par Elisabeth Studer

Pétrole : le cours s’emballe, dopé par le discours de Poutine

Prudent de faire le plein ces prochaines heures ? On ne sait jamais … En effet, les cours du pétrole progressent à la hausse ces dernières heures, dopés par le risque géopolitique. Les investisseurs redoutent à nouveau que l’offre ne puisse satisfaire la demande, suite au discours pour le moins belliqueux de Poutine. Le monde entier retient son souffle, redoutant que les déclarations de l’homme fort du Kremlin ne provoquent une escalade de la guerre en Ukraine.

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

Le cours du pétrole progresse de plus de 1%

Vers 09H00 GMT (11H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre progressait ainsi de 1,04%, s’échangeant à 90,76 dollars. Parallèlement, le baril de West Texas Intermediate (WTI) américain pour livraison en novembre également, était en hausse de 1,15% à 83,89 dollars.

Le risque géopolitique plus fort que l’affaiblissement des perspectives économiques

Après avoir oscillé ces dernières heures, les cours du pétrole s’orientent désormais à la hausse, le risque géopolitique semblant plus fort que l’affaiblissement des perspectives économiques. Comprenez : le risque que l’offre s’amenuise - et notamment l’offre russe, le monde étant mine de rien encore dépendant du pétrole russe - semble plus important que la probabilité d’une baisse de la demande induite par de sombres perspectives économiques. La veille, les prix avaient fait des "montagnes russes", grimpant d'abord avec la menace de l'escalade de la guerre en Ukraine proférée par le président Poutine, puis baissant suite à la publication du rapport hebdomadaire de l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) "signalant une certaine faiblesse de la demande de pétrole brut".

Jeudi, les prix semblaient avoir choisi leur direction, en hausse avec le risque géopolitique.

Poutine sème le show et l’effroi

Le président russe Vladimir Poutine a annoncé mercredi la mobilisation partielle de quelque 300.000 réservistes russes, évoquant le recours à toutes les solutions possibles pour "protéger la Russie". Sous-entendu : y compris le nucléaire …

"Faire monter les enjeux d'une guerre, menacer d'attaques nucléaires, annexer des parties d'un pays souverain conduit inévitablement à une reprise initiale d'un marché qui était en baisse", estiment les analystes.

Des perspectives économiques qui pèsent néanmoins sur la demande

Il n’en demeure pas moins que tous les autres indicateurs concernant le brut se teintent désormais de rouge. Hausse des stocks commerciaux de pétrole US, force du dollar, nouvelle hausse agressive des taux directeurs de la banque centrale américaine (FED) mercredi, perspectives économiques globales sont autant d’éléments laissant présager d’une baisse de la demande. Une situation qui ne devrait pas inciter l’Opep+ à produire davantage … Les investisseurs sont désormais conscients que l’économie mondiale est désormais en phase de récession, induite par l'inflation".

 

Sources : AFP

Pour résumer

Les cours du pétrole progressent à la hausse ces dernières heures, dopés par le risque géopolitique. Les investisseurs redoutent à nouveau que l’offre ne puisse satisfaire la demande, suite au discours pour le moins belliqueux de Poutine. Le monde entier redoute que ses déclarations ne provoquent une escalade de la guerre en Ukraine.
Reste à savoir dans quels délais les prix à la pompe tiendront compte de la nouvelle flambée des cours. Au delà du brut, c'est aussi les capacités de raffinage qui risquent de manquer. De quoi inciter les pétroliers à pratiquer de somptueuses marges ... au détriment des consommateurs.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.