par Elisabeth Studer

Renault : Aramco actionnaire de la division thermique pour l’e-fuel ?

De nouvelles rumeurs autour des actionnaires qui pourraient prendre part à la nouvelle entité de Renault dédiée aux moteurs thermiques Horse. Selon le journal Le Monde, le géant pétrolier saoudien Saudi Aramco serait en pourparlers avec le groupe automobile en vue d’une éventuelle entrée au capital de la future entité de moteurs thermiques du constructeur automobile français.

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

Renault et Saudi Aramco pourraient travailler sur l’après pétrole

Selon Le Monde, c'est avec le groupe pétrolier saoudien que Renault "pourrait travailler sur l'après-pétrole et les carburants de synthèse « (e-fuels). Des rumeurs qui voient le jour alors que l’agence de presse Reuters a laissé entendre mardi que Renault pourrait accueillir le constructeur automobile chinois Geely et un groupe pétrolier au capital de cette future entité appelée à coexister avec une structure dédiée à l'électrique et aux logiciels.

Aramco et Hyundai travaillent ensemble sur de nouveaux carburants

Le cas échéant, Renault ne serait pas le premier constructeur automobile à s’associer à Saudi Aramco. En mars 2022, le groupe automobile sud-coréen Hyundai s'est en effet associé au géant pétrolier saoudien et à une université de recherche en Arabie saoudite pour développer un nouveau carburant pour un moteur à allumage par étincelle ultra pauvre qui peut améliorer l'économie de carburant des moteurs à essence et contribuer à la réduction des émissions de dioxyde de carbone pour les voitures hybrides.

La combustion pauvre fait référence à la combustion de carburant avec un excès d'air en combustion interne. L'excès d'air dans un moteur à mélange pauvre émet beaucoup moins d'hydrocarbures. Le moteur à mélange pauvre peut utiliser des taux de compression plus élevés et fournir de meilleures performances, une utilisation efficace du carburant et de faibles émissions d'hydrocarbures d'échappement.

L'étude conjointe vise à vérifier dans quelle mesure les émissions de gaz à effet de serre peuvent être réduites lorsque le carburant électrique est utilisé dans les véhicules électriques hybrides et à confirmer numériquement l'effet de la réduction des émissions de gaz à effet de serre par le biais de simulations et d'essais de moteurs. Les électrocarburants (e-carburants) sont une classe émergente de carburants de remplacement qui sont fabriqués en stockant de l'énergie provenant de sources renouvelables dans les liaisons chimiques des carburants liquides ou gazeux.

Hyundai a déclaré qu'il travaillerait avec Aramco et l'Université des sciences et technologies du roi Abdallah (KAUST) au cours des deux prochaines années pour développer une formulation de carburant avancée, à utiliser en combinaison avec un nouveau système de combustion. Les e-carburants seront synthétisés à partir d'hydrogène vert produit par électrolyse de l'eau à partir d'électricité renouvelable. Le groupe automobile fournira un nouveau moteur à essence ultra-pauvre.

Aramco vise à tirer parti de sa technologie avancée de carburant pour concevoir une formulation de carburant efficace. KAUST supervisera la modélisation et la vérification des technologies dans son centre de recherche sur la combustion.

Le groupe automobile considère la technologie de moteur à combustion interne respectueuse de l'environnement - qui combine un carburant respectueux de l'environnement et un moteur à combustion ultra-pauvre - comme la clé pour réduire efficacement les émissions de gaz à effet de serre lors de sa transition vers les véhicules électriques, a déclaré le vice-président exécutif de Hyundai Alain Raposo, en mars dernier.

"Alors que les véhicules électriques hybrides se déploient, le véritable défi consiste désormais à progresser avec des carburants optimaux et des systèmes de combustion exceptionnels", a déclaré le directeur de la technologie d'Aramco, Ahmad O. Al-Khowaiter. Ajoutant que la recherche conjointe pourrait conduire à l'application de carburants électroniques synthétiques.

 

Sources : Reuters, Saudi Aramco, Le Monde

Pour résumer

Selon le journal Le Monde, le géant pétrolier saoudien Saudi Aramco serait en pourparlers avec le groupe automobile en vue d’une éventuelle entrée au capital de la future entité de moteurs thermiques du constructeur automobile français.
Le cas échéant, Renault ne serait pas le premier constructeur automobile à s’associer à Saudi Aramco.
En mars 2022, le groupe automobile sud-coréen Hyundai s'est en effet associé au géant pétrolier saoudien et à une université de recherche en Arabie saoudite pour développer un nouveau carburant pour un moteur à allumage par étincelle ultra pauvre qui peut améliorer l'économie de carburant des moteurs à essence et contribuer à la réduction des émissions de dioxyde de carbone pour les voitures hybrides.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.