par Thibaut Emme

Sécurité Routière : le corridor de sécurité enfin dans la loi

Les intervenants d'autoroute ou de voies express prennent, malheureusement, de très gros risques pour nous venir en aide. Désormais, la loi oblige à laisser un "corridor de sécurité".

Zapping Le Blogauto Essai Volkswagen Taigo

Cela peut paraître étrange, mais, jusqu'à présent, rien dans le code de la route n'obligeait un conducteur à se déporter lorsqu'il passe à hauteur d'un véhicule d'intervention, ou un véhicule en feux de détresse, sur une 2x2 ou 2x3 voies. Chaque année, ce sont des centaines de camions de dépanneurs ou d'intervenants qui sont percutés, et beaucoup de véhicules particuliers. En 2017, ce sont 185 véhicules de patrouilleurs percutés violemment. Et cela occasionne des morts régulièrement.

D'autres pays imposent déjà, sous peine d'amende, que l'on se déporte et que l'on respecte une distance de sécurité. En France, beaucoup le font naturellement. Exemple, au Canada, ne pas respecter le corridor de sécurité peut vous coûter 200 à 300 dollars canadiens (135 à 200 euros environ). Il est même conseillé de s'immobiliser si on ne peut pas passer sur la voie adjacente.

135 euros d'amende

C'est suite à la mort d'un dépanneur fin 2016, happé par un véhicule passé trop près, que toute la profession s'est mobilisée pour obtenir plus de sécurité. La proposition a trouvé écho auprès du gouvernement qui a pris un décret publié au Journal Officiel : article R. 412-11-1 du Décret n° 2018-795 du 17 septembre 2018 relatif à la sécurité routière.

Le principe de base est qu'il est obligatoire de se déporter à l'approche d'un véhicule en intervention (dépanneur, pompiers, ambulance, forces de l'ordre, etc.) ou un véhicule en feux de détresse. Si ce n'est pas possible de laisser une voie d'écart, il faut alors s'éloigner le plus possible.

La loi prévoit une amende de classe 4 en cas de non-respect de la nouvelle loi. C'est à dire 135 euros, minoré à 90 euros si réglée rapidement (ou majorée à 375 euros si payée trop tard).

Évidemment, une loi n'empêchera pas les percussions par inattention, somnolence ou autres. Mais, devrait éviter les accidents du type victime happée par un camion ou une voiture passant trop près. C'est déjà pas mal.

Illustration : Vinci Autoroute

Pour résumer

Les intervenants d'autoroute ou de voies express prennent, malheureusement, de très gros risques pour nous venir en aide. Désormais, la loi oblige à laisser un "corridor de sécurité".

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.