par Thibaut Emme

Déroger aux 80 km/h ? Le Premier Ministre dit "Oui, mais..."

Le Premier Ministre, Edouard Philippe, s'est déclaré ouvert à des dérogations aux 80 km/h sur le réseau secondaire à la demande des Président de Conseils Départementaux. Oui, mais à une condition que tous ne seront sans doute pas prêts à accepter.

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara

Interrogé ce matin à France Info, le PM a tout d'abord rappelé que la mesure avait, selon lui, permis d'atteindre un nouveau plus bas historique en terme de mortalité routière en 2018.

Ensuite, il s'est déclaré ouvert à la possibilité que les départements puissent décider de relever la vitesse minimum au-delà des 80 km/h. C'est une proposition du Sénat qui est désormais à l'Assemblée Nationale (AN) pour y être débattu.

"Si les présidents de conseils départementaux souhaitent prendre leurs responsabilités, je n’y vois aucun inconvénient. Mais je souhaite que dans le texte, cette capacité, cette faculté, soit systématiquement assortie de mesures ou d'examens qui permettent de garantir le plus haut niveau de sécurité routière possible".

Se dessine donc sur cette mesure très impopulaire un recul d'Edouard Philippe. Ou tout du moins, un recul partiel tout en restant "droit dans ses bottes". En outre, en demandant que les Présidents des départements "assument en conscience (...) des décisions qui sont lourdes", il les met devant leur responsabilité en agitant le spectre d'un retour de bâton (en justice ?) si des accidents graves se produisent sur une portion à la limitation relevée.

Inversion des responsabilités

Cela risque de freiner les velléités de certains départements de relever les limitations. De nombreux départements ruraux se sont montrés très hostiles à la décision du Premier Ministre de baisser la vitesse. Selon eux, c'est une double peine pour leurs habitants. Ces derniers sont obligés de faire plus de trajets pour leur travail, les administrations, les services publics, la médecine, etc. et doivent donc les faire à vitesse "réduite".

Reste à voir ce qui sera exactement mis dans le texte de loi à l'Assemblée Nationale. Déjà, par rapport au texte du Sénat, les Préfets n'auraient plus la capacité de prendre cette décision. Comment seront formalisées les responsabilités des départements ?

Avec les 80 km/h, l'Etat est en train d'inverser les responsabilités. Avant, le 90 km/h était la règle publique décidée par l'Etat. Les départements pouvaient abaisser cette limitation dans certaines zones considérées comme dangereuses. Désormais, le 80 est la règle et les dérogations seront pour remonter la limite.

On attend évidemment avec impatience les réactions des différents acteurs de la Sécurité Routière.

Pour résumer

Le Premier Ministre, Edouard Philippe, s'est déclaré ouvert à des dérogations aux 80 km/h sur le réseau secondaire à la demande des Président de Conseils Départementaux. Oui, mais à une condition que tous ne seront sans doute pas prêts à accepter.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.