par Nicolas Anderbegani

Spa avait déjà prévu de nouvelles zones de gravier

Qu'il n'y ait pas de méprise. La décision était entérinée depuis longue date et n'intervient pas en réaction au tragique accident d'Anthoine Hubert, pour lequel la FIA a diligenté une enquête, mais le drame de la course de F2 remet sur la table la question des dégagements installés sur les pistes.

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

Qu'il n'y ait pas de méprise. La décision était entérinée depuis longue date et n'intervient pas en réaction au tragique accident d'Anthoine Hubert, pour lequel la FIA a diligenté une enquête, mais le drame de la course de F2 remet sur la table la question des dégagements installés sur les pistes.

Les aménagements prévus sur Le Circuit de Spa-Francorchamps seront faits afin de mettre en conformité le toboggan des Ardennes avec les normes de sécurité pour accueillir des compétitions motocyclistes internationales. "Nous nous dirigeons vers le grade C de la FIM (Fédération Internationale de Motocyclisme, ndlr). Nous sommes toujours en discussion pour l'homologation du circuit avec la FIA et la FIM", explique Nathalie Maillet, la directrice du circuit. "Des travaux sont prévus au Raidillon pour les 24 Heures Moto, qui auront lieu en 2022. Les dégagements vont être augmentés et étudiés pour qu'il n'y ait plus de chocs frontaux..."

Les dégagements asphaltés, qui se sont multipliés ces dernières années sur de nombreux circuits, ont été pointés du doigt après l'accident d'Anthoine Hubert, dont la monoplace a été renvoyée vers la piste après le choc initial contre les barrières de pneus, entraînant le télescopage fatal avec Juan-Manuel Correa. Certains gros crashs qui s'étaient produits dans le Raidillon par le passé (Zanardi en 1993, Zonta et Villeneuve en 1999) montraient que les monoplaces étaient "retenues" en partie par les zones de graviers, mais de nombreux autres facteurs entrent en compte dans la cinématique d'un accident. A contrario, Kevin Magnussen a perdu le contrôle de manière spectaculaire en 2016 dans le Raidillon mais sa Renault s'est fichée dans les pneus sans rebondir vers la piste.

Pour en revenir au tracé, le Raidillon en lui-même n'est pas remis en question. Michael Masi, le directeur de course de la F1, a précisé en outre que la partie asphaltée du dégagement du raidillon correspondait aussi à la pit exit des stands utilisés dans les courses de GT, qui se situent dans la descente après la Source.

"Il n'est pas prévu de modifier le tracé au Raidillon. Mais ce qui est déjà certain, c'est que l'on va remettre des bacs à graviers. Les normes pour les motos sont plus strictes. Donc la mise aux normes du circuit pour les motos va avoir un effet positif pour les voitures. Les discussions actuelles portent sur les endroits où il faut mettre les bacs à graviers ainsi que leur profondeur. Et aussi de savoir s'ils doivent couvrir l'ensemble d'untel virage ou pas. Nous allons essayer de tout finaliser pour la fin de l'année afin de pouvoir déposer les permis d'urbanisme."

Image : F1

Pour résumer

Qu'il n'y ait pas de méprise. La décision était entérinée depuis longue date et n'intervient pas en réaction au tragique accident d'Anthoine Hubert, pour lequel la FIA a diligenté une enquête, mais le drame de la course de F2 remet sur la table la question des dégagements installés sur les pistes.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.