par Bernard Fournol

Pas de contrôle technique annuel!

Le serpent de mer regagne les profondeurs. Pour quelques temps au moins. Les sénateurs ont tranché. L'assemblée nationale a confirmé hier. Le projet de contrôle technique annuel est rejeté. Celui ci devait être renforcé et s'adresser aux 2 roues. Rien de tout cela. Les deux assemblées ont estimés que ces mesures pouvaient nuire aux plus modestes. Et elles ont suivi les recommandations de l'ONISR -Observatoire national interministériel de sécurité routière- : "S’il semble difficile de revenir sur le contrôle techniques des voitures, qui est encadrée par une directive européenne, il n’apparaît pas opportun d’amplifier le contrôle technique en raccourcissant à deux ans le premier contrôle comme le font certains pays, ni d’étendre la mesure aux motocyclettes". Si le match a domicile est gagné, il reste cependant à convaincre à l'extérieur. Au niveau européen, ou un lobbying puissant continue de militer pour le contrôle technique annuel et  celui des 2 roues. Et ce malgré plusieurs études concordantes démontrent qu'il n'y a pas de lien direct entre baisse du taux d’accidents et mise en place de nouvelles inspections. A suivre donc.

Zapping Le Blogauto Essai Dacia Jogger

Le serpent de mer regagne les profondeurs. Pour quelques temps au moins. Les sénateurs ont tranché. L'assemblée nationale a confirmé hier. Le projet de contrôle technique annuel est rejeté. Celui ci devait être renforcé et s'adresser aux 2 roues. Rien de tout cela. Les deux assemblées ont estimés que ces mesures pouvaient nuire aux plus modestes. Et elles ont suivi les recommandations de l'ONISR -Observatoire national interministériel de sécurité routière- : "S’il semble difficile de revenir sur le contrôle techniques des voitures, qui est encadrée par une directive européenne, il n’apparaît pas opportun d’amplifier le contrôle technique en raccourcissant à deux ans le premier contrôle comme le font certains pays, ni d’étendre la mesure aux motocyclettes". Si le match a domicile est gagné, il reste cependant à convaincre à l'extérieur. Au niveau européen, ou un lobbying puissant continue de militer pour le contrôle technique annuel et  celui des 2 roues. Et ce malgré plusieurs études concordantes démontrent qu'il n'y a pas de lien direct entre baisse du taux d’accidents et mise en place de nouvelles inspections. A suivre donc.

Pour résumer

Le serpent de mer regagne les profondeurs. Pour quelques temps au moins. Les sénateurs ont tranché. L'assemblée nationale a confirmé hier. Le projet de contrôle technique annuel est rejeté. Celui ci devait être renforcé et s'adresser aux 2 roues. Rien de tout cela. Les deux assemblées ont estimés que ces mesures pouvaient nuire aux plus modestes. Et elles ont suivi les recommandations de l'ONISR -Observatoire national interministériel de sécurité routière- : "S’il semble difficile de revenir sur le contrôle techniques des voitures, qui est encadrée par une directive européenne, il n’apparaît pas opportun d’amplifier le contrôle technique en raccourcissant à deux ans le premier contrôle comme le font certains pays, ni d’étendre la mesure aux motocyclettes". Si le match a domicile est gagné, il reste cependant à convaincre à l'extérieur. Au niveau européen, ou un lobbying puissant continue de militer pour le contrôle technique annuel et  celui des 2 roues. Et ce malgré plusieurs études concordantes démontrent qu'il n'y a pas de lien direct entre baisse du taux d’accidents et mise en place de nouvelles inspections. A suivre donc.

Bernard Fournol
Rédacteur
Bernard Fournol

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.