par Pierrick Rakotoniaina

Essai Nissan 370Z 50ème anniversaire

En 1969 sortait la Datsun 240Z. Pour lui rendre hommage, Nissan a commercialisé une édition limitée 50ème anniversaire de sa dernière descendance, la 370Z. Qu’a-t-elle de spécial ? On en a pris le volant pour le découvrir.

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

Pas très discrète

Rouler en Nissan 370Z, c’est déjà se démarquer. Surtout avec cette livrée spéciale reprenant en partie les couleurs de la 240Z qui courut en compétition aux États-Unis. Le capot, les montants et le coffre sont peints en rouge. Les liserés soulignant la ceinture de caisse, les bandes sur les portières et les couronnes autour les rappels des clignotants sont des autocollants.

On aime ou on n’aime pas, mais cela lui donne une certaine allure. Pour le reste, il s’agit d’une Nissan 370Z comme une autre, à l’exception près que les versions européennes arborent d’habitude un aileron. En dehors du combo de couleurs, c’est la seule vraie différence de carrosserie avec les modèles classiques. Dès lors, pour la discrétion on repassera. Dans le pays, il n’y en a que deux comme ça, les autres étant bi-tons noir/gris. Au total, 10 exemplaires ont été disponibles à la commande.

Sellerie spécifique

Le style extérieur vieillit plutôt bien après 10 ans de commercialisation. À bord, la voiture fait un peu plus son âge. Plusieurs éléments la distinguent, à commencer par le volant de la Nismo, les sièges spécifiques marqués « 50th Anniversary » et un peu d’alcantara notamment sur les contre-portes. Ce coupé japonais a un gout « d’ancienne récente » que certains apprécieront. La planche de bord coiffée de 3 manomètres, les compteurs analogiques, les dizaines de boutons ou encore l’énorme poignée de frein à main sont autant de rappels à un monde qui disparaît peu à peu.

Le large écran tactile dispose d’une navigation connectée, toutefois au design assez daté. Ici pas de CarPlay ou Android auto, il faut connecter son smartphone avec un fil pour la musique, et en Bluetooth pour téléphoner. Rien de bien méchant, même si cela devient de plus en plus rare. Pour s’asseoir dans notre petit coupé, il faut descendre d’un étage et baisser la tête. Personne ne le lui reprochera, sauf les dos fragiles. La position s’avère idéale pour la conduite d’une sportive, malgré les limites des réglages du volant.

Un V6 atmosphérique de 328 chevaux

En la démarrant, on entre dans une dimension qui manque à beaucoup d’amateurs de coupés sportifs. Du bout du doigt, on réveille un V6 atmosphérique de 3.7 de 328 chevaux. En outre, notre modèle dispose d’une boite manuelle à 6 rapports. Un combo adoré par les puristes ! À l’ancienne peut-être, mais souple à conduire et facile à appréhender au quotidien. Et croyez-le ou non, son petit gabarit la rend facile en ville… jusqu’au premier dos d’âne ou trottoir. La commande de boite demande un peu de poigne, et on aime ça !

Elle apprécie voyager, mais pas sur l’autoroute à 130 km/h. Précisément à cette vitesse, l’échappement bourdonne de façon désagréable, mais ce phénomène disparaît à 120… ou à 150. Son terrain de prédilection, les petites routes ! Déjà pour profiter du moteur très linéaire. Certes il n’a pas l’explosivité des blocs suralimentés du moment. Toutefois lui faire prendre des tours à une saveur particulière dont on peut difficilement se passer ensuite. On doit parfois jouer du levier pour aller chercher les chevaux perchés dans les hauts régimes, mais les émotions sont garanties.

Pas de suspensions pilotées

Côté châssis, on ne va pas se mentir, le V6 ne peut pas jouer les innocents dans le poids de la voiture. Ici, pas de suspensions pilotées, il faut assumer tous les mouvements de caisse. Quand on la cravache au point de flirter avec certaines limites, son popotin à tendance à pomper un peu, ce qui pousse à la vigilance. L’électronique veille… c’est primordial. On est pourtant tentés de la débrancher, pour mieux l’aider à pivoter dans les épingles et se sentir moins frustrés quand on écrase la pédale en sortie d’un virage très serré notamment.

Pour le gabarit, elle reste en retrait par rapport à des concurrentes plus agiles et d’autres aux relances plus énergiques. On aimerait également une direction moins légère et plus précise. Il ne s'agit clairement pas de la meilleure, mais elle procure des sensations assez uniques de nos jours, en grande partie grace à son moteur et à sa sonorité si spéciale. Elle manque d'efficacité, et pourtant on a aimé voyager à son bord. Ces sentiments contradictoires pourtant ne nous ont pas empêchés d'avoir le sourire.

Très lourd malus...

Ce fut une occasion de se rappeler que sur le marché, cette race ancienne s’apprête à disparaître. Un V6 atmo avec une boite manuelle, vous pouvez chercher, il n’y en a plus beaucoup. Faut-il se l’offrir ? Difficile à dire. Son prix brut a baissé depuis sa commercialisation (hors version spéciale), mais les normes sont depuis passées par là. Il faut compter 21 000 euros au seul titre du malus (+ surtaxe), à ajouter à la carte grise et autres frais de mise à la route. Prix catalogue : 33 500 et 36 900 €. On vous laisse faire vos calculs… En tout cas, nous on a aimé cette petite parenthèse dans un monde voué à disparaitre.

Cliquez ici pour voir toutes les photos de l'essai

+ON AIME

  •  Design intemporel
  • Agrément moteur
  • Boite manuelle

-ON AIME MOINS

  •  Déco discutable
  • Consommation
  • Législation fiscale...

Nissan 370 Z 50th Anniversary
Prix (à partir de)33 500 €
Prix du modèle essayé41 200 €
Bonus / Malus21 000 €
Moteur
Type et implantation6 cylindres en V -  essence
Cylindrée (cm3) 3 696
Puissance (ch/kW)328 / 241
Couple (Nm) 363
Transmission
Roues motrices ar
Boîte de vitessesmanu. 6 rapports
Châssis
Freins à disques
Jantes et pneus245/40 R19 av - 275/35 R19 ar
Performances
Vitesse maximale (km/h) 250
0 à 100 km/h (s) 5,3
Consommation
Cycle mixte (l/100 km)12,5
CO2 (g/km) 274
Dimensions
Longueur (mm) 4 265
Largeur (mm)1 845
Hauteur (mm) 1 310
Empattement (mm) 2 550
Volume de coffre (l) 235
Poids (kg) 1 571

Pour résumer

En 1969 sortait la Datsun 240Z. Pour lui rendre hommage, Nissan a commercialisé une édition limitée 50ème anniversaire de sa dernière descendance, la 370Z. Qu’a-t-elle de spécial ? On en a pris le volant pour le découvrir.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.