par Pierre-Laurent Ribault

Super Aguri revient en Formula E

Nous somme nombreux (bon, pas exactement nombreux, mais on se tient chaud) à trouver que la F1 n'est plus tout à fait la même depuis ce triste jour du printemps 2008 où, à bout de budget, Aguri Suzuki fut contraint de plier les gaules et fermer Super Aguri, la valeureuse petite équipe qui sauvait l'honneur de Honda au moment où l'écurie officielle était dans le trente-sixième dessous. Réjouissons-nous donc , après cinq ans sous l'éteignoir, du retour de Super Aguri en 2014, en Formule E.

Zapping Le Blogauto Essai MG ZS EV

Aguri Suzuki vient d'annoncer la renaissance de sa structure en compagnie de son complice de l'époque F1, Mark Preston. Rappelons que Super Aguri fut formée en 2006 dans le but implicite de garder Takuma Sato en F1, suivant la décision de l'écurie du constructeur de remplacer le pilote japonais par Rubens Barrichello. Une décision tellement impopulaire au Japon que Honda ne se fit pas prier pour aider largement Aguri Suzuki à monter son écurie et fournissant cash, aide technique et moteurs. Initialement composée d'un duo japonais, le protégé d'Aguri-san Yuji Ide prenant le second volant aux côtés de Sato, la formation promouvait Frank "FKM" Montagny lorsqu'Ide se montrait tellement peu au niveau qu'il se voyait retirer sa super-licence. L'apogée de Super Aguri est 2007, lorsque la paire Sato-Davidson, tournant avec un budget infime, humiliait proprement l'écurie "A" de Button et Barrichello qui ajoutait à des performances abyssales une des livrées les plus ridicules de l'histoire de la F1 autour de l'incompréhensible concept écolo-nébuleux "Earth Dream". Super Aguri pendant ce temps continuait de porter fièrement les couleurs japonaises rouges et blanches, un détail qui n'échappait pas aux fans. Cette humiliation ne restait pas impunie en 2008 lorsque Nick Fry, le patron de Honda F1, décidait froidement de laisser Super Aguri s'asphyxier dans ses habituels problèmes de sponsors sans le sou et de repreneurs fantômes. Aguri Suzuki renonçait au bout de quatre Grand Prix et se repliait sur sa base japonaise, l'écurie ARTA qui est un des piliers du Super GT.

Cinq ans plus tard, the band is back together, comme on dit à Chicago, avec Suzuki à la tête de l'écurie, Mark Preston en team manager et Peter McCool, l'ancien designer de Super Aguri F1, au poste de directeur technique, pour un engagement dans la Formula E, la formule monoplace électrique dont Super Aguri est la sixième écurie annoncée quelques jours après que Alain Prost et Jean-Paul Driot aient signé eux aussi. On attend l'annonce du pilote de Super Aguri, très vraisemblablement un Japonais. Et pourquoi pas Taku ?

Source : Formula E

Lire également :

Prost de nouveau patron d’écurie

Pour résumer

Nous somme nombreux (bon, pas exactement nombreux, mais on se tient chaud) à trouver que la F1 n'est plus tout à fait la même depuis ce triste jour du printemps 2008 où, à bout de budget, Aguri Suzuki fut contraint de plier les gaules et fermer Super Aguri, la valeureuse petite équipe qui sauvait l'honneur de Honda au moment où l'écurie officielle était dans le trente-sixième dessous. Réjouissons-nous donc , après cinq ans sous l'éteignoir, du retour de Super Aguri en 2014, en Formule E.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.