par Thibaut Emme

Baisse de la vitesse à 80 km/h : la fronde s'organise

La baisse de la vitesse à 80km/h sur le réseau secondaire ne plait pas à tout le monde. FFMC et 40 Millions d'automobilistes s'unissent.

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

Les motards et les automobilistes unissent leur force

Depuis l'annonce de cette mesure par le gouvernement, il y a eu plusieurs manifestations. Mais, ces dernières sont surtout le fait de la FFMC (Fédération Française des Motards en Colère) et autres association de deux-roues, toujours plus promptes à manifester que les associations d'automobilistes.

Ces manifestations n'ont pas eu l'ampleur attendue par les organisateurs. De plus, météo aidant, cela a tendance à s'essouffler un peu. Toutefois, les motards reçoivent le renfort de l'association 40 millions d'automobilistes qui cherche aussi à éviter que cette mesure n'entre en vigueur.

Pour cela, l'association a réussi à fédérer des sénateurs. Ceux-ci ont exigé du gouvernement la publication de l'expérimentation sur trois tronçons, de l'abaissement de la vitesse. Peine perdue, à part quelques bribes d'informations parcellaires, rien n'a vraiment fuité.

Le rapport de la discorde

Tout au plus sait-on que certains aménagements ont eu lieu sur ces tronçons. Ce qui fausse totalement toute mesure et annihile toute conclusion, dans un sens comme dans l'autre.

Selon 40 millions d'automobiliste, les chiffres des BAAC (*) montrent une augmentation des accidents sur ces tronçons. En effet, l'association a compilé ces données pour regarder ce qu'il s'était passé exactement, faute de bilan officiel.

Dogme contre dogme

Du côté d'Emmanuel Barbe, Délégué Interministériel à la Sécurité Routière, on dénonce un calcul biaisé de la part de 40 millions d'automobilistes. L'association ne prendrait que les chiffres et les années qui arrangent leur discours. Ainsi, l'association prend les années 2012 à 2016 pour comparer l'accidentalité avant, et pendant l'expérimentation. E. Barbe indique qu'en prenant 2010 et 2011, "Ça change le rapport de proportion. Il y a négation des données scientifiques pour rentrer dans un débat politique". Il oublie facilement que le gouvernement a affirmé, sans rapport publié, que l'accidentalité avait diminué avec la baisse de la vitesse.

L'ONISR répond aussi à 40 millions d'automobilistes en précisant que l'association a visiblement "inclus dans leurs calculs l’ensemble des accidents intervenus entre les deux extrémités de chaque section expérimentale, sans prendre la peine d’exclure ceux intervenus sur des tronçons non couverts par l’abaissement à 80 km/h". L'analyse par l'ONISR, ainsi que celle de 40 millions d'automobilistes, sont mises en fin d'article.

On a donc là deux dogmes qui s'affrontent à coup de chiffres non publiés, ou biaisés. En attendant, les sénateurs ont lancé un groupe de travail pour étudier l'influence de la baisse de la vitesse à 80 km/h. Ce faisant, les sénateurs comptent jouer un rôle dans la prise de décision et demandent au gouvernement d'attendre avant de prendre le décret de mise en application de la baisse. Pour le moment, il n'est pas question d'attendre.

La FFMC et 40 millions d'automobilistes prévoient plusieurs actions les prochains jours.

[pdf-embedder url="https://www.leblogauto.com/wp-content/uploads/2018/02/20180213bilanexperimentation80etmanifdemocratique.pdf"]

[pdf-embedder url="https://www.leblogauto.com/wp-content/uploads/2018/02/AnalysecritiqueONISR1.pdf"]

(*) Bulletins d’analyse des accidents corporels de la circulation.

Illustration : Tabl-trai/CC, modifié par le blog auto

Pour résumer

La baisse de la vitesse à 80km/h sur le réseau secondaire ne plait pas à tout le monde. FFMC et 40 Millions d'automobilistes s'unissent.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.