par La rédaction

Succès Audi en diesel pour la 3e année consécutive

Tom Kristensen remporte sa 8e victoire au Mans. Une course palpitante, avec une dernière heure de folie ou la pluie est venue arbitrer le duel.  Peugeot place la n°7 et la n°9 sur le podium.

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

"Tout autre résultat que la victoire serait un échec", c'est ce que Peugeot s'est fixé comme objectif, avant le départ de cette édition 2008 des 24 Heures du Mans. La 908 est arrivée à maturité, le programme annoncé en 2006 est aujourd'hui à son zénith. Le championnat Le Mans Series, ainsi que la participation exceptionnelle aux 12 Heures de Sebring en début de saison ont servi de rampe de lancement...

Et la fusée 908 devait être mise sur orbite aujourd'hui, dimanche 15 juin, 15h. Une stratégie rondement menée, un coup préparé. Peugeot s'est donné les moyens de ses ambitions en investissant sans rechigner dans l'endurance. Mais la comparaison avec l'époque 905 était sans doutes trop pesante... Une obligation de gagner, pour asseoir une position marketing, mais Peugeot est tombé sur plus fort... Audi. La R10, déjà annoncée comme une retraitée en bout de développement, a parfaitement réalisée son objectif. Battre Peugeot sur la durée, en se fixant sur ce qui a fait la base de la R8 et la R10 : la fiabilité, le sérieux, la concentration.

Audi n'a pas caché son jeu, mais a appris au cours des 9 dernières années à dompter Le Mans. La marque Allemande s'est focalisée sur la préparation de la course, de bons set-up pour tenir 24 Heures... et surtout, les pilotes Audi plus que jamais ont fait preuve de concentration. Il y a tout de même eu des problèmes de transmission, des soucis comme Le Mans en offre... Mais je pense que c'est la "réserve" et le team spirit Audi qui ont eu raison des top team Peugeot. Les quadra habitués du Mans qui ont coiffé les pilotes Peugeot.

Que peut-on reprocher à Peugeot ? D'avoir été vite, trop vite ? La 908 est une magnifique auto, rapide, taillée pour Le Mans. Mais les aléas "traditionnels" n'ont pas épargné les français. La démonstration du début de course, sur un train d'enfer, a prouvé la qualité de préparation de Peugeot. Mais c'est encore cette fiabilité, et notamment les surchauffes qui ont déstabilisées les Lionnes.

La météo, déjà déstabilisatrice lors de la journée test, aura eu des incidences sur les leaders. Petits pièges, temps perdu avant de changer de pneus... La météo aura été l'arbitre de la dernière heure, ou le choix de pneumatiques fut décisif. La marque Sochalienne a joué sa carte, mais l'écart à combler était trop grand. Pneus slicks, pluie, le casse tête météorologique aura bénéficié à Audi. Mais après tout c'est la marque française qui était en position de chasseur... Joli coup tenté, manqué.

Peugeot reviendra t-il l'an prochain pour imposer son diesel ? C'est probable, mais espérons que cette volonté du Lion d'associer son nom au Diesel ne ralentisse pas la nécessaire refonte du règlement (équivalence essence / diesel).

Victoire du RS Spyder en P2

Les prototypes allemands nont jamais été inquiété depuis le départ en LMP2. Les voitures du team Essex et du Van Merksteijn Motorsport ont successivement échangé la première position en LMP2. A trente minutes de larrivée, La Porsche n°34 du team hollandais possédait 7 tours davance sur la n°31 pilotée par John Nielsen et 21 tours davance sur la Pescarolo LMP2 du Saulnier Racing... Pour une première Sarthoise, le RS aura brillé. Une arrivée en P1 à l'horizon ? Là encore, le futur règlement pèsera dans le choix.

Victoire Aston Martin Gulf

Pour cette année, les Aston Martin se sont dotées d'une robe "historique" orange et bleue. Une robe qui réussit à l'équipage de la 009, Brabham-Garcia-Turner. Une seconde victoire pour la marque en GT1, qui commémore les 40 ans de la première victoire Gulf. Derrière les deux Corvette, qui passent encore à coté de la victoire (après 2007)... Le titre ALMS ne saura pas effacer cette déception.

F430 en GT2

La dernière victoire d'une Ferrari au Mans remonte à 2003, avec une Maranello de Prodrive en GT1. Cette année, la marque Italienne s'impose dans la petite classe, le GT2. Le nombre jouait en leur faveur, mais les équipages des F430 ont fait preuve de régularité en piste.

Pour résumer

Tom Kristensen remporte sa 8e victoire au Mans. Une course palpitante, avec une dernière heure de folie ou la pluie est venue arbitrer le duel.  Peugeot place la n°7 et la n°9 sur le podium.

La rédaction
Rédacteur
La rédaction

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.