par Elisabeth Studer

Prix du pétrole russe plafonné : Poutine … et Pouyanné contre

Le président russe Vladimir Poutine a mis en garde jeudi, contre la fixation d'un plafond sur le prix du pétrole russe. Mesure que souhaite mise en œuvre les pays membres du G7 pour sanctionner la Russie contre la guerre qu’elle mène en Ukraine.

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

Le plafonnement du prix du pétrole russe dangereux pour le marché de l’énergie

« De telles actions vont à l'encontre des principes des relations commerciales et vont très probablement aboutir à de graves conséquences pour le marché énergétique mondial », a ainsi déclaré Vladimir Poutine. Lequel s’exprimait dans le cadre d'un entretien téléphonique tenu avec le Premier ministre irakien, Mohamed Shia al-Sudani, au cours duquel les deux dirigeants ont discuté de la volonté des pays occidentaux de déterminer le prix du pétrole russe et de lui fixer un prix plafond.

Bilan optimiste du travail au sein de l’Opep+

Le communiqué publié par le Kremlin indique que l’Irak et la Russie ont présenté un bilan optimiste du travail conjoint dans le cadre de l'alliance OPEP+, qui permet - selon eux - de soutenir la stabilité du marché mondial du pétrole.

Pas de décision quant au sort des pays soutenant le plafonnement du prix du pétrole

Plus tôt dans la journée, le Kremlin a annoncé que la Russie n'avait pas l'intention de fournir du pétrole et du gaz aux pays qui soutiennent l'imposition d'un plafond sur le prix du pétrole russe, sans toutefois qu’aucune décision finale à cet égard ne soit prise.

Toutefois, Moscou avait déjà annoncé auparavant que si cette mesure, approuvée dans le cadre du G7, soutenue par l'Union européenne et l'Australie, était adoptée, elle suspendrait toute vente de pétrole aux pays signataires.

L’UE peine à trouver un accord sur le niveau du prix plafond

Les pays membres du G7 attendent de fixer un plafond pour le prix du pétrole russe transporté par voie maritime, lequel pourrait se situer dans une fourchette comprise entre 65 et 70 dollars le baril, mais les gouvernements des pays de l'Union européenne (UE) ne se sont pas encore mis d'accord sur le prix. Les négociations doivent donc se poursuivre.

Mise en garde de Patrick Pouyanné (TotalEnergies)

Vladimir Poutine n’est par ailleurs le seul à critiquer l’idée de mettre en place un tel mécanisme. Lequel est loin d’avoir l’approbation du secteur international pétrolier. Ce dernier estime que son application serait pour le moins complexe et pourrait avoir des conséquences négatives pour le marché.

Le PDG de TotalEnergies Patrick Pouyanné a quant à lui mis en garde contre cette mesure considérant qu’il s’agit d’une « une mauvaise idée parce que c'est une façon de rendre l'avantage au (président russe) Vladimir Poutine ».

« Ce dont je suis certain, c'est que si nous faisons cela, alors Poutine dira "nous ne vendons pas notre pétrole" et le prix ne sera pas à 95 dollars, il sera à 150 dollars. Ce n'est pas quelque chose que je voudrais donner à Vladimir Poutine », a-t-il ajouté.

Notre avis, par leblogauto.com

Entre les Occidentaux qui ont peur de manquer de pétrole et la Russie qui redoute de voir réduire sa manne pétrolière, les deux parties semblent jouer au chat et à la souris … sans qu’on ne sache trop qui est le chat ou la souris …

Au final, histoire de contenter tout le monde … et de ne pas jouer avec le feu … le plafonnement du prix du pétrole russe pourrait n’être qu’une mesure à l’efficacité réduite … destinée avant tout à sauver la face des Occidentaux face au politiquement correct ?

 

Podcast Men's Up Life
 

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.

Pour résumer

Le président russe Vladimir Poutine a mis en garde jeudi, contre la fixation d'un plafond sur le prix du pétrole russe. Mesure que souhaite mise en œuvre les pays membres du G7 pour sanctionner la Russie contre la guerre qu’elle mène en Ukraine.
Le PDG de TotalEnergies Patrick Pouyanné a quant à lui mis en garde contre cette mesure considérant qu’il s’agit d’une « une mauvaise idée parce que c'est une façon de rendre l'avantage à Vladimir Poutine ».

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.