par La rédaction

Audi en tête des libres : le calme avant les qualifs ?

La pluie a occupé une bonne partie de la séance d'essais libres hier soir. Si la première heure se passait sur une piste sèchante, et de plus en plus praticable, le reste de la séance allait être bien plus difficile. Pluie, piste détrempée à certains endroits et sèche à d'autres... Le Mans est un grand circuit et il faut s'y faire.

Zapping Le Blogauto Essai MG ZS EV

Du coup les équipes ont profité de ces tours sans intérêt chronométrique pour affiner leur préparation. Les rookies ont couverts leurs tours, les équipes de pointe ont rodées des pièces. Les 6 heures d’essais libres de ce mercredi ont donné un avant-goût des deux séances qualificatives à venir. Une lutte formidable entre Peugeot et Audi arbitrée par Pescarolo et Aston Martin s'annonce pour les qualifications.

Peugeot et Audi se sont échangés la première position, l’équipe Pescarolo s’avérant une alliée de poids de la firme de Sochaux, en plaçant sa Peugeot 908 Hdi FAP devant deux des 908 officielles. On peut voir ici que le choix, bien que tardif, de choisir Pescarolo pour aider Peugeot est plus judicieux que celui de Audi avec Kolles (ndlr : une équipe privée engagée en DTM). Oui, on peut se dire que Audi n'a pas besoin de Kolles, mais tout de même, ces dieselistes privés pourraient avoir leur mot à dire en cas de lutte fracassante en tête. Pour le moment, avantage Peugeot donc.

Peugeot a mené une véritable course de 6 heures. Les trois pilotes de la Peugeot 908 Hdi FAP n°7 ont bouclé un nombre record de 79 tours, soit plus de 1076 km parfois en limite d’adhérence sur une piste détrempée sans souci majeur. Marc Gene a d'ailleurs offert au public quelques jolies figures à l'approche du Dunlop... Audi accapare malgré tout les deux meilleurs temps de la soirée. L'Ecossais Allan McNish sur la n°1 s’octroyant le meilleur temps devant son collègue allemand Marco Werner en 3’30.708. McNish est chez lui. Fidèle à ses habitudes, il a passé un peu de temps sur le muret des stands, à contempler les concurrents, avant de prendre place dans la R15. Un chrono qui devrait être amélioré jeudi soir lors des qualifications que l'on nous annonce sur une piste totalement sèche.

Les Porsche RS Spyder ont dominé leurs opposantes directes en P2, relèguant à plus de 10 secondes la Ginetta Zytek de l’équipe portugaise QSM. Il sera intéressant de voir les performances en qualifications, pour vérifier si les Spyder ont toujours cette avance sur leurs poursuivants.

Les Corvette officielles C6.R ont connu une alerte avec une sortie de piste d’Antonio Garcia avant de ranger le matériel une fois le travail accompli. Les deux « vettes » jaunes et noires ont réalisé les deux meilleurs chronos de leur catégorie devant l’Aston Martin DBR9 n°66 du Jet Alliance. Bonne performance pour cette Aston Martin DBR9 "privée" et confiée à des gentlemen drivers dont l'objectif modeste sera de finir.

En GT2, l’équipage de la Porsche Felbermayr-Proton n°77 s’est illustré devant la Ferrari tenante du titre de Risi Competizione et la surprenante Spyker C8 Laviolette n°85 très rapide durant cette séance d'essais libres.

Chez Spyker, on avait annoncé la couleur avant le premier meeting Le Mans Series à Spa, expliquant que le matériel a beaucoup progressé. Voila peut-être le premier signe de cette évolution. Mais il faudra d'abord finir, chose que les Spyker n'ont pas encore fait au Mans. En GT2, signalons également que la Porsche 997 RSR du Endurance Asia Team (rouge décorée d'un magnifique dragon) a qualifié ses 3 rookies.

J’adore le circuit, il est superbe. J’aime beaucoup le virage Porsche, mais je le préfère sur le sec, comme en début de relais, plutot que sous la pluie. J’aime aussi la ligne droites des Hunaudières. Il y a un sentiment très particulier lorsque l’on y est. C’est juste toi et la voiture” explique Darryl O'Young le pilote Chinois.

Pour résumer

La pluie a occupé une bonne partie de la séance d'essais libres hier soir. Si la première heure se passait sur une piste sèchante, et de plus en plus praticable, le reste de la séance allait être bien plus difficile. Pluie, piste détrempée à certains endroits et sèche à d'autres... Le Mans est un grand circuit et il faut s'y faire.

La rédaction
Rédacteur
La rédaction

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.