par Joest Jonathan Ouaknine

Thairung Transformer, le clone Thaïlandais de Hummer

Non, les micro-constructeurs Chinois n'ont pas le monopole du clonage affreux ! La preuve avec le Transformer du Thaïlandais Thairung. On jurerai un Hummer H3... Du moins, par temps de brouillard, de nuit, l'illusion est parfaite ! Thairung pourrait jouer la carte du second degré. Mais non, c'est du premier degré, avec communiqués lénifiants, prototypes présentés comme des véhicules de série et mannequins aux poses "gynécologiques" !

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

Non, les micro-constructeurs Chinois n'ont pas le monopole du clonage affreux ! La preuve avec le Transformer du Thaïlandais Thairung. On jurerai un Hummer H3... Du moins, par temps de brouillard, de nuit, l'illusion est parfaite ! Thairung pourrait jouer la carte du second degré. Mais non, c'est du premier degré, avec communiqués lénifiants, prototypes présentés comme des véhicules de série et mannequins aux poses "gynécologiques" !

Thai Rung Union est un vénérable assembleur Thaïlandais. Fondé en 1967 à Rayong, il produit des pick-up et des utilitaires moyens Isuzu en CKD. Apparemment, il connait un trou d'air au début des années 2000.

En 2011, Thairung revient avec un projet de tout-terrain pour l'armée. Son MUV4 (Military Utility Vehicle) est un Toyota Hilux Vigo recarrossé. Il en reprend le 3,0l D4-D 163ch avec une boite automatique. C'est un 4x2. Il passe des tests très difficiles, comme ce dos d'âne ou ce franchissement d'un gué d'au moins 10cm de profondeur.

L'armée ne "mord" pas et Thairung d'en décliner une version civile, le Transformer. Il est optimiste sur ses performances en TT (comme la faculté de gravir des pentes à 60%.) Notez que le constructeur, guère à cheval sur le copyright, édite un catalogue baptisé "Top Gear".

Différents prototypes sont produits.  On note d'ailleurs de grosses différences de style (notamment sur le traitement de l'avant) d'un véhicule à l'autre. L'un des exemplaires reçoit une rampe de gyrophares (pour séduire la police ?) La gestation s'éternise. En 2012, un essai presse est réalisé avec les 4 véhicules construits jusque là (dont le MUV 4.)

Le centre-commercial Laemtong de Rayong organise un "salon de l'auto", en février dernier. Thairung y est présent et il annonce que c'est le lancement officiel du Transformer ! Prix : 1 395 000 baht (32 000€.) Pour compenser l'indigence de la finition, il s'offre des mannequins en lingerie.

Phaoenchoke, le PDG, est très enthousiaste. Le Transformer plairait aux riches Thaïlandais et il aurait enregistré 300 commandes. De plus, il aurait déjà enregistré 80 commandes de l'armée pour le MUV 4. Enfin, il aurait signé un accord avec un distributeur japonais, Kyowa. Des discussions avec des représentants au Vietnam, au Laos et en Birmanie sont en cours. La production doit débuter "bientôt", à Rayong, au rythme annuel de 10 000 unités. Le constructeur doit ensuite investir avec un objectif de 1,1 millions de ventes sur l'ensemble de la carrière du Transformer (!) On y croit tous.

Pour la route, une dernière photo des filles en lingerie...

Source :

Auto Spinn

Pour résumer

Non, les micro-constructeurs Chinois n'ont pas le monopole du clonage affreux ! La preuve avec le Transformer du Thaïlandais Thairung. On jurerai un Hummer H3... Du moins, par temps de brouillard, de nuit, l'illusion est parfaite ! Thairung pourrait jouer la carte du second degré. Mais non, c'est du premier degré, avec communiqués lénifiants, prototypes présentés comme des véhicules de série et mannequins aux poses "gynécologiques" !

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.