par Nicolas Anderbegani

BMW dans le collimateur du gendarme boursier US

BMW Group a déclaré lundi qu'il faisait l'objet d'une enquête par la SEC (Securities and Exchange Commission, le gendarme boursier américain, ndlr) à la suite d'un rapport d'enquête sur les pratiques commerciales de l'entreprise, qui est cotée en bourse outre-Atlantique à l’indice Nadsaq.

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara

"Nous pouvons confirmer que nous avons été contactés par la SEC et coopérons pleinement à l'enquête", a déclaré un porte-parole de BMW, la commission en question ayant pour sa part refusé de commenter. Le Wall Street Journal a indiqué que la SEC enquêtait sur les pratiques commerciales de BMW pour déterminer si l'entreprise avait virtuellement gonflé ses ventes en demandant aux concessionnaires d'enregistrer les véhicules comme vendus alors que les voitures étaient toujours en stock. Une technique qui est bien connue, mais potentiellement frauduleuse en ce sens qu’elle peut induire en erreur les actionnaires et les investisseurs sur les performances réelles de l'entreprise. Bloomberg News avait rendu compte des primes versées par le groupe aux concessionnaires qui employaient "efficacement" cette pratique, à laquelle BMW aurait officiellement mis un terme au début de l’année 2017.

C’est un voile d’ombre qui est jeté sur la firme bavaroise, qui annonçait en octobre 2019 un record de ventes mondiales (204.295 véhicules écoulés sur le mois et presque 2,3 millions écoulés sur les 11 premiers mois de l’année, en incluant Mini et Rolls-Royce), dans un contexte qui est pourtant rendu difficile par les tensions commerciales et les contraintes règlementaires des normes antipollution.

Mais BMW n'aurait pas, loin s'en faut, l'apanage de ces méthodes. Pour des faits similaires remontant aux années 2012-2016, Fiat Chrysler a accepté en septembre de payer une amende de 40 millions de dollars liée à des années de rapports de vente jugés frauduleux par la SEC. Le constructeur automobile italo-américain avait induit les investisseurs en erreur en affirmant à tort une série de gains mensuels et des résultats gonflés depuis des années en payant des concessionnaires pour signaler de fausses ventes, selon l'agence.

Notre avis, par leblogauto.com

Personne ne semble à l’abri des procédures ces derniers temps ! Dans le domaine des ventes, la course au leadership a son côté obscur. Ces révélations, pour lesquelles il faut attendre néanmoins les conclusions de la SEC, pourraient semer un doute plus global sur les résultats marketing communiqués par les marques.

Source : automotive news, bloomberg

 

Pour résumer

BMW Group a déclaré lundi qu'il faisait l'objet d'une enquête par la SEC (Securities and Exchange Commission, le gendarme boursier américain, ndlr) à la suite d'un rapport d'enquête sur les pratiques commerciales de l'entreprise, qui est cotée en bourse outre-Atlantique à l’indice Nadsaq.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.