par Elisabeth Studer

Taxes US : les constructeurs allemands seraient les plus impactés

L'imposition de nouvelles taxes douanières sur l'industrie automobile – objet de menaces des Etats-Unis - devrait durement toucher les constructeurs automobiles allemands. C'est en effet ce qu'indique le journal allemand Handelsblatt, relayant une réponse officielle du ministère allemand de l'économie à une question du Parti démocrate libre (FDP), posée lors d'une enquête parlementaire sur le sujet.

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

L'imposition de nouvelles taxes douanières sur l'industrie automobile – objet de menaces des Etats-Unis - devrait durement toucher les constructeurs automobiles allemands. C'est en effet ce qu'indique le journal allemand Handelsblatt, relayant une réponse officielle du ministère allemand de l'économie à une question du Parti démocrate libre (FDP), posée lors d'une enquête parlementaire sur le sujet.

Les taxes voulues par Trump pourraient faire chuter le PIB allemand

Selon les informations fournies par le gouvernement allemand, une augmentation des tarifs américains sur les importations automobiles – actuellement de 2,5% en moyenne - à 25% pourrait diminuer jusqu’à 0,2% le produit intérieur brut (PIB) de l’Allemagne. De telles mesures pourraient ainsi coûter entre 5 et 7 milliards d’euros à l’industrie automobile allemande.

L'Allemagne plus touchée que les autres cibles de Trump

La secrétaire d'Etat auprès du Ministère, Claudia Doerr-Voss, a par ailleurs indiqué que le pays risquait d'être le plus touché parmi l'échantillon de quatre pays considérés dans l'étude, parmi lesquels figurent le Canada, le Japon et le Mexique.

L'emploi impacté ?

Le gouvernement allemand n'envisage pas toutefois que de telles mesures aient un impact négatif sur l'emploi. Plus précisément, il ne s’attend pas à ce que la nouvelle escalade de la politique protectionniste de Donald Trump ne fasse grimper le - faible - taux de chômage de l’Allemagne, qui se positionne à un niveau record.

Des conséquences plus lourdes selon l'opposition

La position du gouvernement est toutefois contraire à celle d'un membre de l’opposition, Michael Theurer. Ce dernier redoute en effet des conséquences économiques plus lourdes.

S'exprimant dans le cadre d'un entretien à Handelsblatt, le leader parlementaire du FDP, a d'ores et déjà prévenu qu'un tel optimisme pourrait encore se révéler déplacé. Selon lui, "le ministère de l’économie se penche sur le problème, certainement aussi pour des raisons diplomatiques."

Le parlementaire a déclaré que la détérioration des relations transatlantiques était déjà trop grave pour que Berlin perde de vue le protectionnisme américain.  Il a exhorté la chancelière allemande Angela Merkel à faire de la détérioration des relations économiques transatlantiques une priorité personnelle dès maintenant. Lui demandant de veiller à ce que le conflit commercial entre les Etats-Unis et l'Union européenne (UE) ne dégénère pas davantage.

Les offres de l'UE insuffisantes selon Trump

Ces propos interviennent alors que Trump a récemment déclaré qu'une offre de l'UE visant à éliminer tous les droits de douane sur les produits automobiles échangés entre les deux principaux blocs économiques n'était "pas suffisante".

Les commentaires ont depuis suscité des craintes de nouvelles tensions entre Washington et Bruxelles sur le commerce, après un répit de courte durée. Pour le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, les commentaires provocateurs de Donald Trump ont semé le doute sur l'issue des dernières négociations commerciales entre l'Union européenne et les Etats-Unis.

Alors que selon Jean-Claude Juncker,  Trump et lui avaient établi "une sorte de cessez-le-feu", le Président de la Commission européenne a désormais averti que l'UE exercerait des représailles contre toute initiative de Washington visant à imposer de nouvelles taxes punitives sur les exportations automobiles de l'Union.

Avant la dernière « crise médiatique » de Trump, les décideurs allemands avaient exprimé leur confiance dans le fait que les discussions progressaient bien. La plupart des experts économiques prévoyant que l'industrie automobile allemande bénéficierait davantage d'un régime tarifaire nul que son homologue américain, compte tenu de la plus grande attractivité internationale des puissantes marques automobiles du pays.

Alerte de l'industrie allemande

La Fédération des industries allemandes (BDI) a quant à elle prévenu que les signes de plus en plus évidents d'un potentiel démantèlement de l'accord de libre-échange nord-américain (ALENA) posaient des risques pour les constructeurs automobiles nationaux, ces derniers dépendant des chaînes de valeur mondiales.

Source : Xinhua News NEWS, Handelsblatt, Bloomberg, ZDF

Crédit Photo : LBA

Pour résumer

L'imposition de nouvelles taxes douanières sur l'industrie automobile – objet de menaces des Etats-Unis - devrait durement toucher les constructeurs automobiles allemands. C'est en effet ce qu'indique le journal allemand Handelsblatt, relayant une réponse officielle du ministère allemand de l'économie à une question du Parti démocrate libre (FDP), posée lors d'une enquête parlementaire sur le sujet.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.