par Elisabeth Studer

Stellantis /puces : situation très tendue jusqu’à fin 2023 selon Tavares

Le patron de Stellantis, Carlos Tavares, s'attend à ce que la chaîne d'approvisionnement en semi-conducteurs reste tendue jusqu'à la fin de l'année prochaine, a-t-il déclaré dans un entretien dimanche dans le journal Le Parisien.

Zapping Le Blogauto Essai Cupra Formentor VZ5 sur neige

Situation très compliquée jusqu’à fin 2023

"La situation restera très compliquée jusqu'à fin 2023, puis s'apaisera un peu", a déclaré Tavares, ajoutant que "les fabricants de semi-conducteurs ont intérêt à refaire affaire avec nous, d'autant plus qu'ils augmentent les prix".

Au cours des deux dernières années, la pénurie de puces à semi-conducteurs, due entre autres à l'impact de la pandémie de COVID-19, a contraint les constructeurs automobiles mondiaux à abandonner les plans de production de millions de voitures. Les pénuries s'atténuent désormais, mais à un prix élevé pour les constructeurs automobiles et qui ne devrait pas faiblir de si tôt.

Une pénurie qui pèse sur les ventes

En France, les pénuries continuent de peser sur les ventes des constructeurs. Alors que les immatriculations de voitures neuves ont augmenté de 5% le mois dernier, selon les chiffres du secteur publiés samedi, elles sont restées en baisse de près de 12% depuis le début de l'année.

Notre avis, par leblogauto.com

Un discours de Tavares qui tombe à point nommé pour « excuser » Peugeot d’être contraint de revenir - en option prochainement - aux anciens feux arrière des 3008 et 5008 pour réduire le temps d’attente avant la livraison du véhicule. Depuis le 15 août, plusieurs versions sont équipées de ces anciens feux qui demandent moins de puces et sont disponibles plus rapidement quand les nouveaux, plus designs et modernes, sont en tension.

Sources : Le Parisien, Reuters

Pour résumer

Le patron de Stellantis, Carlos Tavares, s'attend à ce que la chaîne d'approvisionnement en semi-conducteurs reste tendue jusqu'à la fin de l'année prochaine, a-t-il déclaré dans un entretien dimanche dans le journal Le Parisien.
Un discours de Tavares qui tombe à point nommé pour « excuser » Peugeot d’être contraint de revenir aux anciens feux arrière des 3008 et 5008 pour réduire le temps d’attente avant la livraison du véhicule.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.