par Christian Conde

Galop d'essai Hyundai i10 : Renault Twingo en ligne de mire

Alors que la progression de la marque coréenne se stabilise en Europe, Hyundai veut relancer la machine en rajeunissant sa mini-citadine, la i10, en lui greffant les nouveaux codes stylistiques de la marque déjà entrevus sur les derniers modèles de la gamme.

Zapping Le Blogauto Essai Cupra Formentor VZ5 sur neige

Conçue et développée en Europe, la Hyundai i10 sera construite dans les usines de Hyundai à Izmit, en Turquie. L'objectif de cette stratégie de proximité est de pouvoir rassurer les citadins européens sur la qualité de ses produits. La nouvelle Hyundai i10 (appelez-la i10 Nouvelle Génération) adopte le nouveau style de la marque coréenne lui permettant de se démarquer de l'ancienne génération, plus fade. Elle reste cependant très sage dans un segment où les constructeurs ont tendance à oser.

Le nouveau langage stylistique de Hyundai s'appelle "Fluidic Sculpture". Il a été conçu par Thomas Bürkle, ancien designer chez BMW. Son application sur l'i10 donne un dessin plus affirmé avec des lignes à la fois dynamiques et harmonieuses. A l'avant, elle intègre la calandre hexagonale, caractéristique des nouveaux modèles de la marque. Les feux diurnes à LED de notre modèle d'essai soulignent également le changement.

L'arrière, comme l'avant, subit un profond restylage en passant notamment des feux verticaux sur l'ancienne génération à des feux carrés, mieux finis, qui pourront évoquer pour certains le dessin des feux d'une Dacia Sandero. Le hayon adopte une forme plus douce que les lignes très verticales de l'ancienne génération.

La première prise en main est plutôt agréable. Le moteur 1,2l au ralenti est très civilisé. Le bruit est quasiment imperceptible et on se demande même si on n’a pas calé. Même s’il se manifeste un peu plus en accélération, il reste très discret par rapport aux concurrentes et redevient silencieux à vitesse stabilisée. Avec sa taille réduite et son empattement court, la nouvelle Hyundai i10 impressionne également par son rayon de braquage tout petit. Il permet de faire un demi-tour en économisant les manœuvres. De plus, sa direction assistée est très légère et on s’amuse à conduire avec un seul doigt.

Cependant quelques zones d’ombres viennent noircir le tableau de la petite citadine. Bien que la suspension soit bien calibrée pour des trajectoires en courbes, elle ne demeure pas moins un peu sautillante sur les pavés, et cela reste assez désagréable en ville à faible vitesse. Autre bémol, le moteur est très tonique jusqu’à 3500tr/min mais on se demande si les 87 chevaux ne se sont pas perdus en chemin lorsque l’on a dépassé cette limite. Heureusement que la boîte manuelle à 5 rapports bien guidés facilite les rétrogradages.

L’intérieur ne présent pas de folies particulières mais on y est à l'aise. Même si le noir prédomine, la version bi-colore de notre modèle d’essai (finition Sensation) égaye l’habitacle. L’ergonomie reste assez bien pensée à l'exception du GPS non intégré et les boutons tombent rapidement sous la main, notamment ceux du volant. Les sièges avant sont raisonnablement confortables et même si sa largeur est réduite, deux adultes tiennent sur les places arrière sans aucun problème.Le troisième passager par contre aura du mal à se sentir bienvenu. Le coffre est le point fort de l'i10 puisqu'avec ses 252 litres (pouvant aller jusqu'à 1 046l en version 2 places), il reste le plus vaste de sa catégorie. Seule la VW Up! la talonne avec 251 litres.

Le point fort de l'i10 est son équipement. Dès le milieu de gamme, elle dispose des quatre vitres électriques dont les commandes pour le conducteur se situent sur l’accoudoir de la porte, du réglage en hauteur du siège conducteur et des rétroviseurs électriques. Pour ceux souhaitant le haut de gamme, elle se pare d’un régulateur/limiteur de vitesse, de la climatisation automatique et aussi du démarrage sans clé. On notera juste que l’écran de la console centrale avec fond bleu semble sortir d’un autre temps. Le système GPS semi-intégré est facturé 300€.

Conclusion

Globalement, cette Hyundai i10 Nouvelle Génération fait bonne impression. A la fois compacte et spacieuse, elle répond présente sur tous les aspects que recherchent les citadins mais aussi les provinciaux en quête d’une petite voiture polyvalente. Sa bouille un peu passe-partout malgré son nouveau style pourra peut-être peiner à soulever l'enthousiasme, mais sa garantie de 5 ans ajoute à sa séduction. Débutant à 9 950€, son tarif peut vite monter (comptez 13 000€ pour notre modèle d’essai), même s'il ne faut pas perdre de vue que l’équipement reste très complet pour un véhicule de ce gabarit.

+Moteur présent et disponible pour les trajets urbains
Rayon de braquage court
Capacité du coffre
Garantie 5 ans
-Suspension sautillante sur les pavés
Style un peu passe-partout face à la concurrence
Moteur poussif pour les autoroutes

Caractéristiques
Moteur
Type et cylindrée4 cylindres essence de 1,2l
Puissance64kW / 87ch à 6000tr/min
Couple120Nm à 4000tr/min
Performances
0 à 100km/h12,3s
Vitesse max171km/h
Consommation
Rejet de CO2114g/km
Cycle mixte4,9l aux 100kms
Cycle urbain6,5l aux 100kms
Cycle extra-urbain4,1l aux 100kms
Réservoir40 litres
Dimensions
Longueur3665mm
Largeur1660mm
Hauteur1540mm
Empattement2385mm
Volume mini / maxi du coffre252l / 1046l
Poids à vide941kg

Crédits illustrations : Christian CONDÉ/Le Blog Auto

Pour résumer

Alors que la progression de la marque coréenne se stabilise en Europe, Hyundai veut relancer la machine en rajeunissant sa mini-citadine, la i10, en lui greffant les nouveaux codes stylistiques de la marque déjà entrevus sur les derniers modèles de la gamme.

Christian Conde
Rédacteur
Christian Conde

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.