par Bernard Fournol

Le Blogauto sur les routes du Tourauto & du Touratoto 2014

Chaque année, depuis bientôt 10 ans, le Blogauto suit le Tourauto. Mais pour l'édition 2014, c'est à travers la lorgnette -déformante- du "Touratoto" que le Blogauto était dans la course.

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

Chaque année, depuis bientôt 10 ans, le Blogauto suit le Tourauto. Mais pour l'édition 2014, c'est à travers la lorgnette -déformante- du "Touratoto" que le Blogauto était dans la course.

Avec plus de 250 équipages, le Tourauto a fait le plein en direction de Marseille; l'épreuve alternant les arrivées sur les côtes méditerranéennes et atlantiques. Et comme à l'accoutumée le plateau est riche, varié et réjouissant. Une 250 GT BreadVan, des hordes d'Alfa GTA, des Cobra plus musclées que jamais, des type E forcément Lightweight, le tout sur routes ouvertes, voilà qui n'a pas d'équivalent. En catégorie compétition, les Cobra n'ont laissé aucune chance à leurs poursuivantes. Longtemps leader, Ludovic Caron a abandonné, laissant au brillant Jean Pierre Lajournade et sa Type E quelques heures en tête, avant que Shaun Lynn, lui aussi en Cobra, ne l'emporte. Il faut dire les AC développent des puissances de Groupe B, laissant peu de chance à la Jaguar, pourtant pilotée par un multiple vainqueur du Tour Auto. Malgré un temps estival sur le parcours, les nombreuses sorties de routes et les stigmates des carrosseries,  semblent indiquer que les limites sont peut-être atteintes. Et ce d'autant que les spéciales sont gardées secrètes jusqu'au jour du départ de l'étape.Si la catégorie régularité reste fidèle à l'esprit de la manifestation, l'escalade à la puissance en compétition est peut-être regrettable. Tout comme  les parcs -très- fermés, et les GT modernes en manque de Gumball 3000 qui se lancent sur les départementales dans le sillage du Tour Auto. Dans ces conditions, l'alternatif Touratoto, concocté par l'équipe Jean Claude Amilhat et Joël Peyrou du magazine Auto-Rétro prenait toute sa saveur. Rafraichissant et humaniste, ce moment automobile rare ou il faisait bon rouler déguisé, proposait 1000 kilomètres de chemins de traverse à parcourir, sans chronomètre, et avec des automobiles forcément décalés. De quoi prendre part au spectacle automobile offert par le Tourauto, sans se prendre pour un pilote, et redécouvrir le plaisir de rouler. Et ce ne sont pas pas Grégory Galiffi, s'arrêtant du grand Tourauto pour saluer le petit Touratoto, Jean Paul Brunerie, Renaud Roubaudi ou votre serviteur, participants à l'épreuve, qui diront le contraire!

Pour résumer

Chaque année, depuis bientôt 10 ans, le Blogauto suit le Tourauto. Mais pour l'édition 2014, c'est à travers la lorgnette -déformante- du "Touratoto" que le Blogauto était dans la course.

Bernard Fournol
Rédacteur
Bernard Fournol

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.