par La rédaction

Le Mans : Peugeot ou Audi, réponse dans 4 heures

Nous y sommes, la dernière ligne droite, à peine l'équivalent d'une course d'endurance de 1000 km de Le Mans Series, l'arrivée des 24 Heures du Mans sera donnée dans maintenant 4 heures. Depuis hier, 15h, Audi, Peugeot, mais aussi Pescarolo, Rebellion, ainsi que les marques engagées en GT que sont Aston Martin, Porsche ou Ferrari sont en pleine bataille.

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

Audi : début de course compliqué

Le début de course des Audi fut dramatique. Certes, les machines d’Ingolstadt sont groupées aux avants postes, et affichent leur puissance. Mais après à peine 1 heure de course, Allan McNish sort violemment après le Dunlop, pulvérisant sa R18. Une Audi de moins, alors que l'affrontement était encore à ses débuts.

C'est ensuite une nouvelle fois le clan Audi qui est touché, lorsque Mike Rockenfeller touche un concurrent GT, et par dans le rail. Une image, là aussi, qui est effroyable, mais heureusement sans conséquences. Par sécurité, Mike Rockenfeller est gardé en observation à l'Hopital du Mans. Dès lors, pour attaquer la nuit, les Allemands ne peuvent plus compter que sur une seule machine, la R18 n°2. La consommation des R18 est moins bonne que les 908, les relais sont donc moins logs, et, logiquement, les Peugeot 908 prennent le dessus.

Un équilibre des forces dans la nuit

Les Peugeot, grâce à la force du nombre, dominent, mais sont surtout en tête le plus longtemps au petit matin, la seule Audi R18 repassant lorsque la 908 s'arrête. C'est au train que Bourdais ou Pagenaud ont fait le "boulot", revenant sur une R18 esseulée mais rapide. Et puis, le cour des choses s'inverse. Les périodes de safety-car, pas évidentes à gérer au Mans, sont plutot favorables à la R18, qui recolle, et se paie même le luxe de prendre le meilleur. Le français Benoit Tréluyer, qui a donné à la R18 la pole position, réalise un relais d'anthologie. Il entre dans la légende du Mans, par sa rapidité, sa maitrise, mais aussi son audace dans le trafic. Un très grand moment de l'Histoire des 24 Heures du Mans.

Une victoire serrée

Tréluyer doit faire face à Bourdais, sur la Peugeot n°9, et Anthony Davidson ou encore Franck Montagny. Tour après tour, il parvient à se construire une avance solide. Initialement de 20 secondes, cette avance se porte à 1:20, plus confortable... mais la pluie pourrait venir arbitrer ce duel. Elle arrive sur le circuit en ce moment.

Pour résumer

Nous y sommes, la dernière ligne droite, à peine l'équivalent d'une course d'endurance de 1000 km de Le Mans Series, l'arrivée des 24 Heures du Mans sera donnée dans maintenant 4 heures. Depuis hier, 15h, Audi, Peugeot, mais aussi Pescarolo, Rebellion, ainsi que les marques engagées en GT que sont Aston Martin, Porsche ou Ferrari sont en pleine bataille.

La rédaction
Rédacteur
La rédaction

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.