Lancer le diaporama
Essai Volkswagen Passat Alltrack 1
+13
LANCER LE DIAPORAMA
par David Christian Koskas

Essai Volkswagen Passat Alltrack

La Peugeot 508 dominant le marché français sur son segment, Volkswagen continue de répliquer avec les déclinaisons de sa Passat. Face à sa RXH, le constructeur au Lion trouve sur son chemin la nouvelle Alltrack. Petit tour en Corse pour juger la concurrente allemande.

Zapping Le Blogauto Essai Volkswagen Taigo

Essai Leblogauto 2015: VW Passat AllTrack par leblogauto

Style extérieur

Dans le genre des breaks surélevés, la Peugeot 508 RXH fait son petit bonhomme de chemin. Derrière et d’assez loin, sa première concurrente reste la Passat Alltrack. Il s’agit tout simplement d’un modèle classique de la berline d’outre-Rhin qui enfile des bottes pour accepter de se salir, sans rogner sur son confort. Et tout d’abord, elle se rehausse de 27 mm pour garder ses jupons à bonne distance du sol. Pour protéger autant que possible sa jolie teinte « orange habanerao », des élargisseurs d’ailes prennent place, alors que les boucliers se renforcent d’une couche supplémentaire en plastique singeant l’inox. Tout cela suffit bien à la distinguer en tant que Passat pas comme les autres.

Style intérieur

A l’intérieur en revanche, comme tout le monde dans son contexte de concurrence, c’est le statu quo. Et pour peu qu’on ne prenne pas la sellerie floquée « Alltrack », il n’y a vraiment pas grand chose pour se différencier. Allez, il y a bien quelques logos rappelant la spécificité du modèle, mais c’est tout. Compte tenu de la bonne présentation et la qualité de finition de cette Volkswagen, cela ne servirait pas à grand chose de le faire évoluer. Au-delà de ça, le plus intéressant reste son énorme soute à bagages, une des qualités majeures de la SW, qu’on retrouve logiquement dans la Alltrack.

Châssis et comportement

Disons le tout de suite, cela tombe sous le sens, mais il ne faut pas prendre cette voiture pour ce qu’elle n’est pas. Elle récupère d’emblée le 4motion, qui il faut le dire, rassure quand il s’agit de s’écarter de la route ou de monter en station de sports d’hiver. Cette transmission intégrale de type Haldex renvoie du couple vers l’arrière de façon automatique, et de manière indépendante sur chacune des roues avec le concours de l’ESP. En fait la garde au sol de 174 mm apporte le plus à cette Passat pas comme les autres. Elle enjambe mieux les obstacles de la ville et s’enfonce sur des chemins du maquis corse sans avoir peur d’y laisser un bouclier. Un mode offroad intégrant une aide à la descente facilite aussi la vie, mais on ne voit pas comment un propriétaire osera tenter le diable au point d’en avoir besoin. Elle s’en sort assez bien sur les accès défoncés et caillouteux, mais il faut se méfier des arêtes avec ces pneus.

Motorisation

En revanche, pour évoluer sur la route, le 2.0 TDi de 150 ch fait autant merveille que sous le capot de la berline. De notre point de vue, la version 190 ch n’apporte pas un plus déterminant. Elle ne perd pas véritablement en dynamisme, et son agrément s’apprécie essentiellement sur les voies rapides. En effet, elle s’avère dans ces conditions mieux amortie qu’à l’accoutumé en mode confort et normal de la suspension pilotée. Le programme sport contient de meilleure façon les mouvements de caisse dans les tournants, ce qui n’est pas superflu avec le centre de gravité sensiblement plus haut. Globalement le comportement plutôt équilibré ne se voit pas dégradé, avec toutefois un confort légèrement en hausse.

Conclusion

Pour ceux qui ne veulent pas succomber à l’appel des SUV, à cause d’une entrée de garage restreinte ou tout simplement pour rouler rehaussé au volant d’une berline, la Volkswagen s’avère être un bon choix. Cette version Alltrack renforce évidemment la polyvalence de la Passat. Surtout, elle propose une offre différente face à la Peugeot 508 qui n’existe pas en 4X4. En outre, en termes de tarifs avec le TDi 150 ch à 40 690 euros (boite manuelle), elle coûte moins cher que la sochalienne (43 250 euros, boite automatique). Moins de 1000 euros de plus par rapport à la française, permettent de rouler avec la 190 ch comprenant la DSG de série. Avec le jeu des rabais commerciaux, on peut peut-être même se retrouver au volant de l’allemande à un tarif inférieur à la 508, ce qui n’est pas si courant, surtout à ce niveau de gamme.

Crédit photos : Volkswagen

+Polyvalence
Pas si chère dans son contexte de concurrence
Capacités hors goudron
-Pas de version 4x2
Pneus pas adaptés au tout chemin

Volkswagen Passat Alltrack 150 4Motion DSG6
Moteur
Type et implantation4 cylindres Diesel Turbo
Cylindrée (cm3)1968
Puissance (kW/ch) à tr/mn110/150 à 3500
Couple (Nm) à tr/mn400 à 1750
Transmission
Roues motricesIntégrale 4Motion
Boîte de vitessesAutomatique à 6 rapports
Châssis
Suspension avantMcPherson
Suspension arrièreMulti-lien
FreinsDisques ventilés AV disques AR
Jantes et pneus225R17
Performances
Vitesse maximale (km/h)205
0 à 100 km/h (s)9
Consommation
Cycle urbain (l/100 km)5,,9
Cycle extra-urbain (l/100 km)4,3
Cycle mixte (l/100 km)4,9
CO2 (g/km)129
Dimensions
Longueur (mm)4767
Largeur (mm)1832
Hauteur (mm)1477
Empattement (mm)2790
Volume de coffre (l)650 -> 1780
Réservoir (l)66
Masse à vide (kg)1430

Pour résumer

La Peugeot 508 dominant le marché français sur son segment, Volkswagen continue de répliquer avec les déclinaisons de sa Passat. Face à sa RXH, le constructeur au Lion trouve sur son chemin la nouvelle Alltrack. Petit tour en Corse pour juger la concurrente allemande.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.

Albums Photos