Lancer le diaporama
Galop d'essai Peugeot 208 GTI 30th : Affûtée 1
+10
LANCER LE DIAPORAMA
par David Christian Koskas

Galop d'essai Peugeot 208 GTI 30th : Affûtée

Depuis que la Peugeot 208 GTI 30th a fait sa première apparition au début de l'été au Goodwood Festival of Speed, nous étions impatient d'en prendre le volant pour vérifier si cette spectaculaire version anniversaire tenait ses promesses. Peugeot a exaucé notre voeu cette semaine en nous conviant à tester l'auto, dans un comparatif avec la version standard, sur le circuit de Dreux.

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

Style extérieur

Peugeot avait apporté l'ensemble des coloris disponibles pour cette série spéciale. En blanc nacré ou en rouge ruby, l'absence d'éléments de carrosserie spécifiques n'est cependant pas un problème pour distinguer la GTI 30th de la GTI normale. L'assise de la voiture, plus basse de 10 mm et sur des voies plus larges (22 mm à l'avant et 16 mm à l'arrière) qui accueillent des jantes spécifiques noir mat, change notablement l'allure générale, et le traitement noir mat qui remplace les chromes, en particulier sur la calandre et sur les passages de roue, rappel nostalgique aux extensions d'ailes de la 205 GTI, permettent de reconnaître aisément la différence. Il y a plusieurs écoles de pensées lorsqu'il s'agit de l'apparence des petites sportives. Rendons gré à Peugeot d'avoir choisi la voie d'une relative sobriété fonctionnelle, plutôt que de céder à la tentation de multiplier les appendices.

Sobriété peut-être, mais discrétion sûrement pas avec la livrée bicolore, et même bi-matière, signature de cette série. C'est une chose que d'en affubler un concept de salon, c'en est une autre de la mettre en vente. On verra si les acheteurs osent cette intéressante "coupe franche oblique" comme l'appelle Peugeot. Dans la circulation elle ne passera pas inaperçue, sur le circuit de Dreux, elle évoque tout de suite une voiture de compétition.

Style intérieur

Le traitement intérieur, à base de noir et rouge, est très réussi. Reprenant l'habitacle de la 208 GTI, la GTI 30th remplace le décorum de la planche de bord de cette dernière, comme les dégradés de rouge, par du noir simple avec un liseré rouge sur les contreportes. Les tapis de sol rouge contrebalancent le noir du reste de l'habitacle. La grande différence concerne toutefois les nouveaux sièges baquets signés Peugeot Sport. Clairement issus de l'univers sportif et très enveloppants, ils restent à l'usage, sur le tracé de Dreux en tout cas, très confortables. Et, ça ne gâte rien, la couverture en Alcantara leur donne une touche élégante. Dans l'ensemble c'est très flatteur et qualitatif.

Châssis, moteur et transmission

Passons aux choses sérieuses. Peugeot revendique l'intervention de Peugeot Sport sur les éléments mécaniques, à commencer par le moteur qui gagne quelques chevaux pour culminer à 208, clin d'oeil au matricule de l'auto, et un couple de 300 Nm, soit 30 de plus que la GTI. A l'usage, c'est cette augmentation de couple qui se ressent clairement dans les relances, la différence de puissance étant moins flagrante. La boîte de vitesse manuelle à 6 rapports et le différentiel à glissement limité sont en provenance directe de la RCZ R. Ce différentiel associé à des réglages spécifiques des trains roulants offre un vrai gain de motricité, et la suspension plus ferme et les voies plus larges permettent un placement plus précis et réactif que la 208 GTI. Sur la piste la différence est claire et on sent une voiture globalement plus efficace, ce qui est le but recherché. Les Brembo à quatre pistons vont dans le même sens.

Parlons argent

A 28 900 euros ( avec une peinture bicolore en option qui rajoute 1100 euros à la facture), la GTI 30th est 3800 euros plus chère que la GTI normale et se rapproche de la Mini Cooper S pack JCW. Ce n'est pas illogique si l'on considère le travail sur la voiture et les équipements.

Conclusion

Peugeot aurait pu se contenter pour marquer les 30 ans de la 205 GTI, déjà largement associée au lancement de la 208 GTI l'année dernière, d'une finition particulière. Avec des évolutions mécaniques importantes, qui sont évidentes dès que l'on prend le volant, la 208 GTI 30th est beaucoup plus ambitieuse. Si le constructeur n'avait pas tenu à conserver le magique badge GTI, elle aurait pu tout aussi bien s'appeler 208 R puisque l'évolution est tout à fait dans l'esprit que la RCZ du même nom.

Crédit photos : David Koskas / le blog auto

Caractéristiques
Moteur
Type et implantation4 cylindres en ligne essence

1.6 THP S&S

Transversal avant
Cylindrée1 598 cm3
Puissance208 ch à 6000 tr/mn
Couple300 Nm à 3 000 tr/mn
Transmission
Roues motricesavant
Boîte de vitessesManuelle à 6 rapports
Châssis
Suspension avantMcPherson
Suspension arrièreTraverse déformable
FreinsDisques ventilés / Disques
Jantes et pneus205/40 RZ 18 Michelin Pilot Super Sport
Performances
Vitesse maximale230 km/h
0 à 100 km/h6,5 sec.
Consommation
Cycle urbain6,9 l/100 km
Cycle extra-urbain4,6 l/100 km
Cycle mixte5,4 l/100 km
CO2125 g/km
Dimensions
Longueur3962 mm
Largeur2 004 mm (rétroviseurs extérieurs inclus)
Hauteur1450 mm
Empattement2538 mm
Volume de coffre285 litres
Réservoir60 litres
Masse à vide1185 kg

Pour résumer

Depuis que la Peugeot 208 GTI 30th a fait sa première apparition au début de l'été au Goodwood Festival of Speed, nous étions impatient d'en prendre le volant pour vérifier si cette spectaculaire version anniversaire tenait ses promesses. Peugeot a exaucé notre voeu cette semaine en nous conviant à tester l'auto, dans un comparatif avec la version standard, sur le circuit de Dreux.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.

Albums Photos