par Joest Jonathan Ouaknine

Des têtes bien pleines chez McLaren GT

Dans les années 90, McLaren vient au GT à la demande d'un client, ami de Gordon Murray. Cette fois-ci, pas d'improvisation. Pour preuve, la marque de Wocking recrute trois ingénieurs venus de la F1, pour travailler sur la MP4-12C GT3.

Zapping Le Blogauto Essai Cupra Formentor VZ5 sur neige

Dans les années 90, McLaren vient au GT à la demande d'un client, ami de Gordon Murray. Cette fois-ci, pas d'improvisation. Pour preuve, la marque de Wocking recrute trois ingénieurs venus de la F1, pour travailler sur la MP4-12C GT3.

Ian Morgan (à gauche) vient de Red Bull. Il y était en charge de l'ingénierie sportive, sous la responsabilité directe d'Adrian Newey.

Andrew Bailey (au milieu) est une simple mutation. En effet, il dirigeait depuis 2008 le design des McLaren F1.

Tim White (à droite) est lui typé "moteur". C'est aussi le plus chevronné du lot. Il est passé par Illmor (devenu ensuite Mercedes HPE), Red Bull et plus récemment, le programme Indycar de Lotus.

Evidemment, dans la grande tradition de McLaren, on ne saura pas sur quoi les trois hommes vont travailler. La P1? Une version compétition de la P1? Une coupe monotype de MP4-12C GT3?

Source:

McLaren

A lire également:

Pebble Beach 2012: McLaren MP4-12C CAN-AM Edition Concept

Hamann memoR MP4-12C: livrée Art Car

Pour résumer

Dans les années 90, McLaren vient au GT à la demande d'un client, ami de Gordon Murray. Cette fois-ci, pas d'improvisation. Pour preuve, la marque de Wocking recrute trois ingénieurs venus de la F1, pour travailler sur la MP4-12C GT3.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.