par Thibaut Emme

Les flottes d'entreprises pour booster le parc de VE ?

En Belgique, seules les voitures de sociétés électriques pourront avoir une déduction fiscale en 2026. Une manière d'encourager la bascule du marché vers le VE. Les flottes d'entreprises sont un gros levier pour transformer un parc roulant.

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

En France, hors période covid, environ la moitié des ventes annuelles de voitures sont faites par les entreprises. Et les entreprises ne conservent pas très longtemps leurs véhicules, en moyenne. De fait, leurs achats influent énormément sur le marché de l'occasion. On a, par exemple, un parc roulant plus récent dans les grands centres urbains grâce aux flottes d'entreprises.

En Belgique, les VE ou les véhicules neutres en émission auront donc droit à une déduction fiscale à 100% dès 2026. Cinq ans plus tard, ce taux baissera à 67,5%. Pour l'instant en France, les véhicules électriques bénéficient d'une exonération totale de TVS (taxe sur les véhicules de société). Mais, ce ne sont pas les seuls et ainsi, les véhicules sont exonérés définitivement s'ils émettent moins de 50 g/km de CO2. L'exonération est temporaire, pour la première composante de la taxe, pour 12 trimestres (3 ans) si le véhicule émet entre 51 et 120 g/km.

Pousser le VE en entreprise pour créer un marché d'occasion

Dans la pratique, on a donc VE et PHEV exonérés définitivement de la première composante de la taxe. Pour pouvoir afficher moins de 120 g/km, on tombe sur des véhicules diesel, ou avec des essence dans les citadines. Aussi, la fiscalité d'entreprise incite à prendre un VE ou un PHEV et on assiste actuellement à une "ruée" sur les hybrides rechargeables en véhicule de société.

Faut-il que l'état français en fasse plus pour le VE ? Ou bien la dualité VE+PHEV est une bonne chose ? Surtout, ne devrait-on pas abandonner l'exonération même temporaire pour les véhicules thermiques ? Pour le moment, rien n'a été annoncé en ce sens. Mais qui sait demain ?

En France, tout comme en Belgique, le parc de bornes installées est insuffisant, que ce soit en voirie ou dans les entreprises. Avoir un parc de VE c'est bien, pouvoir le recharger au boulot, c'est mieux. Le manque de bornes publiques accélérées ou rapides est désormais l'un des principaux freins à l'achat de VE. Ce n'est plus l'autonomie, mais la crainte de ne pouvoir trouver un point de charge acceptable et qui fonctionne.

Là, pas de miracle, cela passera encore par des incitations à l'installation ou des plans publics de déploiement. Ce problème n'est pas franco-français, mais se pose dans tous les pays où le VE se vend très fortement, comme l'Allemagne par exemple.

Pour résumer

En Belgique, seules les voitures de sociétés électriques pourront avoir une déduction fiscale en 2026. Une manière d'encourager la bascule du marché vers le VE. Les flottes d'entreprises sont un gros levier pour transformer un parc roulant.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.