par Thibaut Emme

Bilan 2021 de la Sécurité Routière : moins de 3000 morts

Le bilan provisoire de l'année 2021 vient de tomber. L'ONISR annonce que 2 947 décès ont été comptabilisés. C'est moins qu'en 2019.

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

Au risque de se répéter, l'année 2020 est une année "aberrante" pour les statisticiens. On va donc comparer 2021 à 2019, année pré-covid. D'après le CEREMA, le trafic routier est revenu à la normale. L'organisme national interministériel à la sécurité routière dénombre 296 décès en décembre 2021. C'était seulement 211 en décembre 2020 mais il y avait encore un confinement sur une partie du mois. Par rapport à 2019, c'est 12 tués de plus (soit +4%).

Sur les 12 mois de 2021, le nombre de tués sur les routes de Métropole est de 2 947. C'est plus que les 2 541 (plus bas historique) de 2020. Mais, cela reste en baisse par rapport à 2019. En effet, il y a deux ans, 3 244 personnes avaient trouvé la mort dans un accident de la route. C'est une baisse de 9% et c'est le deuxième plus bas historique après 2020.

Les autres indicateurs sont également entre ceux de 2020 et ceux de 2019. Le nombre d'accidents corporels 4 407 en décembre 2021. C'est supérieur au résultat de l'an dernier (3 772 accidents, soit 635 de plus qu'en 2020), mais inférieur au même mois de décembre en 2019 (4 829 accidents, soit 422 accidents corporels de moins et une diminution de -9 %). Sur l'ensemble de l'année 2021, 53 620 accidents corporels ont été enregistrés par les Forces de l'Ordre. C'est une hausse de 19% par rapport à 2020, mais encore une fois, en baisse de 4% par rapport à 2019.

Attention aux cyclistes

Du côté des blessés, 5 518 personnes l'ont été le mois dernier. C'est un résultat supérieur de 20 % par rapport à décembre 2020. Mais, par rapport à décembre 2019, c'est inférieur de 10 %. Sur 2021, on dénombre  67 141 blessés soit +20% par rapport à 2020. Cependant, par rapport à 2019, c'est -5%.

Après l'aberration 2020, 2021 récupère la pente régulière de baisse des différents indicateurs depuis 2010. En revanche, il semble que la crise du Covid, et la prise de conscience de devoir faire des efforts sur nos trajets quotidiens, influe dans le mauvais sens sur certaines catégories d'usagers de la route.

Ainsi, le nombre de cyclistes tués augmente de 21% par rapport à 2019. Si on ne regarde que les tués hors agglomération, la hausse est même de 35%. C'est la pratique du "vélotaf" (le vélo pour aller et revenir du travail), mais aussi le vélo de loisir (pour s'aérer en ce moment) qui sont la cause de la hausse de la pratique cycliste. Les autres usagers ne prennent toujours pas assez en compte cette nouvelle population à vélo et nos infrastructures sont toujours aussi mal faites pour les vélos.

Autre catégorie qui "explose", mais sur des valeurs absolues très faibles, ce sont les "EDPm" ou engins de déplacement personnel motorisés. En clair, les trottinettes, gyropode, etc. De 10 en 2019, le nombre de tués sur un EDPm est passé à 22 en 2021, soit +120% ! Par rapport à 2019, les usagers de Poids-Lourds et les cyclomotoristes voient leur nombre de tués grimper de 30% ou plus.

On attendra désormais 6 mois environ pour avoir le bilan définitif de la mortalité routière 2021 avec l'analyse complète des données de la base accidents.

Pour résumer

Le bilan provisoire de l'année 2021 vient de tomber. L'ONISR annonce que 2 947 décès ont été comptabilisés. C'est moins qu'en 2019.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.