par Joest Jonathan Ouaknine

Une "loi anti-supercars" à Kensington et Chelsea ?

Le borough royal de Kensington et Chelsea veut faire passer un décret. Il a vite été surnommé "la loi anti-supercars". Bien sûr, rouler en Aston Martin ou en Ferrari serait toujours permis. Mais charge aux conducteurs d'être discrets.

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

Le borough royal de Kensington et Chelsea veut faire passer un décret. Il a vite été surnommé "la loi anti-supercars". Bien sûr, rouler en Aston Martin ou en Ferrari serait toujours permis. Mais charge aux conducteurs d'être discrets.

Le président du conseil du borough, Nick Paget-Brown, n'y va pas par quatre chemins. D'après lui, chaque année, après le ramadan, les riches princes héritiers du Golfe se rendent à Londres. Ils se ruent dans leurs supercars et il s'agit d'être vu. D'où musique à fond, coups d'accélérateurs dans le vide, courses improvisées, etc. De quoi déranger les riverains. L'idée de pénaliser les conducteurs de supercars était dans l'air depuis longtemps, à Londres. Le borough veut s'appuyer sur les lois de protection de l'espace public (PSPO), qui condamnent les "comportements asociaux".

Ainsi, dans une zone définie, le fait de laisser son moteur tourner, de mettre trop fort la musique ou même de se balader en convoi serait considéré comme un crime. Les contrevenants risqueraient une grosse amende, une peine de prison et la saisie des véhicules.

Crédit photo : Prindiville

Pour résumer

Le borough royal de Kensington et Chelsea veut faire passer un décret. Il a vite été surnommé "la loi anti-supercars". Bien sûr, rouler en Aston Martin ou en Ferrari serait toujours permis. Mais charge aux conducteurs d'être discrets.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.