par Elisabeth Studer

Volkswagen s’unit à SAIC pour respecter ses objectifs CO2

Pour fêter à sa façon l’anniversaire du dieselgate (5 ans déjà !), le groupe Volkswagen vient de conclure un accord avec le groupe chinois SAIC – son partenaire au sein d’une co-entreprise - pour récupérer les quotas zéro émission de sa filiale électrique MG Motor. Une démarche certes légale mais qui pourrait tout de même faire un peu tousser …. Objectifs : éviter de payer de lourdes amendes pour non respect des objectifs CO2 fixés par l’Union européenne.

Zapping Le Blogauto Essai Volkswagen Taigo

Accord de Volkswagen avec SAIC

Volkswagen a fort discrètement annoncé via Linkedin qu’il avait conclu un partenariat avec le groupe chinois SAIC et sa marque MG, désormais spécialiste de l’électrique.

« Il s’agit d’une police d’assurance supplémentaire en raison de l’incertitude persistante sur le marché liée à la pandémie », a déclaré un porte-parole du groupe Volkswagen à Automotive News Europe, sans toutefois détailler les conditions financières de l’accord.

L’enjeu : respect des objectifs CO2 pour Volkswagen

Cet accord va permettre à Volkswagen de respecter ses objectifs CO2 via la constitution d’ un « pool d’émissions » avec des constructeurs dont les véhicules sont moins polluants. Les fabricants de véhicules électriques sont donc particulièrement recherchés dans un tel contexte.

Les VE de MG : une aubaine pour Volkswagen

Selon les données officielles, le chinois MG a immatriculé 5700 voitures électriques sur le territoire européen depuis janvier 2020.

Ce parc zéro émission constitue une « aubaine » pour le groupe allemand, lui permettant d’abaisser sa moyenne CO2 et d’éviter les amendes prévues en cas de dépassement des seuils fixés par l’Europe.

L’accord permettra au groupe VW de bénéficier d'une forte demande pour le ZS EV zéro émission, un SUV entièrement électrique proposé sur des marchés tels que le Royaume-Uni, la Norvège et la France. MG devrait commercialiser un deuxième véhicule électrique ce mois-ci, le break compact MG5.

Même type d’accord entre FCA et Tesla

Volkswagen n’est pas le seul constructeur à « faire appel à un ami » pour éviter de devoir s’acquitter de lourdes amendes

En avril 2019, le Financial Times indiquait que FCA (Fiat Chrysler Automobiles) avait accepté de payer à Tesla des centaines de millions d’euros afin que les véhicules de l’entreprise d’Elon Musk soient comptés dans son parc. Objectif du deal : éviter d’avoir à payer des amendes pour violation des nouvelles règles européennes sur les émissions.

Le journal indiquait alors que cette mesure allait permettre à Fiat Chrysler de compenser les volumes d’émissions de dioxyde de carbone de ses automobiles en intégrant au calcul du ratio global les données concernant les véhicules électriques de Tesla. Ramenant via cet « artifice »  la moyenne de ses émissions conforme au niveau autorisé.

Notre avis, par leblogauto.com

Pas très glorieuse comme démarche pour Volkswagen de s’allier - fort discrètement - à un constructeur automobile chinois pour respecter les seuils d’émission définis par l’UE. On comprend d’autant plus pourquoi la VDA - association de l’Industrie Automobile allemande - voit d’un mauvais œil l’arrivée de normes environnementales européennes encore plus restrictives.

Sources : Automotive News, Linkedin, UE

Pour résumer

Pour fêter à sa façon l’anniversaire du dieselgate (5 ans déjà !), le groupe Volkswagen vient de conclure un accord avec le groupe chinois SAIC – son partenaire au sein d’une co-entreprise - pour récupérer les quotas zéro émission de sa filiale électrique MG Motor. Une démarche certes légale mais qui pourrait tout de même faire un peu tousser …. Objectifs : éviter de payer de lourdes amendes pour non respect des objectifs CO2 fixés par l’Union européenne.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.