par Nicolas Anderbegani

Apple : une "iCar", du mythe à la réalité ?

On la croyait plus ou moins enterrée, mais elle pourrait surgir dans quelques années. Selon certaines sources internes qui se sont confiées à Reuters, Apple, qui prépare activement sa technologie de conduite autonome, se fixe l’horizon 2024 pour produire un véhicule de tourisme qui inclurait sa propre technologie de batterie révolutionnaire. Mais vu le peu d’informations concrètes disponibles, les interrogations sur le produit fini et les modalités de production sont néanmoins encore nombreuses.

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara

On la croyait plus ou moins enterrée, mais elle pourrait surgir dans quelques années. Selon certaines sources internes qui se sont confiées à Reuters, Apple, qui prépare activement sa technologie de conduite autonome, se fixe l’horizon 2024 pour produire un véhicule de tourisme qui inclurait sa propre technologie de batterie révolutionnaire. Mais vu le peu d’informations concrètes disponibles, les interrogations sur le produit fini et les modalités de production sont néanmoins encore nombreuses.

Un projet audacieux

C'est un serpent de mer. L’ambition automobile de la firme de Cupertino, connue sous le nom de Project Titan, avait été lancée en 2014 avant de connaître bien des vicissitudes, notamment des dissensions internes, si bien qu’Apple avait semblé reculer et annoncé en 2018 se concentrer sur les logiciels. Doug Field, un vétéran d'Apple qui avait travaillé chez Tesla Inc, est revenu pour superviser le projet, rejoignant d'autres ex-Tesla dans l'aventure. Depuis, des progrès considérables ont visiblement été accomplis puisque Apple ambitionne de construire un véhicule personnel pour le marché de masse, contrairement à des concurrents comme le Waymo d'Alphabet (maison mère de Google, ndlr), qui a construit des robots taxis destinés à un service de transport sans conducteur.

Fabriquer un véhicule représente un défi, même pour Apple, une entreprise à l'énorme puissance financière, qui produit (ou plutôt fait produire...) des centaines de millions d'appareils électroniques chaque année avec des pièces et des matériaux du monde entier, mais qui n'a jamais fabriqué de voiture. Il a fallu 17 ans à Tesla d'Elon Musk avant de devenir une voiture à but lucratif durable.«S'il y a une entreprise sur la planète qui a les ressources pour le faire, c'est probablement Apple. Mais en même temps, ce n'est pas un téléphone portable », a déclaré une personne qui a travaillé sur Project Titan. «Pour avoir une usine d'assemblage viable, vous avez besoin de 100 000 véhicules par an, avec plus de volume à venir», a déclaré la personne.

Certains investisseurs d'Apple ont réagi avec prudence, comme Trip Miller, qui a déclaré : «Il me semble que si Apple développe un système d'exploitation avancé ou une technologie de batterie, il serait préférable de l'utiliser dans le cadre d'un partenariat avec un fabricant existant sous licence», a déclaré Miller. «Comme nous le voyons avec Tesla et les anciens constructeurs automobiles, avoir un réseau de fabrication très complexe dans le monde ne se fait pas du jour au lendemain.»

Ceci est une révolution ?

Beaucoup d’éléments restent à définir encore. Oui, il a fort à parier que Apple passerait par un partenaire fournisseur expérimenté pour assembler les voitures. D’autres hypothèses, étayées depuis quelques années déjà, tablent plutôt sur la finalisation d’un système de conduite autonome qui sera vendu ensuite à des constructeurs tiers, dans la suite logique de l'Apple CarPlay et de partenariats déjà existants, comme la Digital Key de BMW.  Bref, tout semble encore sur la table. Les fuites très bien contrôlées sont aussi un signal envoyé aux marchés. Alors que les actions de Tesla ont terminé avec une baisse de 6,5 % lundi après leurs débuts dans le S&P 500, l’action d'Apple a terminé en hausse de 1,24% après la nouvelle.

Au cœur de la stratégie d'Apple se trouve un nouveau type de batterie qui révolutionnerait la donne technologique actuelle. Apple prévoit d'utiliser une conception «monocellulaire» qui la rendrait plus compacte et permettrait d’embarquer davantage de matériau actif, donnant à la voiture une autonomie potentiellement plus longue. Apple examine également une technologie de batterie appelée LFP, ou phosphate de fer lithium,  qui est moins susceptible de surchauffer et donc plus sûre que les autres types de batteries lithium-ion.«C'est le niveau suivant», a déclaré la personne à propos de la technologie de batterie d'Apple. "Comme la première fois que vous avez vu l'iPhone."

Notre avis, par leblogauto.com

Faisons confiance à Apple pour créer le buzz, alimenter la « hype » comme on dit autour de son futur produit. Apple aura-t-elle l’audace de se lancer dans la production automobile et peut-être à terme venir titiller Tesla ? La marque d’Elon Musk a mis du temps à asseoir son projet et l’expérience Dyson a montré que cela pouvait aussi être très casse-gueule. Nous n’en sommes pas encore là, mais le monde industriel et technologique moderne nous a appris, ces 20 dernières années, que les choses pouvaient aller très vite !

Source : Reuters

Pour résumer

On la croyait plus ou moins enterrée, mais elle pourrait surgir dans quelques années. Selon certaines sources internes qui se sont confiées à Reuters, Apple, qui prépare activement sa technologie de conduite autonome, se fixe l’horizon 2024 pour produire un véhicule de tourisme qui inclurait sa propre technologie de batterie révolutionnaire. Mais vu le peu d’informations concrètes disponibles, les interrogations sur le produit fini et les modalités de production sont néanmoins encore nombreuses.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.