par Elisabeth Studer

Electrification : nouveau pilier de l’Alliance Renault-Nissan

Où l’on reparle de l’Alliance Renault-Nissan. Selon Ashwani Gupta, le directeur des opérations du constructeur japonais, Nissan va standardiser et partager les composants de ses véhicules électriques avec son partenaire français Renault. Il était temps, diront certains !

Zapping Le Blogauto Essai Volkswagen Taigo

Où l’on reparle de l’Alliance Renault-Nissan. Selon Ashwani Gupta, le directeur des opérations du constructeur japonais, Nissan va standardiser et partager les composants de ses véhicules électriques avec son partenaire français Renault. Il était temps, diront certains !

Pour rappel, Nissan vise d'ici début 2030 une électrification de tous ses nouveaux véhicules dans ses marchés clés.

L’électrification, nouveau pilier des synergies au sein de l’Alliance

Selon Ashwani Gupta, si certes Nissan partage déjà avec Renault et Mitsubishi (autre membre de l’Alliance) des plates-formes communes ainsi que des composants, ces efforts ont "atteint le maximum que les partenaires devr[aient] faire".

"C'est pourquoi nous changeons le rythme des synergies suivantes, en utilisant l'électrification comme pilier principal", a déclaré le dirigeant à l’agence de presse Reuters.

Le développement des batteries devient un objectif prioritaire

Le développement des batteries, qui était jusqu'à présent l'un des points faibles de l'alliance, serait désormais l'un de ses principaux objectifs. Rappelons que la batterie représente l'un des

éléments les plus coûteux d'un véhicule électrique.

Collaboration accrue entre Renault et Nissan sur les batteries

Le 11 mai dernier, le directeur général de Renault, Luca de Meo, a déclaré lors d'une conférence organisée par le Financial Times, que Nissan et Renault étaient en pourparlers pour collaborer davantage en utilisant la même technologie de batterie.

"Nous prenons actuellement beaucoup de décisions pour mettre des choses en commun. Les modules de batteries, par exemple, sont un de ces sujets dont nous discutons en ce moment même", a indiqué le dirigeant. Affirmant que cette démarche pourrait permettre à l’Alliance d’être la première à franchir la barre du million de véhicules vendus sur une même architecture de batteries.

Vendredi, Ashwani Gupta a déclaré que les deux groupes s'étaient mis d'accord sur les caractéristiques communes des batteries, tout en conservant les spécificités de leurs marques respectives. Il a par ailleurs ajouté qu'une standardisation "contribuerait de manière significative" aux économies d'échelle.

Selon le directeur des opérations, l'électrification ne devrait pas poser de problèmes d'approvisionnement au vu du réseau mondial de composants de Nissan. L'entreprise

s'approvisionne en batteries en Chine, au Japon, en Europe et aux États-Unis.

Notre avis, par leblogauto.com

Renault semble soudain se rappeler qu’il a partenaire au sein de l’Alliance : Nissan. Un allié de choix alors que les pénuries de composants et matériaux rentrant en ligne de compte dans la fabrication de batteries risquent de frapper les constructeurs dans les prochains mois. De quoi inciter à se serrer les coudes et à rechercher de nouvelles synergies, y compris dans les processus d’achats et d’approvisionnements.

Rappelons que jusqu’en 2018, Nissan disposait de sa propre division dédiée aux batteries : Automotive Energy Supply Corporation (AESC), cédée à Envision Group, société chinoise d'énergies renouvelables. Renault collabore quant à lui avec le Coréen LG pour équiper ses véhicules.

Sources : Reuters, Financial Times

Pour résumer

Où l’on reparle de l’Alliance Renault-Nissan. Selon Ashwani Gupta, le directeur des opérations du constructeur japonais, Nissan va standardiser et partager les composants de ses véhicules électriques avec son partenaire français Renault. Il était temps, diront certains !

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.