique les commissaires du Grand Prix du Japon ont eu une soirée bien remplie pour déterminer qui irait où sur la grille. Après avoir distribué pénalités et rétrogradations réglementaires, la publication de la grille de départ devait attendre dimanche matin la décision des médecins quant à la capacité de Timo Glock (photo) à prendre le volant de sa monoplace pour le Grand Prix ou non. Bien que les examens réalisés sur le pilote aient été rassurants et montré qu'il ne souffrait d'aucune blessure hormis une coupure au mollet gauche (14 points de suture quand même !), l'écurie a préféré ne pas aligner le pilote pour le Grand Prix.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.