par Elisabeth Studer

Pétrole russe : Londres interdit assurances et transport au delà d’un prix plafond

Londres a annoncé jeudi interdire aux navires et prestataires de services britanniques - notamment les assurances - de contribuer au transport maritime de pétrole russe vendu au-dessus d'un prix plafond fixé par le G7 et l'Australie.
Une mesure qui mixe à la fois la menace de déterminer un prix plafond pour le pétrole et le blocage des opérations de super tankers faisant transiter le brut russe.
Elle entrera en vigueur le 5 décembre prochain.

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

Plafonnement des prix du pétrole russe

Cette décision britannique fait suite à l’engagement pris en septembre dernier par les ministres des Finances du G7 de plafonner les prix du pétrole russe.

Ce plafonnement des prix est "un moyen de saper la capacité de Poutine à financer sa guerre en Ukraine (...) tout en garantissant que les pays tiers peuvent continuer à obtenir un pétrole à un prix abordable", a précisé le ministère des Finances dans un communiqué du gouvernement britannique.

En revanche, ni le Royaume-Uni ni ses partenaires du G7 et l'Australie ne profiteront du plafond, assure Londres, car ces derniers ont de toute façon "banni l'importation de pétrole russe".

Différents services visés

Les services visés par l'interdiction comprennent notamment "l'assurance, le courtage et le transport maritime". Le niveau du plafonnement sera "fixé par la coalition en temps voulu", a précisé le gouvernement britannique.

Londres a par ailleurs indiqué que d'autres restrictions, concernant cette fois la vente de produits pétroliers raffinés russes, entreront en vigueur le 5 février "afin de s'aligner sur le calendrier de l'UE pour une mesure similaire".

Les Britanniques leaders sur l’assurance du transport maritime de pétrole

La mesure permet au Royaume-Uni de s’aligner sur les décisions européennes, un « alignement » d’autant plus importante que les sociétés britanniques sont leaders sur un type d'assurance indispensable au transport maritime de pétrole.

Les bateaux commerciaux doivent être couverts par différents types d'assurances : pour les dommages causés au bateau, pour la cargaison, mais aussi une couverture illimitée des dommages causés à des tiers, l'assurance protection et indemnisation (P&I).

Cette assurance maritime particulière, couvrant des risques allant des guerres aux dommages environnementaux, est majoritairement fournie par des associations de professionnels, appelées "clubs P&I", qui mutualisent les risques, car elle porte sur des montants colossaux.

La position de Londres en la matière était particulièrement scrutée par les acteurs du secteur, le Royaume-Uni représentant 60% du marché de l'assurance P&I.

Notre avis, par leblogauto.com

En avril dernier, un article du Financial Times qualifiait la visite de Boris Johnson, alors Premier ministre britannique, à Kiev, en vue de manifester sa solidarité avec Volodymyr Zelensky, le président ukrainien, de « trucs accrocheurs et tapageurs ».

Ajoutant que si Johnson voulait soutenir l'Ukraine contre l'invasion de la Russie, il devrait effectuer une visite symbolique vers une destination plus proche : le siège de Lloyd's, le plus grand marché d'assurance au monde, dans la City de Londres ….

Jusqu'à cette date, le secteur de l'assurance avait attiré peu d'attention du public par rapport aux banques, en ce qui concerne les sanctions occidentales contre la Russie. Pas étonnant : la plupart des politiciens (et des électeurs) n'ont qu'une connaissance limitée du rôle complexe mais crucial du secteur dans la finance et le commerce, ajoutait encore le media.

Si le gouvernement britannique, avec ses homologues européens et américains, exigeait que les compagnies d'assurance cessent de protéger les pétroliers transportant du pétrole russe, ce serait une autre arme puissante dans les efforts occidentaux pour pressuriser Moscou indiquait encore le FT.

Constatant que les pétroliers transportent environ les trois quarts de toutes les exportations pétrolières russes, une façon pour l'Occident de réduire le flux de pétroliers serait d'interdire aux navires de l'UE de « toucher » au brut russe ajoutait-il.

Selon lui, une autre tactique plus efficace qui toucherait les navires non européens serait que le gouvernement britannique empêche les syndicats Lloyds Marine et Aviation d'assurer les flottes qui transportent du pétrole russe ; et pour le Royaume-Uni, l'UE et les États-Unis d'interdire la fourniture d'assurance de biens et d'indemnisation.Cela n'arrêterait pas tout le trafic, mais la plupart des États-nations ne traiteraient pas les flottes non assurées, et il serait difficile pour les groupes de transport de trouver rapidement une couverture alternative.

95 % de la flotte mondiale utilise une assurance P&I - assurance de protection et d'indemnisation, forme d'assurance maritime mutuelle fournie par des rassemblements de professionnels, appelé Clubs P&I et Londres fournit 80 % de la couverture de guerre a déclaré Neil Roberts, responsable de la marine et de l'aviation à la Lloyds Markets Association, aux politiciens britanniques en avril dernier.

Pour cette raison, il est temps que les dirigeants occidentaux comme Boris Johnson examinent attentivement ces armes d'assurance – même si les contrats Lloyds et P&I ne sont pas aussi télégéniques qu'un bain de foule avec Zelensky à Kyiv concluait le Financial Times.

Sources : AFP, Financial Times, Maritime-executive.com

Podcast Men's Up Life
 

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.

Pour résumer

Londres a annoncé jeudi interdire aux navires et prestataires de services britanniques - notamment les assurances - de contribuer au transport maritime de pétrole russe vendu au-dessus d'un prix plafond fixé par le G7 et l'Australie.
Une mesure qui entrera en vigueur le 5 décembre prochain.
95 % de la flotte mondiale utilise une assurance P&I - assurance de protection et d'indemnisation, forme d'assurance maritime mutuelle fournie par des rassemblements de professionnels, appelé Clubs P&I.
Or, Londres fournit 80 % de la couverture de guerre a déclaré Neil Roberts, responsable de la marine et de l'aviation à la Lloyds Markets Association, aux politiciens britanniques en avril dernier.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.