par Pierre-Laurent Ribault

Salon de Genève 2008 : Ken Okuyama se lance sous son propre nom

Ken Okuyama avait disparu de l'avant-scène il y a quelque temps lorsqu'il s'était retiré de son poste prestigieux de directeur du design chez Pininfarina. Bonne nouvelle pour les amateurs de son travail, il ne s'est pas reconverti dans le macramé puisque le revoilà a Genève avec sa première création sur quatre roues sous son propre nom, déclinée en deux variantes K.O.7 et K.O.8. Il s'agit d'un roadster deux places ultra-dépouillé qui fait curieusement penser au premier projet de Gordon Murray après son départ de la F1, la Rocket. Dans les deux cas, ces grands designers, chacun dans leur domaine, ont éprouvé le même besoin de retourner à l'essentiel.

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

Ken Okuyama avait disparu de l'avant-scène il y a quelque temps lorsqu'il s'était retiré de son poste prestigieux de directeur du design chez Pininfarina. Bonne nouvelle pour les amateurs de son travail, il ne s'est pas reconverti dans le macramé puisque le revoilà a Genève avec sa première création sur quatre roues sous son propre nom, déclinée en deux variantes K.O.7 et K.O.8. Il s'agit d'un roadster deux places ultra-dépouillé qui fait curieusement penser au premier projet de Gordon Murray après son départ de la F1, la Rocket. Dans les deux cas, ces grands designers, chacun dans leur domaine, ont éprouvé le même besoin de retourner à l'essentiel.

La K.O.7 est équipée d'un 4 cylindres 2l de 240 ch pour un poids plume de 750 kg, et la K.O.8, bâtie sur la même base en carbone et aluminium mais équipée d'une carrosserie un peu plus conséquente est propulsée par un moteur électrique de 100kw alimenté par des batteries Lithium Ion lui offrant une autonomie de 160 km. Les deux voitures, dont la forme est inspirée de la lame du katana, sont équipées d'un chronographe mécanique spécialement créé par TAG Heuer, une touche raffinée qui démontre l'esprit dans lequel a travaillé Okuyama: on est loin, très loin, du kit car en polyester et le prix, non confirmé pour l'instant, sera en rapport.

La K.O.7 sera produite au rythme de 99 exemplaires par an par la société japonaise M.O.D.I et la K.O.8 pourrait, si elle voit le stade de la production, constituer une sérieuse alternative grâce à son pédigrée face à la Tesla Roadster.

Source: Ken Okuyama Cars via Winding Road

Lire également:

Ken Okuyama quitte Pininfarina

Pour résumer

Ken Okuyama avait disparu de l'avant-scène il y a quelque temps lorsqu'il s'était retiré de son poste prestigieux de directeur du design chez Pininfarina. Bonne nouvelle pour les amateurs de son travail, il ne s'est pas reconverti dans le macramé puisque le revoilà a Genève avec sa première création sur quatre roues sous son propre nom, déclinée en deux variantes K.O.7 et K.O.8. Il s'agit d'un roadster deux places ultra-dépouillé qui fait curieusement penser au premier projet de Gordon Murray après son départ de la F1, la Rocket. Dans les deux cas, ces grands designers, chacun dans leur domaine, ont éprouvé le même besoin de retourner à l'essentiel.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.