par Elisabeth Studer

Reliance : raffinage en baisse, pétrochimie en hausse pour préserver ses marges

Signe des temps … Reliance Industries, entreprise privée indienne, spécialisée dans l'industrie pétrochimique, plus gros producteur de polyester au niveau mondial et exploitant du plus grand complexe de raffinage au monde, va investira 750 milliards de roupies (9,38 milliards d’euros) sur 5 ans pour étendre son activité pétrolière à la chimie, a déclaré son président Mukesh D Ambani.
Le groupe souhaite par ce biais se prémunir contre la baisse des marges pour les carburants conventionnels … Tendance qu’il anticipe d’ores et déjà, tablant sur l’essor de l’énergie dite propre.

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

Les raffineurs indiens s’orientent vers la pétrochimie pour préserver leurs marges

« Nous nous engageons à maximiser l'intégration du pétrole aux produits chimiques et à convertir nos flux de matières premières de moindre valeur en produits chimiques de grande valeur et en matériaux verts », a déclaré Ambani lors d'une assemblée annuelle des actionnaires.

Pour mémoire, les deux raffineries de Reliance à Jamnagar, dans l'ouest de l'Inde, ont la capacité de traiter environ 1,4 million de barils de brut par jour. Il s’agit du plus important complexe de raffinage au niveau mondial.

Les raffineurs en Inde et ailleurs augmentent la production de produits pétrochimiques pour répondre à la demande croissante et aider à se prémunir contre la baisse des marges pour les carburants conventionnels, car la consommation de gasoil et d'essence devrait diminuer avec une poussée mondiale en faveur de l'énergie propre.

Reliance investit dans l’énergie nouvelle

En 2021, Reliance a annoncé un plan d'investissement de plus de 10 milliards de dollars pour construire 4 giga usines à Jamnagar afin de produire des cellules et modules solaires, des batteries de stockage d'énergie, des piles à combustible et de l'hydrogène vert.

Le groupe s'est fixé l'objectif ambitieux de devenir une entreprise à zéro carbone net d'ici 2035, contribuant ainsi à l'objectif national de zéro carbone d'ici 2070 fixé par le Premier ministre Narendra Modi. À l'échelle mondiale, les sociétés pétrolières et gazières ont fixé divers objectifs d'émissions nettes nulles. Ambani a annoncé lundi un projet de création d'une cinquième giga usine d'électronique de puissance.

Transition vers l’hydrogène vert

Reliance, déjà l'un des plus grands producteurs mondiaux d'hydrogène gris, commencera la transition vers l'hydrogène vert d'ici 2025 et étendra sa capacité de fabrication solaire à 20 gigawatts d'ici 2025 pour sa propre consommation. Reliance est en pourparlers pour s'associer à des acteurs mondiaux de la technologie des électrolyseurs afin de mettre en place une installation de fabrication d'électrolyseurs à grande échelle à Jamnagar afin de fournir de l'hydrogène vert à faible coût. Le groupe a déjà un lien avec Stiesdal pour la technologie des électrolyseurs alcalins sous pression.

Notre avis, par leblogauto.com

Quant les raffineurs eux-mêmes anticipent la baisse de la demande d’hydrocarbures … Reste que cet « engouement » pour la pétrochimie pourrait s’avérer économiquement dangereux pour nous, pauvres consommateurs, alors que les capacités de raffinage s’avèrent insuffisantes à l’heure actuelle au niveau mondial, compte-tenu notamment des sanctions prises à l’encontre de la Russie et de ses raffineries.

Une situation qui a justement permis aux raffineurs ces derniers mois de pratiquer des marges « impressionnantes », un des facteurs majeurs de la flambée du prix du carburant à la pompe. Mais la marge de raffinage de l'hydrocraquage Singapour-Dubaï (qui permet de déterminer les marges réalisées par Reliance ) a chuté de 57 % en juin dernier, en raison des préoccupations liées à la demande suscitées par les craintes de récession à l'échelle mondiale.

Sources : Reuters, Reliance, Bloomberg

 

Pour résumer

Reliance Industries, groupe indien d’immense envergure qui opère la plus grande raffinerie de pétrole du monde, la raffinerie de Jamnagar, située dans l’État du Gujarat en Inde va investira 750 milliards de roupies (9,38 milliards d’euros) sur 5 ans pour étendre son activité pétrolière à la chimie.
Le groupe souhaite par ce biais se prémunir contre la baisse des marges pour les carburants conventionnels …
Tendance qu’il anticipe d’ores et déjà, tablant sur l’essor de l’énergie dite propre. Et donc, la baisse de la demande de pétrole.
Une stratégie qui pourrait faire grimper les prix à la pompe alors qu’on observe à l’heure actuelle un manque de capacités de raffinage, les raffineurs russes étant « sortis » du marché international suite aux sanctions prises à l’encontre de la Russie pour éviter que la manne pétrolière ne finance la guerre en Ukraine.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.