par Elisabeth Studer

L'ACEA exhorte l'UE à développer les bornes de recharge publiques

L'Association européenne des constructeurs automobiles (ACEA) redoute désormais que ses « efforts » pour développer et produire véhicules électriques faute de bornes de recharges …. Ce qui peut être considéré comme le lobby automobile au sein de l'Union européenne affirme désormais que Bruxelles devrait fixer des objectifs contraignants pour que soient mis en place un million de points de recharge publics pour les véhicules électriques d'ici 2024 et trois millions d'ici 2029.

Zapping Le Blogauto Essai Cupra Formentor VZ5 sur neige

L'Association européenne des constructeurs automobiles (ACEA) redoute désormais que ses « efforts » pour développer et produire véhicules électriques s'avèrent vainsfaute de bornes de recharges …. Ce qui peut être considéré comme le lobby automobile au sein de l'Union européenne affirme désormais que Bruxelles devrait fixer des objectifs contraignants pour que soient mis en place un million de points de recharge publics pour les véhicules électriques d'ici 2024 et trois millions d'ici 2029.

L' ACEA souhaite que l'UE mette en place des objectifs fermes

Dans une lettre adressée à Bruxelles et rédigée conjointement avec des groupes de consommateurs et de transport durable, l'ACEA plaide pour la mise en place d'objectifs fermes, arguant notamment que de telles mesures aideraient les constructeurs automobiles et les exploitants de réseaux électriques à planifier à l'avance.

«La Commission européenne doit agir rapidement et fixer des objectifs contraignants pour la montée en puissance des infrastructures de recharge dans les États membres», a déclaré le président de l'ACEA, Oliver Zipse, également directeur général de BMW.

«Sinon, même les objectifs de réduction actuels dans la lutte contre le changement climatique sont menacés», a-t-il déclaré.

Les ventes de véhicules électriques prennent de l'ampleur

Cette démarche de l'ACEA voit le jour alors que les ventes de véhicules électriques se développent depuis quelques mois sur le Vieux Continent.

Un phénomène dû à plusieurs facteurs : de plus en plus de modèles électriques sont lancés par les constructeurs pour notamment se conformer aux règles d'émissions plus strictes de l'UE, tandis que plusieurs gouvernements ont introduit des subventions en faveur de ce type de motorisation dans le cadre de plans de relance mis en place pour lutter contre la crise économique et financière consécutive à la pandémie du Covid19.

Les bornes de recharge en nombre insuffisant, de multiples modes paiement

Le déploiement de bornes de recharge publiques, permettant d'offrir une alternative à une recharge recharge sur le lieu de travail et à domicile, n'a pas été des plus rapides.

Autre problématique et non des moindres : l'existence de multiples tarifs et modes de paiement. Ce qui est loin de simplifier les choses et ne facilite pas l'usage de véhicules électriques.

Selon les chiffres communiqués par le secteur, en 2020, l'UE disposait de 224 538 points de recharge publics, répartis principalement dans quatre pays (Pays-Bas, Royaume-Uni, Allemagne et France).

Face à un tel constat, le courrier, également signée par le lobby des consommateurs BEUC et le caucus Transport & Environnement (T&E), exhorte la Commission à créer des normes communes.

Tout en exhortant Bruxelles à fixer un objectif pour environ 1000 stations d'hydrogène d'ici 2029.

Notre avis, par leblogauto.com

Cette demande intervient alors que le gouvernement allemand a approuvé la semaine dernière un projet de loi visant à créer 1 000 bornes de recharge rapide le long des autoroutes d'ici la fin de 2023, prévoyant à cet effet 2 milliards d'euros de dépenses.

En novembre 2020, lors d’une rencontre avec la presse économique à Francfort, Hildegard Müller, présidente de l’Association de l’industrie automobile (VDA), avait déclaré que pour atteindre l’objectif d’un million de points de charge publics installés outre Rhin d’ici 2030 – comme le prévoit le gouvernement allemand –  environ 2 000 nouveaux appareils  devraient désormais être installés chaque semaine, alors qu'à cette date, seuls 200 bornes étaient mises en place de manière hebdomadaire.

Selon elle, les objectifs eux-mêmes ne seraient pas à la hauteur de la demande future et actuelle. Elle estime en effet que le nombre d’un million de bornes de recharge « est bien trop faible pour l’ensemble de l’Europe ». Pour remédier à cette situation, la Commission européenne devrait « élaborer des plans d’action conjoints avec les États membres », avait-elle conclu.

Rien ne sert de courir …. il faut partir à temps … et si les incitations à l’achat permettent de doper les ventes de véhicules électriques et relancer l’économie, il n’en demeure pas moins que l’impact du développement de ce marché sur les infrastructures n’a pas été assez pris en compte par les gouvernements.

Reste que le fait ne pas vouloir se confronter au problème dès aujourd’hui devrait entraîner très rapidement d’importants goulets d’étranglements et des difficultés logistiques majeures. Sans compter sur l’impact de l’essor des motorisations électriques sur les réseaux d’approvisionnement en énergie …

Deux menaces mises en avant dans le courrier de l'ACEA.

Sources : AFP, ACEA

Pour résumer

L'Association européenne des constructeurs automobiles (ACEA) redoute désormais que ses « efforts » pour développer et produire véhicules électriques faute de bornes de recharges …. Ce qui peut être considéré comme le lobby automobile au sein de l'Union européenne affirme désormais que Bruxelles devrait fixer des objectifs contraignants pour que soient mis en place un million de points de recharge publics pour les véhicules électriques d'ici 2024 et trois millions d'ici 2029.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.