Lancer le diaporama
24H du Mans 2019 : Quel équipage Toyota sera champion ? 1
+9
LANCER LE DIAPORAMA
par Alain Monnot

24H du Mans 2019 : Quel équipage Toyota sera champion ?

Dimanche soir, TOYOTA GAZOO Racing tirera le rideau sur une "super saison" à marquer d’une pierre blanche, le Championnat du Monde FIA d’Endurance (WEC) 2018-2019. Avant cela, l’écurie défendra son trophée des 24 Heures du Mans, dans la course la plus éprouvante du calendrier.

Zapping Le Blogauto Essai Dacia Jogger

Après une première victoire historique l’an dernier au Mans,  l’équipe a dominé le championnat en remportant six des sept courses de cette super saison, qui s’achèvera avec ces 24 heures 2019. Malgré l’assurance du double sacre – les titres constructeurs et pilotes –  Toyota sait quelle se doit de gagner cette 87e édition des 24 Heures du Mans, face aux autres LMP1 non-hybrides, qui n’ont de cesse de vouloir faire trébucher les japonaises.

C'est une question d'image et de valeur des titres. C'est aussi la seule saison qui comptera "deux Le Mans" (2018 et 2019) (*).

La #7 ou la #8 ?

Outre la lutte pour la victoire impérative sur le circuit de la Sarthe, cette finale doit encore décider du titre des pilotes. La TS050 Hybrid #8 des derniers vainqueurs du Mans, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima et Fernando Alonso, devance de 31 points la #7 de Mike Conway, Kamui Kobayashi et José María López... alors qu’un maximum de 39 points reste à marquer le week-end prochain (1 point pour la pole position, 38 points pour la victoire en course).

Dans ces conditions, on peut se demander si chez Toyota on laissera les faits de course décider de la victoire entre la #7 ou la #8 ou si des consignes seront données, pour absolument gagner. Au niveau des retombées médiatiques, la couronne pour la #8 avec un certain Alonso serait une véritable manne tant la notoriété de l’espagnol est immense chez les spectateurs. On ne peut pas exclure, malgré ce que l’on a pu observer lors de la journée test, que les SMP et les Rébellion puissent tailler des croupières aux Toyota et, comme au Mans, tout peut devenir improbable, même une victoire quasi certaine jusqu'à 1 tour du drapeau à damier….

Toyota s’aligne pour une 21e participation à l’épreuve reine de l’endurance. C’est dire l’attachement à cette course constituant un défi sans pareil pour les voitures, les pilotes et les écuries. Tous les éléments doivent se conjuguer pour surmonter les difficultés multiples : un circuit unique en son genre, des conditions météorologiques changeantes, la fatigue et les impondérables inhérents à une course de 24 Heures, où 62 voitures - un record - se partagent les 13,626 km du tracé.

Depuis 2012, Toyota aligne des prototypes LMP1 à motorisation hybride. La dernière version en date, la TS050 Hybrid, possède quatre roues motrices grâce à des moteurs/générateurs électriques montés sur les deux essieux. En récupérant l’énergie au freinage et en la stockant dans une batterie de forte capacité, la voiture affiche une puissance maximale de 1 000 ch.

Dans la mesure où les 24 Heures du Mans 2019 font partie de la même super-saison que l’édition 2018, aucune modification majeure n’est autorisée sur la TS050 Hybrid à l’aérodynamisme élaboré pour les tracés rapides comme celui du Mans. Toutefois, l’équipe n’a eu de cesse d’affiner les réglages et les stratégies depuis l’an dernier. Nous avons pu constater lors de la journée test que les Toyota étaient un poil plus lentes que l’an dernier. N’était-ce point un brin volontaire pour éviter un nouvel ajustement de poids dans le cadre de l’EoT, ayant valu aux Toyota d’embarquer 10 kilos de plus ?

Les protagonistes du Toyota Gazoo Racing nous font part de leurs sentiments d’avant course :

Hisatake Murata, président de l’équipe

« C’est pour nous une semaine importante car c’est la dernière course d’une saison longue et fructueuse, mais aussi le temps fort de l’année. Le Mans étant l’objet d’une grande partie des efforts entrepris tout au long de la saison, nous avons préparé les voitures avec le plus grand soin. Mais ici, rien n’est gagné d’avance car c’est de loin l’épreuve la plus difficile du calendrier. Le circuit est très particulier, la course longue et exténuante, la météo parfois capricieuse et, bien sûr, nous ne sous-estimons pas nos concurrents. Pour tous, le Mans est un vrai défi. Les essais et les préparatifs se sont déroulés dans un solide esprit d’équipe. Je pense donc que nous sommes prêts à défendre notre titre et à offrir aux spectateurs une course passionnante et de belles émotions. »

Mike Conway (TS050 Hybrid #7)

« Le Mans est une course très spéciale : c’est notre objectif premier et la raison d’être de la TS050 Hybrid. C’est ici que l’on perçoit vraiment sa rapidité. Chaque fois que je monte dans la voiture, je compte les jours qui me séparent de l’édition suivante. On y pense tout le temps. C’est une épreuve majeure, passionnante et qui n’a lieu qu’une fois par an. J’adore l’esprit du Mans et j’ai hâte de prendre le départ. Et comme c’est la dernière de la saison, nous voulons finir en beauté. »

Kamui Kobayashi (TS050 Hybride #7)

« Quand on arrive au Mans, on sent que ce n’est pas une épreuve comme les autres. Je fais de la compétition depuis des années mais, sur ce circuit, l’ambiance et le pilotage sont toujours incroyables. Dans une carrière de pilote, les occasions sont rares de gagner ces 24 Heures puisqu’elles n’ont lieu qu’une fois par an. Ces trois dernières années, nous avions la voiture pour gagner... mais c’est resté un rêve. Sur la #7, nous allons tout donner pour que cette année soit la nôtre. »

José María López (TS050 Hybrid #7)

« Toute l’année, on travaille pour Le Mans, on en rêve : c’est la course la plus importante à nos yeux. Tout le monde veut la gagner, pour toute la difficulté et toute l’histoire qu’elle représente. C’est une expérience très particulière pour tous les membres de l’équipe. Chaque saison nous conduit sur quantité de beaux circuits dans le monde, mais aucun n’est comparable à celui-ci. Lui seul permet à la TS050 Hybrid d’exprimer tout son potentiel. La piloter au Mans est une expérience fantastique. »

Sébastien Buemi (TS050 Hybrid #8)

« La victoire de 2018 au Mans a énormément compté : ça faisait si longtemps que Toyota et moi tentions notre chance. Quelle sensation grisante et quelle satisfaction, enfin ! Nous avons aussi en ligne de mire le championnat du monde des pilotes, car ce serait génial de remporter à nouveau le titre. Mes coéquipiers et moi sommes mobilisés pour faire un sans-faute. J’ai le sentiment que nous sommes dans une bonne dynamique et que nous avons fait du bon boulot jusqu’à présent. Alors continuons... »

Kazuki Nakajima (TS050 Hybrid #8)

« Il est très dur de courir 24 Heures car les défis sont déjà nombreux – ne serait-ce que pour arriver à finir la course. Alors, la gagner... C’est ce qui fait son exception et c’est pourquoi nous continuons à nous remettre en lice au Mans. La victoire de l’an dernier a été naturellement l’un des résultats les plus importants de ma carrière, et plus encore de Toyota qui la briguait depuis trente ans. Il va falloir rassembler tous nos efforts et toute notre énergie pour gagner à nouveau mais, comme chacun dans l’équipe, je suis totalement motivé. »

Fernando Alonso (TS050 Hybrid #8)

« Le Mans est la course la plus difficile du calendrier. La victoire de l’an dernier représentait beaucoup pour moi : l’obtenir dès ma première tentative, c’était le rêve ! Ça a été une journée très particulière, un moment magique. À la remise des prix, quand on voit la foule se presser dans toute la ligne droite et celle des stands, on se sent très fier de l’équipe après tout le travail accompli. Heureusement, cette année, la pression est retombée puisque nous avons déjà gagné une première fois. J’espère donc que nous pourrons profiter un peu plus de la course. Mais nous allons travailler dur car ce sera forcément difficile. »

Pour résumer

Dimanche soir, TOYOTA GAZOO Racing tirera le rideau sur une "super saison" à marquer d’une pierre blanche, le Championnat du Monde FIA d’Endurance (WEC) 2018-2019. Avant cela, l’écurie défendra son trophée des 24 Heures du Mans, dans la course la plus éprouvante du calendrier.

Alain Monnot
Rédacteur
Alain Monnot

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.

Albums Photos