par Elisabeth Studer

VW : Matthias Müller justifie son salaire par le risque d'être emprisonné

Surprenante manière, vous en conviendrez, pour un patron de justifier son somptueux salaire : dans le cadre d'un entretien accordé au magazine allemand Der Spiegel, Matthias Müller, dirigeant de Volkswagen, a justifié vendredi son salaire annuel de 10 millions d'euros … par le risque qu'encourt « en permanence » de se voir mis derrière les barreaux.

Zapping Le Blogauto Essai Cupra Formentor VZ5 sur neige

Surprenante manière, vous en conviendrez, pour un patron de justifier son somptueux salaire : dans le cadre d'un entretien accordé au magazine allemand Der Spiegel, Matthias Müller, dirigeant de Volkswagen, a justifié vendredi son salaire annuel de 10 millions d'euros … par le risque qu'encourt « en permanence » de se voir mis derrière les barreaux.

Des propos pouvant néanmoins laisser entendre qu'il pourrait s'agir du prix - qu'il aurait lui-même demandé - pour accepter de rester en poste, voire de servir de fusible ? Pas totalement irréaliste de le penser, ni de le croire. Cette rémunération représentant alors le prix à payer par Volkswagen pour que Matthias Müller accepte les deux encombrantes casquettes que sont, à l'heure actuelle, celle de patron de VW et celle de fusible dans le cadre du dossier du dieselgate.

Car, si le groupe Volkswagen se porte bien sur le plan financier, il n'en demeure pas moins que diriger un tel constructeur en pleine tourmente du scandale des falsifications des données des émissions des moteurs diesel ne doit pas être chose aisée tous les jours.

Matthias Müller justifie son salaire élevé

« C’est un sujet qui suscite énormément d’émotions », s’est étonné Matthias Müller … après avoir tout de même touché la rondelette somme de 10 millions d'euros au titre de 2017, soit 40 % de plus que l’année passée, selon les données issues du rapport annuel de VW. Il est vrai qu'en parallèle, le groupe a renoué l’an dernier avec des profits records, faisant plus que doubler son bénéfice net, à 11,35 milliards d'euros.

Selon le patron de Volkswagen, le salaire d’un dirigeant d’entreprise se détermine selon deux facteurs : l’importance de l’entreprise dans l’économie nationale et les responsabilités et risques reposant sur les épaules du dirigeant.

« A ce titre, on a en permanence un pied en prison » estime Matthias Müller , ajoutant que cette charge qui pèse en continu « justifie » les salaires. Le patron de VW rappelant que sans le plafonnement récemment mis en place dans le groupe, il aurait dû toucher non pas 10 mais 14 millions d'euros en 2017. Pour un peu, il nous ferait pleurer …

Reste effectivement, que le risque est bien réel. Deux cadres de Volkswagen purgent actuellement des peines de prison aux Etats-Unis, et que plusieurs autres sont inquiétés par la justice américaine.

Müller s'étonne de l'émoi suscité par le niveau des salaires

Matthias Müller a également ajouté ne pas comprendre l’émoi suscité en Allemagne par les rémunérations des chefs d’entreprises. Précisons, en effet, que le salaire perçu en 2017 par le dirigeant de Volkswagen a été connu du grand public vendredi via une étude publiée par le cabinet de conseil, HKP Group. Cette dernière a permis de mettre en avant le fait que Mathias Müller est au 5ème rang des patrons les mieux payés d’Allemagne en 2017.

Figure en première place Bill McDermott, le patron de SAP, géant des logiciels informatiques (21 millions d'euros) suivi de Dieter Zetsche, le patron de Daimler dont la rémunération annuelle s'élève à "seulement" 13 millions d'euros.

Crédit Illustration : VW

Pour résumer

Surprenante manière, vous en conviendrez, pour un patron de justifier son somptueux salaire : dans le cadre d'un entretien accordé au magazine allemand Der Spiegel, Matthias Müller, dirigeant de Volkswagen, a justifié vendredi son salaire annuel de 10 millions d'euros … par le risque qu'encourt « en permanence » de se voir mis derrière les barreaux.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.