par Elisabeth Studer

Les ambitions de Biden sur les VE se heurtent à la réalité

Les ambitions de Joe Biden sur l’essor des véhicules électriques pourraient au final se retourner contre lui. Face aux nouveaux objectifs fixés par la Maison Blanche la semaine dernière, les constructeurs automobiles US veulent obtenir en retour des mesures du Congrès sur les stations de recharge et les incitations fiscales. Le soutien des consommateurs est également nécessaire, et ce n’est pas forcément gagné.

Zapping Le Blogauto Essai MG ZS EV

Les ambitions de Joe Biden sur l’essor des véhicules électriques pourraient au final se retourner contre lui. Face aux nouveaux objectifs fixés par la Maison Blanche la semaine dernière, les constructeurs automobiles US veulent obtenir en retour des mesures du Congrès sur les stations de recharge et les incitations fiscales. Le soutien des consommateurs est également nécessaire, et ce n’est pas forcément gagné.

Biden : un plan ambitieux pour les VE

Le président des Etats-Unis Joe Biden veut convertir les automobilistes américains aux voitures électriques. Il fait même de cette politique un pilier de son plan pour lutter contre le changement climatique . Le secteur est la principale source d'émissions de gaz à effet de serre du pays, contribuant à plus d'un quart des gaz à effet de serre des Etats-Unis.

De multiples facteurs hors du contrôle de Biden

Le succès de la stratégie de Biden dépend toutefois fortement de facteurs hors du contrôle du président et du gouvernement US.

D’autant plus que le décret que Joe Biden a signé jeudi – appelant les ventes d'hybrides électriques, à pile à combustible et rechargeables à représenter 50% des ventes de voitures et de camions légers d'ici 2030 – n’est dotée d’aucune valeur contraignante.

L’objectif met en jeu un périlleux équilibre d’une longue liste d'intérêts , parmi lesquels ceux de l'industrie, des partis politiques, des syndicats, des environnementalistes, des régulateurs et des gouvernements locaux.

« C'est un Rubik's cube de complexité », a ainsi déclaré Larry Burns, un ancien dirigeant de GM et conseiller de Waymo, filiale d’Alphabet dédiée à la conduite autonome .

Les constructeurs veulent des bornes de recharge et des incitations fiscales

Les constructeurs automobiles US affirment d’ores et déjà disent qu'ils pourraient atteindre un objectif compris entre 40 % et 50 % des ventes uniquement si le Congrès dépense des milliards de dollars pour construire un réseau de bornes de recharge pour véhicules électriques et offre des incitations fiscales aux consommateurs, entre autres mesures.

Un plus grand national réseau de bornes de recharge est considéré comme essentiel pour atténuer le stress lié au degré d'autonomie ou à la peur de tomber en panne sur l'autoroute.

Un obstacle de taille : l’acceptation des consommateurs

Mais même si les constructeurs étaient prêts à produire autant que le plan de Biden le voudrait, reste la nécessité que les consommateurs américains suivent. Et ce n’est pas forcément gagné au pays de l’oncle SAM …

A l’heure actuelle, les véhicules électriques représentent environ 3% des ventes, une situation due notamment à des tarifs de base généralement plus élevés et de leur autonomie limitée.

Certains analystes US estiment même que l’acceptation des consommateurs constitue le plus gros obstacle à venir.

Les partisans de Biden estiment l’objectif réalisable

Les partisans du plan de Joe Biden reconnaissent l'ampleur de la tâche à accomplir mais insistent sur le fait que – selon l’eux - l'objectif est réalisable.

Les incitatifs fiscaux peuvent aider à combler la différence de prix entre les véhicules à essence et électriques chez le concessionnaire, indiquent-ils en guise d’arguments.

Jouant sur la corde financière, ils ajoutent qu’une fois acquis, les véhicules électriques offrent des économies continues sur les coûts de carburant et d'entretien par rapport aux véhicules à moteur thermique, et offrent souvent une meilleure conduite.

Premier test grandeur nature : nouvelles règles de l’EPA

L'impact le plus immédiat de la nouvelle stratégie Joe Biden sera lié à la manière dont il fera usage de l'autorité qu'il détient sur l'Environmental Protection Agency (EPA). Laquelle

propose de nouvelles règles qui obligeraient les constructeurs automobiles à augmenter l'efficacité énergétique moyenne de leur parc à l'équivalent de 52 miles par gallon d'ici l'année modèle 2026, utilisant une mesure de l'industrie qui prend en compte à la fois l'efficacité énergétique et les réductions d'émissions.

A comparer avec l'exigence actuelle de 43,3 mpg pour 2021 en vertu des règles fixées l'année dernière par l'administration Trump.

En vertu de la proposition de l'agence, qui est désormais soumise à une période de commentaires du public, les constructeurs automobiles bénéficieraient d'une flexibilité accrue pour se conformer en utilisant les crédits qu'ils ont accumulés au cours des années précédentes lorsqu'ils ont dépassé leurs objectifs de vente en matière d’exigences d'efficacité énergétique.

Cet assouplissement est toutefois susceptible de stimuler l'opposition de la gauche, certains écologistes affirmant déjà que le président cède devant l'industrie automobile.

La proposition de l'EPA ne permettrait de générer que 75 % des gains d'efficacité issus des règles originales de l'ère Obama, selon une analyse de Consumer Reports. "Il ne fait aucun doute que [la proposition de l'EPA] est une grande amélioration par rapport à l'endroit où nous étions", a déclaré David Friedman, Vice-président du plaidoyer de Consumer Reports. "Mais cela ne va pas aussi loin que notre technologie peut aller, et là où les consommateurs et le climat ont besoin que nous allions."

Des règlements non pérennes, liés à l’administration au pouvoir

De plus, règlements eux-mêmes ne sont pas gravés dans le marbre, a déclaré Marie Nichols, ancienne présidente du California Air Resources Board et pionnière de la réglementation de l'économie de carburant.

Joe Biden prend désormais des mesures pour durcir les normes d'efficacité énergétique en grande partie parce que l'ancien président Donald Trump a considérablement assoupli les normes initialement imposées par l'ancien président Barack Obama.

"Une administration déterminée à les démanteler peut rapidement changer de cap", estime Mme Nichols.

Craintes sur l’emploi

Les concessionnaires automobiles redoutent quant à eux la perte de lucratifs travaux d'entretien réalisés sur les moteurs traditionnels.

Les syndicats craignent parallèlement des pertes d'emplois si la transition se fait trop rapidement.

Joe Biden a exprimé son soutien aux employés syndiqués lors d'un événement à la Maison Blanche jeudi durant lequel il a signé le décret, avec des dirigeants de Ford , General Motors Co. et Stellantis.

La Maison Blanche a laissé de côté les constructeurs automobiles étrangers, y compris Toyota Motor Corp. ou alors Hyundai Motor Co. , dont la main-d'œuvre américaine n'est pas syndiquée, ainsi que Tesla Inc., l'entreprise qui a ouvert la voie à la création d'un marché pour les véhicules électriques.

L'exclusion a entraîné une réprimande de l'American International Automobile Dealers Association, qui a noté que toute politique qui « donne la priorité à certains travailleurs américains de l'automobile par rapport à d'autres … politise ce qui devrait être une mission partagée », rendant plus difficile l'atteinte de l'objectif de vente de véhicules électriques.

Notre avis, par leblogauto.com

Joe Biden prend des risques à promouvoir un plan aussi ambitieux et mettant en jeu de multiples facteurs, qu’il ne maitrise pas forcément. Sa stratégie pourrait lui revenir en pleine face tel un boomerang, les constructeurs souhaitant obtenir garanties et soutiens en retour.

Les groupes automobiles US pourraient encore revenir sur leurs engagements, comme ils l'ont fait auparavant en demandant à l'EPA d'annuler la décision concernant les économies de carburant et les émissions polluantes. Les entreprises cherchant alors à profiter de la promesse du président Donald Trump de faire reculer la réglementation.

D’autant plus que le Congrès a retiré une partie des crédits d'impôt et des dépenses dont l'industrie dit avoir besoin d'un paquet d'infrastructures bipartite en attente, laissant aux démocrates le soin d'envisager un autre projet de loi de dépenses qui fait face à de grands obstacles à l'adoption.

Sources : Wall Street Journal

Pour résumer

Les ambitions de Joe Biden sur l’essor des véhicules électriques pourraient au final se retourner contre lui. Face aux nouveaux objectifs fixés par la Maison Blanche la semaine dernière, les constructeurs automobiles US veulent obtenir en retour des mesures du Congrès sur les stations de recharge et les incitations fiscales. Le soutien des consommateurs est également nécessaire, et ce n’est pas forcément gagné.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.