par Bernard Fournol

Tokyo 2013 Live: Suzuki Hustler

On ne parle jamais assez des ravages de l'engrish, du  japoñol ou du franponais dans le monde des Kei. Si elle cherche à séduire les propriétaires de Nissan Moco, appellation sans avenir de l'autre côté des Pyrénées, cette Suzuki Hustler, de par son nom, affiche quelques connivences avec la Mazda Laputa.

Zapping Le Blogauto Essai Cupra Formentor VZ5 sur neige

Derrière cet hommage involontaire à Larry Flint se cache un véhicule enthousiasmant, dont le seul point commun avec le producteur est de s'inscrire dans une mouvance très "70".  Simple et basique comme on sait faire chez Suzuki - un gage de coût d'entretien modéré- elle affiche un physique revigorant, dans des teintes acidulées. Les portes à larges ouvertures et la banquette arrière coulissante permettent de choisir entre transport de marchandises ou d'individus. Le constructeur a également travaillé le revêtement de sièges et les accessoires afin de rendre la présentation plus chaleureuse.

Et propose, du moins sur les modèles exposés au salon, quelques fantaisies qui accentuent un profil quelque peu amazone, toujours partantes pour des aventures en camping ou à la montagne. Le coupé exposé à proximité n'est semble t-il la que pour renforcer le propos. Cette Hustler est attendue les jours prochains dans les concessions de l'archipel. Nulle doute que son attrait trouverait écho ailleurs. A condition de changer de nom bien sur!

Pour résumer

On ne parle jamais assez des ravages de l'engrish, du  japoñol ou du franponais dans le monde des Kei. Si elle cherche à séduire les propriétaires de Nissan Moco, appellation sans avenir de l'autre côté des Pyrénées, cette Suzuki Hustler, de par son nom, affiche quelques connivences avec la Mazda Laputa.

Bernard Fournol
Rédacteur
Bernard Fournol

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.