par Joest Jonathan Ouaknine

Indycar: Kentucky

Tel un diable sortant de sa boite, Ed Carpenter (Indycar. Il devient ainsi le premier pilote a triompher dans une écurie dirigée par une femme.

Zapping Le Blogauto Essai Volkswagen Taigo

Tel un diable sortant de sa boite, Ed Carpenter (Sarah Fisher) a surgi dans les rétroviseurs de Dario Franchitti (Ganassi) dans les ultimes tours. En prime, le gendre de Tony George s'est offert le scalp du triple (bientôt quadruple?) champion d'Indycar. Il devient ainsi le premier pilote a triompher dans une écurie dirigée par une femme.

Il y a pas mal d'enjeux en cette fin de saison.

Le principal, c'est évidemment la lutte pour le titre entre Will Power (Penske) et Franchitti. Au deux tiers de la saison, l'Ecossais était largement en tête, puis l'Australien l'a rattrapé, avant de lui passer devant à Motegi.

Théoriquement, Scott Dixon (Ganassi) est également en lutte, mais il lui manque ce petit "plus" qui lui permettrait de chatouiller les deux leaders.

Chez Penske, il y a un autre enjeu: en 2012, l'équipe devrait passer de 3 à 2 voitures.

Titré ou pas, Power devrait garder son volant.

Helio Castroneves et Ryan Briscoe doivent donc se battre pour l'autre baquet.

L'ex-pilote d'essai de Toyota F1 est 6e du classement. Il est régulier et peut rapporter de gros points à Penske (même s'il n'y a pas de classement "écuries" en Indycar.)

A contrario, le Brésilien n'a pas réalisé de gros résultats. Pour la première fois depuis 1999, il pourrait boucler une saison sans victoire. Néanmoins, avec son grand sourire, sa tendance à faire le pitre et son gout pour les femmes (il était membre du jury de Miss Monde), il est beaucoup plus photogénique que le tristounet Australien.

Les deux hommes comptent sur les deux dernières courses pour se faire bien voir. Castroneves et Briscoe sont d'ailleurs les deux derniers vainqueurs du Kentucky (respectivement en 2010 et en 2009.)

5e du championnat à 2 courses de la fois, Tony Kanaan est en passe de réaliser un exploit. En effet, jamais un pilote KV n'avait aussi bien terminé.

Le Brésilien aimerait conserver cette place jusqu'au bout. Ce serait un beau cadeau de remerciement pour une équipe qui l'a embauché alors qu'il était au chômage.

Les Dallara/Honda étant bonnes pour le musée en fin de saison, toutes les équipes veulent vider les stocks. D'où 29 engagés dans le Kentucky.

Dan Wheldon, le vainqueur des dernières 500 miles d'Indianapolis et Wade Cunningham, font leur retour chez Sam Schmidt.

Townsend Bell est embauché par Dreyer & Reinbold en remplacement de Justin Wilson (alors qu'on attendait Paul Tracy.)

Chez Panther, on a ressorti le deuxième châssis. Buddy Rice en prend le volant, comme il l'avait fait à "Indy".

Chez Conquest, on a trouvé un nouveau pigeon: Dilon Battistini. Cet Anglais de 33 ans a découvert le sport auto il y a une dizaine d'années, via la Caterham. Champion de F3 Asiatique en 2006, il s'attaque à l'Indy Lights, s'impose lors de sa première course et... N'a jamais confirmé depuis.

On regrettera une fois de plus qu'Eric Bachelart en soit réduit à faire de la location de voiture pour des seconds couteaux.

Le calendrier 2012 commence à prendre forme. Les fans seront déçu d'apprendre que les ovales y seront minoritaires. Certes, Fontana devrait revenir.

Mais l'Indycar ne devrait plus visiter Milwaukee ou le Kentucky. Même le New Hampshire, réintégré au calendrier en 2011, devrait être boudé. Le retour de Chicagoland, un temps évoqué, n'est plus d'actualité.

Le problème étant l'absence cruelle de sponsors.

Du côté des "routiers", Roger Penske fait du lobbying pour un retour à Belle Isle.

Le projet de course dans les rues de Porto Allegre (couplé avec Sao Paulo, afin de rentabiliser le déplacement) a fait long feu. Par contre, on nous ressort celui de Qingdao.

Un qui est out, quoi qu'il arrive, c'est Al Unser Jr. L'ancien double-champion CART, reconverti Pokemon de l'Indycar (à l'instar de Johnny Rutherford et dans une moindre mesure, de Mario Andretti) a retrouvé ses vieux démons.

Il s'est fait pincé par la police du Nouveau Mexique, alors qu'il roulait à 160km/h à bord d'un GMC Suburban. Il prétendait faire la course avec une autre voiture. L'officier a surtout remarqué son haleine chargée et ses propos très incohérents. Avec 0,8g dans le sang, il a passé la nuit en cellule de dégrisement.

Cela fait une quinzaine d'années que "Little Al" a des problèmes d'alcool. Son CV est rempli de faits de conduite en état d'ivresse, de séjours en cure de désintoxication et de violence domestique.

Jusqu'ici, l'Indycar (en mal de stars) fermait les yeux. Suite à son arrestation, l'organisateur a limogé l'ex-pilote.

Personnellement, j'étais un fan d'Unser Jr au moment de sa victoire aux 500 miles d'Indianapolis 1994. Ca me touche beaucoup de voir la dérive de cet ex-"grand". Son visage et son corps sont très marqués par les excès. A 49 ans, il semble plus vieux que son père, Al Unser Sr!

En Indy Lights, Stefan Wilson (à gauche) s'impose. Josef Newgarden (à droite), largement en tête du championnat, se contente de la 2e place pour obtenir un sacre.

Notez la présence dans les paddocks du tricolore Tristan Vautier. Le récent champion de Star Mazda n'a pas participé à un récent test d'Indy Lights (où curieusement, seuls les 2e, 3e et 4e du championnat étaient invités.) Il y espère néanmoins un volant en 2012...

Aux essais, non seulement Power décroche la pole, mais son rival, Franchitti, n'est que 11e.

Un scénario idéal pour une troisième victoire consécutive de Penske dans le Kentucky.

Le premier quart de la course est une promenade pour l'Australien.

Mais lors de la première vague, Ana Beatriz (Dreyer & Reinbold) est relâchée tôt, alors que Power est dans l'allée. Le pilote Penske prend l'aileron de la Brésilienne dans son ponton.

Il arrive à repartir, mais le trou dans le ponton lui coute (d'après lui) 4km/h. Il se retrouve ainsi en queue de peloton.

Pendant ce temps, ce vieux briscard de Franchitti prend la tête de la course.

Marco Andretti (Andretti) se montre menaçant. Mais lors de son passage aux stands, il se paye Alex Lloyd (Dale Coyne.) Aucun des deux ne repart.

Aux 165e passage, Beatriz goute une tarte aux murs et l'on ressort les drapeaux jaunes.

Devant, l'Ecossais est en démonstration, bien encadré par Dixon et Graham Rahal (Ganassi équipe "B".)

Malheureusement, les deux photographes officiels avaient visiblement autre chose à faire, car il n'y a aucune image de ce qu'il s'est passé entre le 50e tour et l'arrivée.

Carpenter profite des "jaunes" pour remonter dans le peloton. Lorsque les officiels ont fini de nettoyer les débris de la voiture de Beatriz, l'Américain trompe la vigilance de Dixon. Puis il part à l'assaut de Franchitti.

Les derniers tours sont épiques, avec un changement de leader à chaque passage.

A la place de Franchitti, certains auraient laissé filer Carpenter, sur le thème: "Vas-y mon gars. Moi, je joue le titre, Power est loin. Alors mieux vaut se contenter d'une 2e place que de faire une [censuré]." Mais ce n'est pas le style de la maison! L'Ecossais se bat comme un beau diable pour défendre son du.

Finalement, Carpenter a le dernier mot, d'un souffle. Sur la photo finish, on voit également le 3e, Dixon.

Pour la photo souvenir, Carpenter pose avec sa patronne, Sarah Fisher, et son chef-mécano, Andy O'Gara... Qui n'est autre que le mari de Fisher. D'ailleurs, Carpenter était présent lors du mariage.

Espérons que ce succès permettra au Sarah Fisher Racing d'attirer quelques sponsors, car l'écurie manque cruellement de moyens.

C'est la première victoire d'Ed Carpenter. Il faut néanmoins se souvenir que l'an dernier, il avait décroché la pole.

Power termine 19e, ce qui lui permet de glaner une dizaine de points.

Avec sa 2e place, Franchitti repasse devant l'Australien au championnat, mais son avance n'est que de 18 points (573 points contre 555 points.) Tout se jouera donc lors de la finale, à Las Vegas, dans 15 jours.

3e, Scott Dixon quitte le Kentucky avec 518 points. Il n'est plus en lice pour le titre, mais il se console avec la coupe de meilleur performer sur ovales.

4e avec 425 points, Oriol Servia (Newman-Haas) ne peut désormais ni gagner, ni perdre de place.

En revanche, à respectivement 364 points et 366 points, Briscoe et Kanaan se battent pour le 5e rang.

Source:

Indycar

Crédit photos: Indycar (message à l'intention des photographes officiels: vous savez, les gars, avec le numérique, on n'est plus limité à 36 poses! Et vous pouvez même mettre des légendes au lieu d'écrire "photographié par...")

A lire également:

Indycar Motegi Live: victoire tranquille pour Scott Dixon

Pour résumer

Tel un diable sortant de sa boite, Ed Carpenter (Indycar. Il devient ainsi le premier pilote a triompher dans une écurie dirigée par une femme.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.