par Thibaut Emme

Sécurité Routière : bilan définitif 2017, vive la ceinture

Comme chaque année vers le mois de juin, l'ONISR (*) présente son bilan définitif de l'accidentalité routière. Décortiquons 2017.

Zapping Le Blogauto Essai Cupra Formentor VZ5 sur neige

Stabilité générale

Par rapport à 2016, 2017 présente une baisse modérée de la mortalité avec 29 décès de moins. Cela représente une baisse de 0,8% et place 2017 légèrement au-dessus de 2015 (+16 tués). Statistiquement, on est bien sur un "pallier" que les gouvernements successifs peinent à passer. Une amorce d'inflexion est toutefois visible.

En revanche, les autres indicateurs sont en légère hausse avec par exemple +1,9% d'accidents corporels à 58 613 soit plus de 160 accidents corporels par jour. Les blessés augmentent de 1% à 73 384 et les hospitalisations d'au moins 24 heures grimpent de 2% à 27 732.

Parmi la population sur-représentée, il y a en premier lieu les hommes. En effet, ces derniers représentent 79% des conducteurs automobiles tués, et la proportion dépasse même les 95% pour les cyclomotoristes et les motocyclistes.

Quand on regarde la tranche d'âge, les 18-24 ans sont eux aussi sur-représentés par rapport à leur nombre dans la population française. On compte 108 tués de 18 à 24 ans par million d'individus (tués/M). Viennent ensuite les plus de 75 ans avec 88 tués/M, puis les 25-34 ans avec 74 tués/M. Le contraste est fort avec les tranches "d'âge moyen" puisque de 35 à 74 ans, la proportion est entre 40 et 55 tués/M. En moyenne, on compte 53 tués par million d'habitant en France.

La moitié des tués en automobile

En entrant dans le détail des statistiques BAAC 2017 des accidents, on peut constater que le nombre de tués en automobile est stable (1767 contre 1760 en 2016) mais, représentent toujours un peu plus de la moitié des tués sur la route (51%).

A contrario, les piétons tués baissent de 13% retrouvant le niveau de 2010 après des années de fortes hausses. A 484 piétons tués en 2017, cette catégorie représente 14% des tués de l'année.

Les "mauvais élèves" sont les cyclistes et les motocyclistes en augmentation respective de 7 et 9% à 173 et 669 tués. Les piétons sont surtout tués (à 64%) lors d'une collision avec un automobiliste. Les motocyclistes également, mais dans une moindre mesure. 40% environ sont tués lors d'une collision avec une automobile, 40% environ aussi, se tuent tout seul. C'est d'ailleurs une propension encore plus marquée avec les automobilistes puisque 48,6% des automobilistes tués le sont dans un accident n'impliquant qu'eux seuls.

Vitesse, alcool, stupéfiants, trio gagnant chez les moins de 35 ans

Les chiffres de la BAAC donnent également les responsabilités présumées dans les accidents. Il en ressort que seuls 1/4 des piétons sont considérés comme responsables dans un accident. C'est en effet une population dite "à risque" et qui sont majoritairement tués en agglomération.

En revanche, plus surprenant, les cyclistes responsables d'accident sont en augmentation. En 2017, ils sont responsables dans 43% des cas alors qu'ils étaient bien moins nombreux il y a quelques années.

Venons-en à la partie la plus délicate à connaître et à chiffrer, mais, aussi la plus intéressante sans doute : les causes des accidents. On peut constater que ce qui tue surtout les "jeunes" de 18 à 35 ans, c'est la vitesse en premier lieu (45% pour les 18-24 ans et encore 30% pour les 25-34 ans), devant l'alcool (environ 25%) et les stupéfiants (environ 10%). En revanche, plus on avance en âge et plus la vitesse chute dans les causes multifactorielles. Elle reste tout de même un facteur dans plus de 30% des accidents mortels jusqu'à 55 ans, si on ne tient compte que des accidents sur route bi-directionnelle.

21% d'automobilistes tués sans ceinture

L'alcool et la vitesse se le partagent avec les refus de priorités pour les 35-54 ans. Puis ce sont les priorités, l'inattention et les malaises qui prennent le dessus à partir de 55 ans et plus. Toujours selon ces statistiques, les dépassements dangereux ne représenteraient que 4% des accidents mortels. Il faut dire que sur le réseau secondaire, près de la moitiésdes tués le sont sans aucun autre véhicule ou usager de la route. 1 325 tués "en solo" sur 3 448 tués au total.

Et on en vient à notre titre. Si l'alcool, les stupéfiants et la vitesse sont les principaux facteurs mortels, il y a un chiffre qui ne varie pas et mérite d'être souligné encore et encore. 21% des automobilistes tués ne portaient pas leur ceinture. Ce sont plus de 370 personnes tuées stupidement sans ceinture en automobile. A peu près le chiffre visé par le gouvernement en instaurant le 80 km/h. Le petit clic pour éviter une grande claque est toujours d'actualité malheureusement.

(*) Organisme National Interministériel de la Sécurité Routière

Illustration : Sécurité Routière

Pour résumer

Comme chaque année vers le mois de juin, l'ONISR (*) présente son bilan définitif de l'accidentalité routière. Décortiquons 2017.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.