par Pierre-Laurent Ribault

WEC 2012-4 : Audi déjà champion du monde à Silverstone

Avec la nouvelle victoire des vainqueurs du Mans Lotterer-Fässler-Tréluyer à Silverstone, Audi est déjà assuré du premier titre de champion du monde d'endurance de la nouvelle ère. La victoire de l'Audi R18 e-tron quattro no1 a été nette mais la Toyota TS030 a donné tout au long de la course une belle réplique qui donne espoir pour la suite de la saison.

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

Avec la nouvelle victoire des vainqueurs du Mans Lotterer-Fässler-Tréluyer à Silverstone, Audi est déjà assuré du premier titre de champion du monde d'endurance de la nouvelle ère. La victoire de l'Audi R18 e-tron quattro no1 a été nette mais la Toyota TS030 a donné tout au long de la course une belle réplique qui donne espoir pour la suite de la saison.

Les choses ont commencé sur les chapeaux de roue pour le constructeur japonais puisqu'Alex Wurz a surpris Tom Kristensen sur l'Audi no2 au premier virage pour s'emparer de la seconde place, avant de partir à la poursuite puis de passer André Lotterer sur l'Audi no1 au bout d'une dizaine de tours. La Toyota était alors la plus rapide en piste, un peu à la surprise générale, et allait le rester jusqu'à la quatrième heure malgré un safety car en début d'épreuve. La première des voitures de tête à perdre du temps était l'Audi no2 affectée par une crevaison lente et qui y perdait toute chance de garder le contact, les deux voitures de tête étant trop rapides.

L'Audi no1 prenait le commandement au cours de la quatrième heure grâce à des ravitaillements plus espacés (elle en fera au final deux de moins que la Toyota) et à une bataille de haut vol entre Benoît Tréluyer et Kazuki Nakajima. Le pilote français écopait d'un stop and go après avoir percuté la Ferrari n057 du Krohn racing mais c'était insuffisant pour lui faire perdre la tête de l'épreuve.

L'Audi no1 conservait le commandement pendant les deux heures restantes, la Toyota restant dans le même tour et finissant à 55 secondes. L'Audi no2, troisième, termine elle aussi dans le même tour à 1mn14, les écarts étant sans doute plus réduits qu'ils n'auraient pu l'être si un second safety car n'était pas intervenu en cours d'épreuve suite à la sortie de Jordan Tresson sur l'Oreca-Nissan Signatech no23.

La première LMP1 privée est, d'extrême justesse, la Lola-Toyota no13 du Rebellion Racing de Andrea Belicchi et Harold Primat qui croise la ligne avec moins d'une seconde d'avance sur la HPD Strakka no21 après une belle bataille qui a également impliqué la seconde Lola Rebellion no12.

En LMP2, les écarts très faibles à l'issue de la qualification promettaient une belle bagarre et c'est ce qui s'est produit. La Zytek-Nissan no42 du poleman Alex Brundle laissait immédiatement le commandement à la HPD Starworks no44 de Stéphane Sarrazin qui menait un moment. Il cédait la tête de la course à la Zytek-Nissan Jota no38 de Nicolas Minassian, qui a son tour échangeait la position avec la Morgan-Nissan no23 Oak Racing puis enfin l'Oreca-Nissan no25 ADR-Delta de Martin-Charouz-Graves. Celui-ci remportait la catégorie devant la HPD Starworks revenue à 5 secondes et l'Oreca-Nissan Signatech no26 de Ragues-Pantiatici et Rusinov.

La catégorie GTE Pro a été par comparaison plutôt limpide. La Porsche no77 Felbermayr-Proton avait pris la tête mais après deux heures de course devait rentrer au stand fumante avec un problème à l'arrière droit, laissant la place à la Ferrari AF Corse no51 suivant un bref passage au commandement de l'Aston Martin GTE Pro no97. Au final, Fisichella-Bruni sur la no51 l'emportent devant une autre Ferrari, la no66 de Walker et Cocker, et l'Aston Martin no97 de Mücke-Turner-Fernandez.

En LMGTE Am c'est également une Ferrari 458 Italia qui gagne, la no66 du team AF Corse - Waltrip de Perazzini-Cioci-Griffin, une belle revanche pour le gentleman driver italien accusé de tous les maux après son accrochage au Mans avec Anthony Davidson sur la Toyota.

Avec cette nouvelle victoire, Audi est d'ores et déjà assurée du titre mondial. Reste à savoir qui parmi les pilotes va remporter la couronne. L'équipage de la no1 avec cette seconde victoire prend la tête du classement mais McNish et Kristensen n'ont pas dit leur dernier mot et Toyota, même sans espoir de titre, est à la recherche d'une première victoire qui au vu de leur rythme ce week-end est une vraie possibilité. La prochaine épreuve aura lieu dans trois semaines à Sao Paulo.

Crédit photos : SB/le blog auto

Pour résumer

Avec la nouvelle victoire des vainqueurs du Mans Lotterer-Fässler-Tréluyer à Silverstone, Audi est déjà assuré du premier titre de champion du monde d'endurance de la nouvelle ère. La victoire de l'Audi R18 e-tron quattro no1 a été nette mais la Toyota TS030 a donné tout au long de la course une belle réplique qui donne espoir pour la suite de la saison.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.