par Nicolas Anderbegani

F1 2019 - Spa - Qualifs : Leclerc les a tous matés

Sur le toboggan des Ardennes, les Ferrari étaient attendues après avoir dominé les essais libres, tandis que Lewis Hamilton avait - fait assez rare - commis une grosse faute en EL3 l'envoyant dans le mur de pneus. Mercedes peut-elle répliquer ? 28° dans l'air, 41° sur la piste, les conditions sont idéales.

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara

Sur le toboggan des Ardennes, les Ferrari étaient attendues après avoir dominé les essais libres, tandis que Lewis Hamilton avait - fait assez rare - commis une grosse faute en EL3 l'envoyant dans le mur de pneus. Mercedes peut-elle répliquer ? 28° dans l'air, 41° sur la piste, les conditions sont idéales.

Q1 - Les moteurs souffrent

La séance est rapidement perturbée par la casse moteur de Robert Kubica, qui déclenche un drapeau rouge. Quand la séance reprend avec 13 minutes restantes, les Ferrari montrent rapidement les crocs avec Leclerc en 1'43"5 devant Vettel en 1'44"1. Verstappen se plaint une nouvelle fois de pertes de puissance du Honda et réussit in extremis à signer un bon temps pour se qualifier. Le néerlandais est obligé depuis le début du weekend d'utiliser un mode "dégradé" du V6 nippon pour assurer la fiabilité.

Pierre Gasly (Toro Rosso, 16e) et Carlos Sainz Jr (McLaren, 17e). sont les victimes indirectes du drapeau rouge causé par l'explosion du V6 Ferrari de l'Alfa Romeo de Giovinazzi après le virage de la Source. Le français et l'espagnol n'ont pas pu défendre leurs chances dans une ultime tentative et se retrouvent éliminés en compagnie de Daniil Kvyat (Toro Rosso, 18e) George Russell (Williams, 19e) et Robert Kubica (Williams, 20e) dont le moteur est également parti en fumée. La reprise est dure pour les mécaniques !

Q2 - Ferrari déroule

La première salve indique que tout le monde se qualifie en tendres. Leclerc devance Vettel de 0"130 et Hamilton de 0"216, tandis que Bottas est au-delà de la demi-seconde. Derrière les rouges, les gris et Verstappen, seul Raikkonen se maintient dans la même seconde. Sur la seconde salve, les temps sont améliorés et Leclerc claque 1'42"9, toujours devant son équipier. Les Renault se montrent à leur avantage et entrent toutes les deux dans la Q3, Ricciardo signant notamment un joli 5e temps.

Romain Grosjean (Haas), qui est revenu à la configuration aérodynamique évoluée,  11e derrière son équipier Kevin Magnussen, est le premier éliminé de la Q2. Il devance Lando Norris (McLaren, 12e) Lance Stroll (Racing Point, 13e) et Alexander Albon (Red Bull, 14e) qui de toute façon partira en fond de grille suite à des pénalités moteur. Giovinazzi était 15e d'office étant donné la casse de son moteur en fin de Q1.

Q3 - Le char Leclerc

Sur le tour de préparation, chaque pilote essaie de se ménager un espace par rapport à la voiture qui le devance pour optimiser son tour et bénéficier d'un phénomène d'aspiration, mais cela est parfois assez tendu. Les deux Mercedes frôlent la catastrophe à Stavelot et manquent de se percuter !

Sur cette première salve, Leclerc réalise 1'42"644, devant Hamilton 1'43"2, Vettel 1'43"4, Bottas 1'43"5 et Verstappen en 1'44"2. Sur la seconde salve, Hamilton tente de prendre l'aspi des Ferrari mais Leclerc met tout le monde d'accord avec un superbe 1'42"519 (il bat le record de 2017, établi par Hamilton en 1'42"553), avec plus de sept dixièmes d'avance sur Vettel et Hamilton. Bottas est à près de neuf dixièmes alors que Verstappen est repoussé à plus d'une seconde.

Bilan

Après Bahreïn et l'Autriche, Charles Leclerc signe sa 3e pole position. Le jeune monégasque a frappé un grand coup,  étant le seul pilote à descendre sous la minute 43 ! Il colle 7 dixièmes à Vettel, un sacré écart. Leclerc est en position de force pour peut-être décrocher cette première victoire tant attendue, mais il ne faut pas enterrer trop vite son équipier Vettel, notamment sur la gestion des pneumatiques, ni les Mercedes qui sont fortes sur les longs relais et seront à l'affût de la moindre surprise stratégique. Mattia Binotto va-t-il dicter des consignes au départ, histoire de ne pas répéter la catastrophe de Monza 2018 ?

La clé viendra peut-être également de la fiabilité des moteurs, qui sont fortement sollicités sur la piste belge.

Source : F1

Pour résumer

Sur le toboggan des Ardennes, les Ferrari étaient attendues après avoir dominé les essais libres, tandis que Lewis Hamilton avait - fait assez rare - commis une grosse faute en EL3 l'envoyant dans le mur de pneus. Mercedes peut-elle répliquer ? 28° dans l'air, 41° sur la piste, les conditions sont idéales.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.