par Thibaut Emme

Bilan 2021 : Tesla frôle le million de voitures livrées

La réussite de Tesla est insolente. Insolente en termes de livraisons avec 936 000 véhicules en 2021. Mais aussi en termes de carnet de commande.

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

Le constructeur automobile américain a connu un quatrième et dernier trimestre 2022 de feu. Si on annualise sa production sur Q4 2021, cela donnerait 1,22 million de véhicule. Visiblement, Tesla a remonté d'un cran sa production pour s'aligner avec ses ventes potentielles sur 2022. Concrètement, Tesla est passé de 180 000 unités produites par trimestre à 305 000 lors de Q4 21.

L'augmentation de 71% des livraisons se fait grâce à la Model 3 et au Model Y qui débarque. Plus de 911 000 livraisons sont des Model 3 ou des Model Y sur un total de 936 222 véhicules livrés. Cela représente 97,3% des modèles livrés. Pas loin de la monoculture.

Avec 930 422 véhicules produits pour 936 222 livraisons, Tesla peut sembler avoir de futurs soucis de production. Il faut dire que par exemple l'usine allemande patine face à certaines résistances. Toutefois, une première production de 2000 véhicules va être faite, à priori pour valider tous les process en attendant le "go" officiel. L'usine du Texas, elle aussi en test, devrait permettre comme l'Allemagne, de dépoter du Model Y.

La dette effacée ?

La bonne nouvelle pour Tesla ne vient pas que ses livraisons et de la production. En effet, Tesla annonce un chiffre d'affaires de 53,8 milliards de dollars, dont 47,2 milliards pour la partie automobile. Le bénéfice brut s'établit à 13,6 milliards de dollars, dont 13,8 pour l'automobile (le reste des activités de Tesla fait baisser le résultat donc). L'an dernier, le bénéfice brut partie automobile était de 6,977. Tesla a donc presque doublé son "gross profit". En "net income (GAAP)" (le profit), Tesla affiche un insolent 5,52 milliards de dollars. Plus de 10% du CA.

Le flux de trésorerie disponible s'améliore de 80% en passant de 2,8 milliards de dollars en 2020 à 5 milliards en 2021. Les réserves de trésorerie mobilisables diminuent par rapport à une année 2020 exceptionnelle, mais restent supérieures à 17 milliards de dollars.

Selon Tesla, 2021 a permis d'effacer le déficit des "retained earnings". Ce n'est pas la dette au sens propre du terme, mais c'est la somme des déficits/bénéfices - en tenant compte des dividendes versés - des années précédentes. En gros, depuis son lancement, Tesla a effacé les déficits précédents. C'est quelque chose que les investisseurs adorent.

Financer la suiteré

Financièrement, Tesla a largement de quoi financer son programme de développement de la gamme. Outre les usine du Texas de l'Allemagne, Tesla continue de planifier le développement du Cybertruck (qui sera retardé), du Roadster, du camion Semi de d'un "produit futur" mystérieux. Des rumeurs avancent une "Model 2" qui se situerait en dessous de la Model 3 et qui afficherait un prix plancher de 25 000 dollars.

La première étape pour Tesla, c'est 2022 avec un objectif non officiel de 1,3 million de véhicules livrés. Cela sera sans doute atteint avec le Model Y texan et allemand. Malgré des résultats florissants, le cours de bourse de Tesla connait une dégringolade depuis le début de l'année 2022. Après avoir connu une hausse de 50% environ à la fin de l'année, l'action a effacé ses gains et est de retour sur le cours de la mi-octobre 2021, environ $850.

Notre avis, par leblogauto.com

Sacrée année 2021 pour Tesla. Sans doute pas aussi belle et tranquille qu'espérée par Elon Musk. En effet, l'usine Allemande est toujours en phase "de test" et sa production manque. D'autres soucis de chaînes de production ont dû être réglés. Mais visiblement Tesla y est arrivé.

En 2022 comme avant, on va attendre beaucoup de Tesla, surtout les investisseurs. La pression financière fait que Tesla ne peut se reposer sur ses lauriers et va devoir continuer sa croissance à la fois en termes de véhicules livrés, produits, et en termes financiers. Le retard au lancement du pickup Cybertruck pourrait finalement être une chance pour Tesla pour "rectifier" le tir face aux premiers mois de commercialisation des concurrents.

En effet, les concurrents, plus rapides que Tesla à sortir leurs modèles, vont essuyer les plâtres sur ce segment emblématique aux USA. Eux ont décidé d'y aller avec des véhicules au physique "classique". Avec quelques mois de retard, le pickup punk de Tesla peut être recarrossé un peu, ou continuer sur sa voie spécifique.

Le document 2021 est disponible ici.

Pour résumer

La réussite de Tesla est insolente. Insolente en termes de livraisons avec 936 000 véhicules en 2021. Mais aussi en termes de carnet de commande.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.