par Thibaut Emme

Sécurité routière 2020 : -11,3%, la baisse continue

Selon les chiffres de l'ONISR, le nombre de tués sur les routes de la France métropolitaine a baissé de 11,3% au mois de septembre, continuant la baisse observée avec le confinement.

Zapping Le Blogauto Essai Cupra Formentor VZ5 sur neige

Les chiffres

275 personnes sont mortes sur les routes de Métropole en septembre 2020. En septembre 2019, elles étaient 310 à avoir perdu la vie dans un accident de la route. Cela représente 35 personnes tuées en moins (-11,3 %), selon les chiffres provisoires de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR).

Les autres indicateurs sont en légère hausse. Ainsi, le nombre d’accidents corporels s’établit à 5 210, contre 5 127 en septembre 2019. Ce sont 83 accidents corporels de plus (+1,6 %). De même, 6 375 personnes ont été blessées, contre 6 320 un an avant, soit 55 personnes de plus (+0,9 %).

Sur les 12 derniers mois, on totalise 2 755 tués sur les routes soit une baisse de 15,9% par rapport à la même période un an avant (soit de octobre 2018 à septembre 2019). Sur la même période, 60 686 blessés sont à déplorer soit une baisse de 13,6%. Enfin, on compte 48 474 accidents corporels soit une baisse de 13,6% là aussi.

Depuis le début de l'année 2020, on ne totalise que 1 957 décès en Métropole dans un accident de la route. Cela représente une baisse de 20% par rapport aux neuf premiers mois de 2019. Surtout, avec 801 décès, le troisième trimestre 2020 (juillet août septembre) est le plus bas 3e trimestre de l'histoire de la Sécurité Routière. Le précédent "record" était de 896 tués en 2018.

Le nombre de morts sur les routes d’Outre-mer en septembre 2020 s’élève à 28 personnes, soit 11 de plus qu’en septembre 2019. Le nombre des accidents corporels s’élève à 259 accidents corporels en septembre 2020. 313 personnes ont été blessées en septembre 2020.

La tentative d'analyse

Comme d'habitude, il y a tellement de facteurs qui rentrent dans ces chiffres de la sécurité routière qu'une analyse ne peut être qu'une tentative et non une affirmation péremptoire. Ici, on constate que les cyclistes sont la catégorie de tués qui augmente le plus avec 37 tués contre 15 en 2019. C'est la plus élevée d'un mois de septembre depuis 2010 !

Pourquoi ? Sans doute car il y a bien plus de cyclistes qu'avant le confinement. En effet, de nombreuses personnes se sont mises au vélo pour aller au travail et éviter les transports en commun et leur promiscuité. De fait, plus de cyclistes signifie hélas plus de collision avec les véhicules motorisés. Les "coronapistes" n'y changent pas grand-chose, il faut séparer totalement les moyens de circulation et réserver des rues uniquement aux non-motorisés pour plus de sécurité.

L'autre élément à ne pas négliger, c'est le coronavirus. Si nous ne sommes plus confinés comme mi-mars et avril, les déplacements sont moins nombreux. De plus, les touristes étrangers ont aussi été moins nombreux cette année et septembre n'y fait pas exception. Un flot de véhicules absent des routes et donc des accidents en moins. Pour corroborer cette analyse, on attendra les chiffres du trafic routier, qui mettent toujours très longtemps à être rendu publics (difficiles à totaliser).

Le weekend prochain, nous repassons à l'heure d'hiver. Et avec elle, le crépuscule plus tôt dans la journée. Les cyclistes et les piétons seront d'autant plus vulnérables.

Pour résumer

Selon les chiffres de l'ONISR, le nombre de tués sur les routes de la France métropolitaine a baissé de 11,3% au mois de septembre, continuant la baisse observée avec le confinement.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.