par Elisabeth Studer

Renault Cléon : inauguration du moteur de la Mégane E-Tech

L'usine Renault de Cléon a lancé mardi la production d'un nouveau moteur électrique. Le site connu jusqu’à présent pour être le "temple du thermique » accélère ainsi sa transition vers l'électrique.

Zapping Le Blogauto Essai Dacia Jogger

Renault inaugure une ligne de montage d’un moteur pour la Mégane E-Tech

Après avoir effectué sur le site des travaux de rénovation durant deux ans, Renault a inauguré mardi la ligne de montage d'un moteur électrique de 160 kilowatts, soit 220 chevaux. Lequel est destiné à son nouveau modèle phare dans le domaine des véhicules électriques haut de gamme, la Mégane E-Tech.

Selon Thomas Denis, le directeur de l'usine, le moteur, refroidi à l'huile pour de meilleures performances, est 25% plus compact et 15% plus léger que celui de la Zoé.

Frère jumeau sur le Nissan Ariya

Ce nouveau moteur a été développé dans le cadre de l'Alliance avec Nissan. Son frère jumeau, produit au Japon, équipe le nouveau SUV de la marque japonaise, l'Ariya.

Cléon : site phare de la production de moteurs thermiques en 2021

Cléon est resté un site phare de la production pour véhicules thermiques en 2021. L’année dernière, les salariés du site ont produit 600.000 moteurs et boîtes de vitesse pour des modèles à combustion interne, ainsi que 167.000 moteurs hybrides et 150.000 moteurs électriques, notamment pour la Zoé.

Doublement des moteurs électriques prévu dans deux ans

La production de moteurs électriques devrait désormais doubler d’ici les deux prochaines années.

Si l’on ajoute la production d’un moteur électrique plus petit pour la nouvelle R5, la production devrait passer à 500.000 électriques et 510.000 hybrides à partir de 2024, avec une fabrication de moteurs thermiques dédié uniquement à l’exportation en 2030.

Pour le directeur industriel de Renault, Jose Vicente de los Mozos, "c'est l'exemple d'une transformation industrielle", avec "un avenir clair ». On ne demande qu’à le croire ...

L'usine doit aussi produire à partir de 2027 un moteur de 200 kilowatts, conçu sans terres rares, et produit en partenariat avec l'équipementier français Valeo.

L’emploi : l’envers du décor

Fin juin, Cléon a annoncé l'embauche de 100 nouveaux collaborateurs en CDI en vue d’ »accompagner la transformation électrique du site". Le centre de formation interne doit accueillir ses premiers salariés en juillet.

Il n’en demeure pas moins que le nombre de salariés n'a cessé de baisser à Cléon, notamment dans le cadre d'un plan de départ lancé par le groupe automobile début 2021. "On a 3.096 CDI en activité, alors qu'on était à 3.600 il y a deux ans", souligne ainsi William Audoux, représentant de la CGT dans l'usine.

La direction dénombre de son côté 3.228 salariés. M. de los Mozos assurant que le constructeur « n'a laissé personne de côté".

Les moteurs électriques nécessitent moins de main-d'œuvre. La direction de Renault indique ainsi que la fabrication du nouveau moteur est automatisée à 60%, contre 40% pour le moteur de la Zoé, et entre 7 et 30% pour un moteur thermique, selon les pays de fabrication.

Notre avis, par leblogauto.com

Il est bien loin désormais le temps des moteurs des 4L, R5 ou Twingo. Le site, métamorphosé, répond dorénavant aux « standards » de l’air du temps.

Cléon aura ainsi sa place dans la future entité électrique de Renault. Laquelle doit rassembler 10.000 salariés en France à horizon 2023, avec notamment les trois usines de son pôle "ElectriCity", dans les Hauts-de-France.

Sources : AFP

Pour résumer

L'usine Renault de Cléon a lancé mardi la production d'un nouveau moteur électrique, destiné à équiper la Mégane E-Tech. Le site connu jusqu’à présent pour être le "temple du thermique » accélère ainsi sa transition vers l'électrique. Le problème de l'emploi devrait néanmoins se poser.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.