par Thibaut Emme

Stellantis: 152 m€ et un nouveau véhicule pour La Janais (Rennes)

D'après la direction du site de Stellantis de La Janais (ex-Citroën), près de Rennes, dans des propos relayés par l'AFP, Stellantis investirait 152 millions d'euros et octroierait un nouveau véhicule à produire. Embellie pour La Janais ?

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

Le véhicule prévu est le successeur du C5 Aircross. Il a pour nom de code CR3 (Cross 3) selon Étienne Martin-Commandeur, le directeur du site. C'est un véhicule multi-énergies (électrique, hybride out thermique) qui viendra renforcer l'usine et sa production. Martin-Commandeur évoque tout de même jusqu'à 700 km d'autonomie en 100% électrique !

Le reste des investissements de Stellantis concerne la visée de la neutralité carbone d'ici 2030. Il y aura par exemple l'installation d'une chaudière à biomasse, mais aussi des ateliers de ferrage et des ateliers d'assemblage de batteries.

La Janais est toujours en mode survie

Pour l'usine historique de La Janais, ex-Citroën, ces annonces confirment l'embellie du site. Passée très très près de la fermeture pure et simple (au moment de la fermeture de l'usine Citroën d'Aulnay-sous-Bois en 2014 NDLA), La Janais reprend peu à peu des couleurs.

C'est d'autant plus une bonne nouvelle que l'usine tourne au ralenti pour le moment à cause de la crise des semi-conducteurs. Au lieu des près de 100 000 véhicules produits en 2020 (année Covid pourtant), La Janais devrait produire 65 000 véhicules cette année. "On ne sait jamais si on travaille le lendemain avec cette crise des semi-conducteurs. Il est difficile d'organiser la vie familiale alors c'est du bonheur d'avoir un peu de visibilité sur l'avenir avec cette annonce!", déclare Laurent Valy, secrétaire CFDT du CSE, auprès de l'AFP. Et les syndicats d'appeler à la relocalisation de la production des semi-conducteurs en France.

Sortir de la culture mono-produit

Ces mêmes syndicats réclament désormais des embauches pour faire face à la montée en cadence que provoquera l'attribution de ce nouveau véhicule. Surtout pour l'usine de Rennes (Chartes-de-Bretagne en fait NDLA) il faut sortir de la culture mono-produit. En effet, assemblant le C5 Aircross de Citroën, l'usine est à la merci de méventes de ce produit. Avec le successeur, ce sera pareil.

La CFE-CGC réclame carrément le transfert de la totalité de la production du Peugeot 5008. Ce 5008 est assemblé de préférence à Sochaux et les reliquats de productions sont dévolus à La Janais. C'est certain qu'avec le 5008 et le C5 Aircross, l'usine retrouverait des niveaux de production qu'elle n'a plus vu depuis des lustres. L'usine qui a compté moins de 1500 employés à un moment, compte désormais 2 500 salariés.

On est très loin des 14 000 des années 80 quand La Janais tournait de concert avec La Barre Thomas non loin de là. La production a grimpé à 350 000 véhicules en mi-2000 quand La Janais a récupéré la production de son premier modèle Peugeot, la 407, tout en assemblant la Citroën C5. Depuis, cela s'est étiolé année après année.

Notre avis, par leblogauto.com

Cette annonce est une bonne nouvelle pour la production automobile en France et pour le bassin rennais, orphelin de la grandeur passée de La Janais. C'est la preuve qu'il y a encore un avenir à l'industrie auto dans le pays. Ce qui est dommage, selon nous, c'est que les syndicats se chiffonnent entre sites Français. Au lieu de réclamer la production du 5008 et donc déshabiller Sochaux, certains syndicats pourraient se focaliser sur le rapatriement de productions actuellement hors de France.

Finalement, si la crise de la Covid-19 a un bienfait, c'est peut-être d'avoir ouvert concrètement les yeux des dirigeants et des grosses entreprises privées sur leur dépendance à l'Asie. Sur les millions de wafers (tranches de matériau semi-conducteur utilisées pour fabriquer des composants) produits dans le monde, l'Europe n'en produit que 5%. Taiwan se taille la part du lion et engrange les bénéfices dans cette crise, choisissant le mieux-disant pour livrer ses semi-conducteurs.

Avec AFP/aag-mas/db/els

Pour résumer

D'après la direction du site de Stellantis de La Janais (ex-Citroën), près de Rennes, dans des propos relayés par l'AFP, Stellantis investirait 152 millions d'euros et octroierait un nouveau véhicule à produire. Embellie pour La Janais ?

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.