par Elisabeth Studer

Le cours du pétrole chute de près de 5 %

Comme quoi, il est possible d’avoir de bonnes nouvelles dans ce monde de brut : une lueur d’espoir avec des négociations entre Russie et Ukraine et les mesures de confinement opérées en Chine ont entraîné une chute de 5 % des cours du pétrole.

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

Les cours du Brent et du WTI chutent de 5 %

Les deux cours de références du pétrole ont chuté de plus de 5% mardi dans la journée, alors que des progrès dans les négociations entre l'Ukraine et la Russie ont été annoncés. Une tendance accentuée par les mesures de confinement en Chine et notamment à Shanghai, lesquelles sont synonymes de baisse de la demande.

Vers 13h00 GMT (15h00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord, la référence européenne, pour livraison en mai, chutait de 5,53%, s’échangeant à 106,26 dollars. Le baril de West Texas Intermediate (WTI) américain pour livraison en mai également, perdait quant à lui 5,52%, s’échangeant à 100,11 dollars après être brièvement retombé sous ce seuil symbolique.

Des avancées importantes dans les négociations entre Russie et Ukraine

Les prix du pétrole ont fortement baissé, les investisseurs retrouvant l’espoir d’une baisse de la flambée des prix de l’énergie, alors que moult medias relayent en boucle que la Russie s'engage t à réduire fortement ses opérations militaires.

"Les négociations sur un accord sur la neutralité et le statut non-nucléaire de l'Ukraine entrant dans une dimension pratique (...), il a été décidé, pour accroître la confiance, de réduire radicalement l'activité militaire en direction de Kiev et Tcherniguiv", a déclaré mardi à Istanbul le vice-ministre russe de la Défense, Alexandre Fomine.

Le chef de la délégation russe, Vladimir Medinski, a fait état de "discussions substantielles", après une nouvelle session de pourparlers russo-ukrainiens en Turquie.

L’espoir est d’autant plus important que c'est la première fois dans ce conflit, qu’apparaissent des indications d'un assouplissement de l'action militaire du côté russe. Alors que jusqu’à maintenant, la position russe était très ferme sur ses objectifs.

Les conditions pour une première rencontre entre le président ukrainien Volodymyr Zelensky et son homologue russe Vladimir Poutine depuis le début de l'invasion russe le 24 février, sont désormais "suffisantes" , a également affirmé mardi le négociateur en chef ukrainien.

L'Ukraine acceptera d'être neutre si elle obtient un "accord international" pour garantir sa sécurité, dont seraient signataires plusieurs pays agissant en tant que garants, a également indiqué le négociateur. Les pourparlers se poursuivant ce soir, il est possible que des progrès encore plus importants soient réalisés.

Un embargo européen sur pétrole et gaz remis au placard ?

Selon certains analystes, l'avancée actuelle des négociation éloigne notamment le spectre d'un embargo européen sur les hydrocarbures russes, apaisant ainsi les craintes sur l'approvisionnement en essence et gasoil.

Le Covid reflambe en Chine : craintes sur la demande

Le confinement de la moitié de Shanghai, combinée à l'augmentation des cas de Covid en Chine, a quant à lui ravivé les craintes qu’une nouvelle vague de la pandémie ne prenne de l’ampleur et ne pèse davantage sur la demande chinoise de pétrole.

Shanghai, métropole de 25 millions d'habitants est devenue ces derniers jours l'épicentre chinois d'une nouvelle vague de contaminations, liée au variant Omicron. Contraignant notamment la Giga-factory de Tesla à cesser temporairement ses activités.

Notre avis, par leblogauto.com

De quoi faire le bonheur des automobilistes … mais également – ne rêvons pas – des investisseurs qui engrangent de somptueux bénéfices en pariant à la baisse … peu importe le « sens » de la tendance pour eux, l’essentiel étant les opportunités de gain, lesquelles sont liées à l’importance de la variation.

Et pendant ce temps consommateurs et automobilistes « triment » … ou le danger de spéculer sur des matières premières essentielles tant pour les industries que pour les particuliers.

Sources : AFP

Pour résumer

Comme quoi, il est possible d’avoir de bonnes nouvelles dans ce monde de brut : une lueur d’espoir avec des négociations entre Russie et Ukraine et les mesures de confinement opérées en Chine ont entraîné une chute de 5 % des cours du pétrole.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.